Que faire si mon bébé rejette le lait maternisé ?

· 12 février 2019
L'alimentation du bébé commence avec du lait maternel qui lui apporte tous les nutriments nécessaires à cette étape de la vie.

Néanmoins, dans les cas où il est nécessaire d’apporter une alimentation complémentaire ou dans les cas où l’allaitement n’est pas possible, il existe des produits maternisés.

Depuis leur naissance jusqu’à leurs 6 mois, l’unique aliment du bébé est le lait. Bien qu’il existe de nombreuses options sur le marché, certains bébés n’arrivent pas à accepter le lait maternisé.

Grâce aux nouvelles configurations familiales et aux progrès scientifiques, au cours des dernières années, l’allaitement maternel a cessé d’être synonyme d’allaitement maternel. Ainsi, l’une des alternatives ou compléments à l’allaitement maternel est le lait maternisé.

La décision de l’adulte sur l’allaitement n’est pas une décision facile. Il est même fréquent que cette décision varie en fonction des circonstances particulières que vit la famille pendant le développement du bébé.

Dans le meilleur des cas, la mère peut choisir de combiner différentes options d’alimentation pour son bébé.

Une substance pour chaque bébé

Cette phrase reflète fidèlement les explications données par les médecins lorsqu’ils recommandent l’allaitement maternel par opposition aux autres méthodes d’alimentation.

Selon l’association médicale américaine et l’Organisation mondiale de la santé, l’allaitement maternel est la meilleure option d’alimentation pour les bébés.

Le lait qu’un enfant boit de sa mère fournit des défenses adéquates contre les infections et prévient les allergies et les maladies graves.

alimentation avec lait maternisé

Cependant, il existe des situations où l’allaitement maternel n’est pas une option.

En effet, ces situations peuvent être : par impossibilité d’allaiter, par intolérance au lactose de la part du bébé ou simplement parce que la période de lactation de la mère est terminée. Dans ce cas, que faire si le bébé ne veut pas de lait maternisé ?

Est-il courant que les bébés rejettent le lait maternisé ?

Il est courant qu’un bébé qui a connu une période d’allaitement maternel ne veuille pas de lait maternisé. D’ailleurs, pour beaucoup de bébés, il est difficile de passer du sein au biberon.

En effet, l’adaptation de l’aspiration au nouveau contenant peut nécessiter une période d’adaptation chez l’enfant. Elle exige que l’enfant se familiarise avec la nouveauté et renonce en même temps à l’exclusivité du sein maternel.

Par ailleurs, en dehors du fait qu’il est biologiquement impossible d’allaiter un bébé pendant longtemps, arrêter de le faire est aussi un pas nécessaire dans toutes les conditions physiques.

L’une des principales raisons pour lesquelles les experts recommandent d’inclure du lait maternisé dans l’alimentation des bébés est parce que ce dernier contient de la vitamine D.

Cette vitamine est très importante dans le développement des bébés, mais elle n’est pas présente dans le lait maternel.

De plus, la formule hypoallergénique est une bonne option lorsque le bébé développe une intolérance au lactose.

Plusieurs tentatives pour introduire le lait maternisé dans l’alimentation du bébé

L’association espagnole de pédiatrie explique que les enfants changent souvent leurs habitudes et leurs goûts tout au long de leur enfance.

C’est pour cette raison que les adultes ne devraient pas s’inquiéter outre mesure si, après plusieurs tentatives, votre enfant ne veut toujours pas boire ce lait. En effet, un enfant qui n’est pas intolérant au lactose peut commencer à boire du lait après plusieurs tentatives.

Cette association conseille également aux parents de remplacer le lait par d’autres aliments qui contiennent les mêmes nutriments.

Ainsi, le lait de vache biologique ne serait pas une bonne option avant ses un an. En effet, le système digestif d’un jeune enfant n’a pas la capacité de digérer ce lait plus complexe que le lait maternel ou en poudre.

aliments solides ou lait maternisé ?

Dans le même ordre d’idées, les organisations végétaliennes, en plein essor dans de nombreux pays occidentaux, ont marqué leur approbation quant au substitut de lait.

Elles considèrent que l’être humain est le seul mammifère qui boit encore du lait après le sevrage. De plus, il ingère même du lait d’autres espèces, comme les vaches, ce qu’elles considèrent comme inutile et malsain.

Ces organisations ne sont pas non plus en accord avec l’allaitement maternel prolongé. Au contraire, elles proposent l’incorporation précoce des aliments solides dans l’alimentation du bébé dès 6 mois.

De nombreux arguments militent en faveur de l’alimentation à base de solides. Le premier est que ces aliments peuvent fournir tous les nutriments nécessaires au développement du bébé.

Ce qui a pour conséquence une diminution de sa demande de lait. De plus, ils garantissent un sevrage simple et calme tant pour le bébé que pour sa mère.