Quand nos partenaires n’accordent pas d’importance à ce que nous faisons à la maison

· 15 septembre 2018
Parfois ils nous disent des mots ou nous font des reproches du type "mais un bébé ça ne fait que manger et dormir". Et ces mots peuvent réellement nous affecter. Que nous le croyons ou nous, il existe des partenaires de ce type, qui n'accordent pas d'importance aux premiers mois.

Car même en congé de maternité, l’implication physique et affective peut être aussi épuisante, voire plus, qu’une journée de huit heures de travail.

Il est clair, cependant, que le congé maternité ou le choix de rester à la maison pendant quelques années pour élever un enfant, est une étape que peuvent aussi bien faire les mères que les pères. Quoi qu’il en soit, une chose devrait être claire : malgré le fait de ne pas aller au travail, la tâche est tout aussi importante, et si au bout du compte nous sommes épuisé-e-s, c’est qu’il existe une raison plus qu’évidente. Nous vous en avons déjà parlé récemment dans Etre parents.

Il faut comprendre, avant tout, qu’être un couple c’est être une équipe. Si cette idée n’existe pas à la base, ce projet commun basé sur la réciprocité, le soin et l’empathie, il sera sans doute très difficile d’élever un enfant dans les meilleures conditions. Parce que si la mère ou le père se sent seul ou incompris dans sa tâche de prendre soin de l’enfant lorsque le conjoint va au travail, cette émotivité négative peut sérieusement affecter la relation.

Nous vous proposons d’y réfléchir avec nous.

Quand nos partenaires n’accordent pas d’importance à notre devoir envers le bébé

Il y a couples et couples. Des partenaires merveilleux et exceptionnels avec qui mener une vie harmonieuse, une symphonie parfaite où il n’y a pas de reproches, où il n’y a pas de phrase classique de « j’aide ma femme ou je donne un coup de main à mon mari ou mon partenaire ».

Le manque de compréhension des partenaires
Personne ne donne un coup de main à qui que ce soit parce que l’idée implicite d’être une famille, c’est réaliser un projet commun où se combinent les efforts et les dévouements. Les pactes sont conclus avant, et si l’un des deux membres choisit le congé de maternité ou même d’être à la maison pendant quelques années pour élever les enfants, l’autre personne assume son rôle et respecte le conjoint.

Mais de nombreux partenaires ne ressentent pas cette réalité. Ce sont surtout des femmes – et certains hommes – qui consacrent 24 heures par jour à ces soins pour les nouveau-nés, où ils se sentent parfois incompris.

« Ma mère a élevé 5 enfants et ne s’est jamais plainte. » « Mais un bébé ne fait que manger et dormir, vous ne pouvez pas vous plaindre. » « Mais vous passez la journée assise et moi je suis debout au travail toute la journée ».

Ces phrases blessent, ces phrases détruisent au point d’affecter parfois l’éducation des enfants. Parce qu’un partenaire triste ne donne pas le meilleur de lui-même à son fils. Nous devons en tenir compte.

Quand maman ou papa se sent « séquestré »

Arriver à la maison et le dîner n’est pas encore prêt. Les vêtements ne sont pas lavés et la maison n’est pas propre. Mais à quel point avez-vous été occupé aujourd’hui ?

Il est fort probable que nos partenaires ne voient que cela, et pourtant ils n’accordent pas d’importance et ne voient pas ce bébé qui dort tranquillement après une journée de colique. Heureux de se savoir et de se sentir aimé.

Le manque de compréhension des partenaires

Mais si ces mêmes attitudes se répètent jour après jour, la mère ou le père en congé de maternité se sentira terriblement limité et même séquestré. Parce son devoir, son merveilleux devoir d’élever n’est pas valorisé, parce que la personne qu’elle aime le plus, leur partenaire, n’apprécie pas leur travail.

  • L’hypervigilance que nous subissons au cours des premiers mois et des premières années de l’enfant signifie que notre niveau de stress est toujours à fleur de peau. Nous craignons les chutes, nous craignons que le bébé ne mange pas assez, qu’il ne dorme pas autant qu’il le devrait. Nous anticipons les risques et nous les surveillons chaque seconde de la journée.
  • Si notre partenaire nous accuse en plus d’avoir négligé la maison ou se moque de nous parce que nous osons nous plaindre d’être fatiguée, alors il se passe quelque chose. Ils ne nous valorisent pas, nous ne sommes pas respectées, et c’est un facteur complexe sur lequel nous devons réagir.

Je suis à la maison, mais mon travail est tout aussi important

Peut-être que le couple est parvenu à un accord : je prends le congé de maternité et tu vas travailler. Notre couple est chargé de maintenir économiquement le foyer, mais nous accomplissons une tâche égale ou plus essentielle : élever, éduquer, soigner et donner de l’affection à cette nouvelle vie qui, à son tour, façonne les racines du couple lui-même.

Par conséquent, il est essentiel que ceci soit clair pour nous :

  • Élever un enfant n’est pas un travail, cela fait partie de notre vie, c’est un travail qui nous occupe 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.
  • Avoir un enfant, c’est investir dans des illusions, du temps, de l’amour et du dévouement. S’il n’y a pas de réciprocité entre les partenaires, ce projet n’est pas soutenu et il n’y aura pas la qualité de vie authentique pour donner le meilleur à notre enfant.
  • Prendre soin de la maison est secondaire. Notre priorité est le bébé. Si au retour de notre partenaire le linge n’est pas repassé, cela ne signifie pas que « nous n’avons rien fait » de la journée.

Une mère, un père a le droit de dire qu’il est fatigué à la fin de la journée. Il a le même droit que la personne qui a travaillé toute la journée. Et ce faisant, cela ne signifie pas qu’il aime moins son enfant, il cherche simplement un soulagement et, bien sûr, il mérite la compréhension de son partenaire.