Que faire quand l'enfant rejette un de ses parents ?

Plusieurs causes peuvent amener un enfant à rejeter l'un de ses parents. Nous vous expliquons dans cet article pourquoi cela se produit et comment vous pouvez agir pour y remédier.
Que faire quand l'enfant rejette un de ses parents ?

Dernière mise à jour : 24 décembre, 2020

Heureusement ou malheureusement, les jeunes enfants sont honnêtes à propos de leurs intentions et de leurs préférences. Ceci est dû au fait qu’ils ne comprennent pas encore les normes sociales. Cependant, lorsqu’un enfant rejette un de ses parents, ce dernier peut se sentir blessé, confus ou inquiet.

En réalité, au cours de son développement, il n’est pas rare qu’un enfant affiche certaines préférences pour un de ses parents. Et ce, pour diverses raisons. Dans de nombreux cas, c’est quelque chose de normal.

A la lumière des différentes étapes évolutives que traversent les bébés puis les enfants, nous pouvons mieux comprendre ce type de comportement. Cependant, lorsque le rejet est intense et persistant, il peut y avoir des raisons sous-jacentes que nous ne devons pas ignorer. Pour cette raison, nous allons approfondir dans cet article ce thème et essayer de répondre à la question suivante.

Pourquoi l’enfant rejette-t-il parfois l’un de ses parents ?

Un enfant qui rejette un de ses parents.

Le moment évolutif

Dès la naissance de l’enfant jusqu’à l’âge de deux ans environ, le lien d’attachement s’établit avec la principale figure de référence du bébé. C’est généralement la mère. Elle est la personne qui prend le plus soin de lui. En effet, elle lui fournit sa nourriture, son affection et sa protection.

Pour le petit, ce lien est vital. En effet, il dépend de l’adulte pour sa survie. Pour cette raison, il est courant qu’il ait tendance à se sentir anxieux s’il est séparé de sa mère. Parfois, il a même tendance à rejeter les autres, y compris son propre père.

Ce comportement est plus fréquent après l’âge de huit mois. Il ne faut pas en faire un problème. Au fil du temps, le bébé gagnera en confiance et en indépendance, et ainsi ce comportement disparaîtra peu à peu.

L’arrivée d’un frère ou d’une sœur

Le rejet peut également être dirigé vers la mère. C’est souvent le cas après la naissance d’un deuxième enfant. Le l’aîné peut se sentir délaissé car la mère accorde (logiquement) plus de soins au nouveau-né.

Ainsi, il peut réagir et compenser en réclamant plus la présence de son père. Il peut même montrer de la réticence et une forme de rejet envers sa mère. Comme dans le cas précédent, au fur et à mesure que l’enfant grandira, ce comportement diminuera. Finalement, l’enfant aîné renouera normalement une bonne relation avec sa mère.

La dynamique familiale

Dans d’autres cas, ce sont souvent les adultes qui portent une certaine responsabilité lorsque l’enfant rejette un de ses parents. Il est courant que cela se produise dans les familles dans lesquelles l’un des parents s’occupe presque exclusivement de l’enfant et que l’autre est pratiquement absent.

Que ce soit physiquement ou même émotionnellement. Le lien développé avec le premier parent est alors fort et intense, tandis qu’avec le second il est presque nul. Par conséquent, il n’est pas surprenant que l’enfant préfère être avec le parent qui lui consacre du temps et de l’affection.

Le contraire peut également se produire. Parfois, l’un des parents passe toute la journée à travailler et quand il rentre, il souhaite seulement jouer et s’amuser avec son enfant.

Ainsi, il délègue souvent toute responsabilité d’imposer des limites et de la discipline à l’autre parent. Ce dernier devient, aux yeux de l’enfant, le «mauvais flic». Il peut arriver que, pour cette raison, l’enfant développe une préférence pour celui qui “ne le gronde jamais”.

Une famille unie.

L’attachement insécurisé

Enfin, il est courant que l’enfant rejette l’un de ses parents lorsqu’il n’a pas établi un attachement basé sur la confiance avec eux. S’ils n’ont pas été en mesure de répondre de manière adéquate aux exigences physiques et émotionnelles du bébé, la confiance ne se sera pas développée. Pour cette raison, il est possible que l’enfant les rejette.

Comment agir lorsque l’enfant rejette l’un de ses parents ?

Tout d’abord, il sera nécessaire de déterminer quelle est la cause du rejet. S’il s’agit d’un problème d’attachement ou de dynamique familiale, il convient que les parents apportent les changements nécessaires pour y remédier.

Ainsi, il est important que les deux parents développent avec l’enfant un lien d’attachement basé sur la confiance. Pour cela, il est nécessaire de travailler en équipe. C’est-à-dire que les deux parents partagent à la fois les responsabilités et les moments de jeux.

Enfin, si l’origine du rejet se trouve dans l’une des deux premières raisons que nous avons évoquées plus tôt, il n’est pas nécessaire de s’alarmer. C’est une partie normal du processus évolutif de l’enfant. Il suffira de lui donner du temps et les choses se rétabliront d’elles-mêmes.

Cependant, il est important que le parent «rejeté» soit compréhensif et qu’il ne prenne pas le rejet de l’enfant de manière personnelle. Il est essentiel de ne pas réagir en se fâchant ou en retirant son affection à l’enfant.

Il faut continuer d’agir comme d’habitude et minimiser ce comportement enfantin. Finalement, il est important de procurer de l’amour à l’enfant. Et ce, dans toutes les circonstances.

Cela pourrait vous intéresser ...
Le cerveau des enfants quand ils sont jaloux
Être parents
Lisez-le dans Être parents
Le cerveau des enfants quand ils sont jaloux

Le cerveau des enfants lorsqu'ils sont jaloux est particulier. Il active certaines de ses zones qui déclenchent ces problèmes de comportement.