Que comprend un enfant de trois ans quand on lui parle ?

Le langage oral et le langage compréhensif constituent une fonction et une compétence qui s'apprend naturellement. De trois à quatre ans, l'enfant connaîtra de grands progrès dans le développement de son langage.
Que comprend un enfant de trois ans quand on lui parle ?

Dernière mise à jour : 18 octobre, 2021

À trois ans, les enfants ont environ 900 mots ou plus dans leur vocabulaire expressif. Vous pouvez même voir qu’ils sont déjà capables de faire correspondre trois ou quatre mots dans une phrase. Mais avec ce grand répertoire dans son vocabulaire, que comprend un enfant de 3 ans quand on lui parle ?

Nous savons que la compréhension est antérieure à l’expression. Ainsi, on estime qu’un enfant de trois ans est capable de comprendre deux fois son vocabulaire expressif. À trois ans, même si le petit a un cheveu sur la langue et qu’on ne le comprend pas, il est capable de comprendre plus de choses que ce que certains adultes pourraient croire.

Développement du langage de la naissance à trois ans

Il faut préciser que le développement du langage ne se fait pas de la même façon pour tous les enfants du même âge : il existe des variations. Celles-ci sont liées à des facteurs individuels et environnementaux, qui peuvent modifier le rythme d’acquisition et de développement du langage à différents stades. Mais toujours dans des fourchettes raisonnables, bien évidemment.

Les étapes que l’enfant traverse de sa naissance jusqu’à l’apprentissage de base des structures du langage sont les suivantes :

que comprend un enfant de trois ans quand on lui parle ?
  • Étape prélinguistique (0-12 mois). À la fin de la première année, le petit prononcera ses premiers mots : « Maman », « Papa » et « Tata ». En termes de compréhension, il comprend son nom et des ordres simples, tels que « donne-moi » et « prends ».
  • Étape linguistique (12-18 mois). À ce stade, l’enfant entame un processus complexe de développement du langage. Il est capable de vocaliser environ 20 mots et d’en combiner deux ; « Maman pain, papa viens…». Sa compréhension grandit et, si on le lui demande, il déplace des objets d’un endroit à un autre.
  • Langage télégraphique (18 mois – 3 ans). À deux ans, l’enfant est déjà capable de prononcer environ 250 mots. Il commence à comprendre des questions et comprend également de plus en plus d’instructions simples.
  • Phrases complexes. (3-6 ans). À trois ans, l’enfant manie déjà environ 900 mots et, à six ans, environ 2500. À six ans, on peut dire qu’il a déjà acquis les bases de l’apprentissage des structures du langage.

Langage compréhensif à trois ans

Dès l’âge de trois ans, l’enfant commence à participer et à interagir dans de nouveaux contextes, comme l’école ou d’autres activités récréatives. Par conséquent, son langage s’en trouvera enrichi et sa compréhension également.

De trois à quatre ans, la compréhension et le langage expressif de l’enfant connaîtront de grands progrès. Au cours de cette année, une extension de son vocabulaire aura lieu. L’enfant passera de 900 mots à environ 1200.

Évidemment, ces chiffres sont approximatifs. Comme nous l’avons déjà dit, tous les enfants n’ont pas le même rythme de développement. Or, l’acquisition et l’évolution dans le développement du langage oral et compréhensif dépendent de deux facteurs : individuels et environnementaux.

  • Facteurs individuels. Ils font référence à la maturation physique et psychologique. Si l’enfant souffre d’un retard de maturation ou d’un problème neurologique, son développement et sa compréhension du langage seront affectés. Par conséquent, il sera plus lent.
  • Facteurs environnementaux. Ils sont liés au contexte et à l’environnement dans lesquels l’enfant évolue. Ainsi, l’arrivée d’un frère ou d’une sœur, le manque de stimuli, d’attention et d’affection auront un impact négatif sur le développement communicationnel, linguistique et cognitif de l’enfant.

Ainsi, la famille joue un rôle fondamental dans le développement du langage oral et compréhensif lors des premières années de vie de l’enfant.

