Protection ou surprotection de nos enfants ?

05 avril, 2020
La surprotection des parents envers leurs enfants peut être à l'origine de différentes difficultés chez les enfants. Cela peut aller d'un sentiment injustifié de crainte à une attitude de dépendance. Cela est évidement extrêmement néfaste à court et à long terme.
 

Pensez-vous que vous êtes dans une attitude de surprotection envers vos enfants ? Vous répondrez sûrement que ce n’est pas le cas. C’est parce que la plupart des parents qui commettent cette erreur n’en sont pas conscients. Cependant, il existe une solution. La première étape est d’admettre que nous sommes allés trop loin en voulant prendre soin de nos enfants.

Tout d’abord, reconnaître la surprotection ne consiste pas à blâmer les parents, et encore moins à leur reprocher pour ne pas avoir fait mieux. Nous devons être clairs : personne ne naît avec un manuel sur la manière de tout faire parfaitement. Et encore moins lorsqu’il s’agit d’éduquer et de s’occuper des enfants.

Cependant, il existe quelques alertes. Par exemple, lorsque s’occuper de son enfant devient un casse-tête. Ou encore quand on ne peut pas s’empêcher de prévenir tous les risques constamment autour de notre petit.

Si cela vous arrive, c’est peut être que les choses ne sont pas aussi bien gérées qu’on pourrait le croire. Il est donc normal de se demander : où se situe la limite entre protection et surprotection des enfants ?

En cas de surprotection des enfants, cela fait-il de nous de mauvais parents ?

Non, bien sûr que non. Et, heureusement, il y a toujours des possibilités de changer et de s’améliorer. Nous devons simplement trouver un moyen d’acquérir les outils nécessaires pour appliquer un modèle d’action approprié qui nous permette de corriger nos erreurs.

 

En tant que parents nous avons l’obligation de nous occuper de nos enfants. Cependant, cela ne signifie pas que nous devons les protéger au point de les empêcher de vivre leur vie. Nous oublions souvent que tout ne sera pas facile et agréable dans leur vie. Pour cela, il faut leur apprendre à accepter leurs erreurs, trouver une solution et les surmonter.

mère en surprotection avec ses enfants

On ne peut pas éviter la souffrance. Ce que nous pouvons faire, c’est fournir des outils pour aider nos enfants à éviter les problèmes par eux-mêmes. En outre, ils devront apprendre à y faire face mais aussi à les résoudre si nécessaire. En d’autres termes, il s’agit de créer une attitude positive.

Les parents doivent construire un foyer dans lequel leurs enfants grandissent en sécurité et en bonne santé. Un environnement où ils peuvent parler de ce qu’est le danger et de la manière de le gérer.

Si nous voyons en toute chose une menace et que nous nous efforçons d’éliminer les risques à tout prix, nous finirons non seulement par nous épuiser mais aussi par faire grandir nos enfants dans une grande insécurité.

Les craintes favoriseront un manque de confiance en soi et dans les autres. Les enfants pourraient même rater des opportunités dans certains défis que la vie nous offre. De plus, cela les amèneraient même à prendre de mauvaises décisions. Par conséquent, ils risquent alors de préférer rester dans une zone de confort et de sécurité apparente.

 

Les erreurs sont aussi bénéfiques

Il faut respecter le droit des enfants à faire des erreurs. Rappelons que l’apprentissage par l’expérience est l’une des expériences les plus enrichissantes pour l’être humain.

Bien sûr, nous devons protéger la vie de nos enfants, les soutenir dans les moments clés, corriger leurs erreurs et valoriser leurs succès. Nous devons aussi laisser les enfants vivre et apprendre à se développer et à penser par eux-mêmes.

L’idée est de renforcer leur confiance en eux et d’augmenter leur estime de soi. Soyez avec eux sans interférer dans leurs décisions. Laissez-les vivre et, surtout, penser par eux-mêmes. C’est cela la protection, veiller au bien-être de vos enfants sans les soumettre à un stress démesuré.

Les craintes favoriseront un manque de confiance en soi et dans les autres. Les enfants pourraient même rater des opportunités dans certains défis que la vie nous donne. De plus, cela les emmèneraient à prendre de mauvaises décisions. Par conséquent, ils préfèrent alors rester dans une zone de confort et de sécurité apparente.

Bien distinguer les concepts

Tout d’abord, il est bon de bien comprendre les différences entre les deux termes suivants. Protection et surprotection. Vous saurez ainsi si vous surprotégez ou non vos enfants.

La protection

  • Vous accompagnez vos enfants dans les moments difficiles.
  • En outre, vous les aidez à être autonomes.
 
  • Vous éduquez votre enfant en lui apprenant à vivre et à vivre ensemble.

La surprotection des enfants

  • Vous mettez à l’écart votre enfant. Par exemple, vous l’éloignez de toute situation qui pourrait constituer un danger.
  • Vous invalidez la personnalité de l’enfant. Par exemple, vous répondez pour lui, vous tirez des conclusions à sa place. Enfin, vous ne le prédisposez pas à certaines situations de la vie.
  • Finalement, vous laissez la peur vous gagner et vous empêchez donc l’enfant de vivre pleinement sa vie.

L’amour inconditionnel n’a rien à voir avec la surprotection.

avoir un enfant affectueux

Si nous voyons en toute chose une menace et que nous nous efforçons d’éliminer les risques à tout prix, nous finirons non seulement par nous épuiser mais aussi par faire grandir nos enfants dans une grande insécurité.

Quelques conseils pour éviter la surprotection

  • Tout d’abord, évitez les conversations démotivantes avec des messages trop protecteurs. Par exemple, lui dire des mots tels que « tu ne peux pas le faire, je vais le faire à ta place », est clairement un de ces messages surprotecteurs nocifs.
 
  • Laissez-les expérimenter, laissez-les matérialiser leurs idées et prendre leurs propres décisions. Si cela les conduit à l’échec, nous devons leur inculquer l’importance de tirer les leçons de nos erreurs.
  • Nous pouvons leur expliquer les raisons pour lesquelles certains devoirs ou certaines tâches doivent être effectués à la maison. Cependant, il y en aura d’autres qui devront être réalisés sans autre explication.
  • Il est aussi important d’apprendre à assumer la responsabilité de ses actes. Apprenez-leur à prendre conscience de leurs erreurs et à s’excuser si nécessaire.
  • Anticiper leurs demandes est une erreur. Nos enfants sont capables de résoudre un grand nombre d’adversité. S’ils ont besoin d’aide, ils sauront vous la demander.

Finalement, les enfants doivent suivre leur propre chemin, faire leur propre vie. Dans ce cadre, les parents, et même si c’est parfois douloureux, doivent leur permettre de le faire et éviter de vivre à travers eux. Par conséquent, si vous êtes dans la surprotection de vos enfants, il est temps de commencer à y remédier dès maintenant.

Il est vrai que le monde est plein de dangers et que nous devons être attentifs. Néanmoins, nous ne devons pas isoler nos enfants dans une bulle.