Offrir des situations communicatives à notre tout-petit est essentiel. À travers des conversations lors de jeux, de promenades, de lectures, de tâches quotidiennes, etc, nous favoriserons, chez l’enfant, la capacité à acquérir des compétences visuelles, auditives, tactiles, motrices, cognitives, sociales nécessaires et précurseurs du langage.

Que comprend un enfant de trois ans quand on lui parle ?

Comme nous l’avons dit précédemment, de trois à quatre ans, la compréhension et le langage expressif d’un enfant connaîtront une grande avancée. À cet âge, l’enfant est capable de comprendre bien plus qu’il ne peut exprimer. Ainsi, un enfant de trois ans est capable de :

  • Répondre si on l’appelle.
  • Comprendre les questions et y répondre.
  • Comprendre et exécuter deux ordres successifs.
  • Reconnaître certaines couleurs et les noms de certaines figures géométriques, comme le cercle et le carré.
  • Savoir de qui on parle quand on parle des membres de la famille : frère, grand-mère, tante, cousins…
  • Commence à comprendre les relations spatio-temporelles simples, comme le matin et le soir.
  • Maîtriser et comprendre les mots génériques courants (chien, chat, maison, voiture, poire…), mais pas les catégories plus générales.
  • Ils commencent à comprendre des concepts abstraits tels que beau, laid, loin, près…
  • Suivre la narration d’une histoire sans avoir besoin de support visuel.
    Garçon de trois ans parlant au téléphone.

Comment parler à l’enfant pour favoriser le développement d’un langage oral et compréhensif ?

  • Toujours parler lentement et clairement si nous voulons qu’ils nous comprennent et apprennent à vocaliser.
  • Bien que cela puisse paraître anodin, il est important de parler à l’enfant devant lui et en nous mettant à sa hauteur. Ce geste rendra le petit plus enclin à nous écouter et donc à nous comprendre.
  • Nous devons utiliser un vocabulaire familier, avec des mots familiers faisant référence aux objets et aux personnes de leur environnement quotidien.
  • Il est essentiel de parler et d’avoir des conversations avec l’enfant chaque fois que nous en avons l’occasion. En particulier, il est bénéfique de discuter avec notre petit des tâches quotidiennes, de décrire des lieux lorsque nous nous promenons, de lire des histoires…
  • De même, nous devons lui donner l’occasion de s’exprimer, même s’il nous arrive de ne pas bien comprendre ce qu’il veut nous dire.
  • Si l’enfant fait une erreur ou prononce mal un mot, nous devons le corriger en répétant le mot correctement et de manière naturelle. De cette façon, nous éviterons que l’enfant soit frustré par sa façon de parler.

Au sujet de ce qu’un enfant de 3 ans comprend quand on lui parle

La langue orale et la langue compréhensive constituent une fonction et une compétence qui s’apprend naturellement. Cependant, l’interaction avec l’environnement social, et notamment avec la famille, est essentielle, puisque les enfants apprennent à parler et à comprendre dans leur environnement familial. Plus tard, leur langage et leur compréhension s’enrichiront dans d’autres contextes tels que l’école ou d’autres activités récréatives.

Il est fondamental d’offrir à l’enfant des interactions communicatives de qualité, au cours desquelles le petit a la possibilité de s’exprimer et de communiquer. Peu importe si l’enfant ne comprend pas tout ce que nous disons : même ainsi, nous devons lui parler et avoir des conversations avec lui. Cet acte communicatif favorise à la fois son langage expressif et son langage compréhensif. De même, nous devons lui donner la possibilité de s’exprimer, même si nous ne comprenons pas bien ce qu’il dit.

Cela pourrait vous intéresser ...
Évolution du langage : les caractéristiques de l’étape pré-linguistique
Être parents
Lisez-le dans Être parents
Évolution du langage : les caractéristiques de l’étape pré-linguistique

Les bébés établissent du contact et de la communication à travers les sens et ont leur propre langage, apprenez-en plus à ce sujet.



  • Goodman, K. (2008). El lenguaje integral: un camino fácil para el desarrollo del lenguaje. Borrero, M.(Comp.). Lecturas complementarias para maestros: leer y escribir con niños y niñas, 107-126.