Comment la famille influence la formation de l’estime de soi

24 avril 2018
Dans l'interaction quotidienne, les parents forgent des pensées saines ou contre-productives chez l'enfant. Ces dernières affecteront la formation de leur estime de soi, et à l'avenir, pourraient générer de l'insécurité, de l'indécision et une incapacité à atteindre leurs objectifs.

La famille est le premier noyau auquel tout le monde est exposé. En tant que tel, elle joue un rôle prépondérant dans le développement des capacités, des facultés et des perceptions de l’enfant.

Dans ce cas-ci, nous analyserons comment elle influence la formation de l’estime de soi. Cette dernière n’est rien d’autre que l’image que nous avons de nous-mêmes.

En tant que concept de soi, l’estime de soi fait référence à l’évaluation de quelqu’un par lui ou elle-même. Elle se construit sur plusieurs aspects. Parmi eux ressortent la propre évaluation que la personne fait et le verdict qu’elle reçoit des autres.

C’est donc sur ce dernier point que la famille acquiert une importance centrale. En effet, la famille représente le premier feedback que l’enfant reçoit de ses qualités et actions. (Au moins jusqu’à ce que l’école commence.) Par conséquent, cette dernière déterminera largement sa vision.

Pour cette raison, la famille peut encourager ou nuire à l’estime de soi d’un enfant. Et ce, même avec de petits gestes ou des commentaires qui peuvent passer inaperçus. En effet, les parents et les frères et sœurs influenceront la formation de l’estime de soi de l’enfant.

Cependant, ils ne le feront pas dans son intégralité. C’est une déclaration que l’on préfère éviter dans le domaine psychologique.

Les facteurs centraux de l’estime de soi des enfants

Il y a trois aspects que nous pouvons considérer comme les axes de la formation de l’estime de soi des plus petits. L‘apparence physique, le comportement et la performance scolaire ou sportiveLes parents doivent donc être extrêmement prudents lorsqu’ils touchent ces problèmes avec leurs enfants.

Vous pouvez aussi employer certaines pratiques saines. Par exemple, éviter les comparaisons avec d’autres enfants. Ou encore, leur enseigner que l’apparence n’est pas la chose la plus importante qu’une personne a à montrer aux autres. Vous pouvez également leur montrer les avantages d’un bon comportement.

Des pratiques positives pour la formation de l’estime de soi

Dans le but de permettre un développement sain de l’estime de soi chez les enfants, il y a quelques recommandations que chaque famille devrait garder à l’esprit :

  • Transmettre la confiance et l’affection

Un enfant qui se sent aimé et valorisé le reflètera, sans doute, dans son amour-propre. En outre, il est important que vous lui transmettiez la croyance en ce qu’il peut réaliser. Si on lui empêche d’entreprendre une activité parce que «ce ne sera pas possible», on ne fait rien de plus que de limiter sa confiance.

Au contraire, ce qui devrait lui être inculqué, c’est la valeur du travail. Cela signifie que, avec de l’effort et du dévouement, les objectifs peuvent être atteints.

Ceux-ci doivent être réalisables à court terme pour maintenir l’enthousiasme. Mais aussi, à long terme, pour qu’il apprenne l’importance de la persévérance.

Maman avec son garçon

  • Laissez-les essayer et échouer si nécessaire

Les petits qui ne font rien eux-mêmes finissent par avoir des problèmes d’estime de soi. De même que ce que nous avons mentionné au point précédent. En effet, le fait de ne pas les laisser agir, même s’ils ont tort, implique que nous ne croyons pas en eux.

Alors, comment l’enfant évaluera-t-il ses qualités et ses capacités si on lui a exprimé tout au long de son enfance qu’il serait incapable de réaliser les choses par lui-même? Ceci est un exemple clair de la façon dont les petites actions quotidiennes ont des conséquences dans le futur si elles ne sont pas corrigées.

  • Encourager le dépassement

Sans que cela devienne une pression pour gagner ou se démarquer, vous devez le motiver à s’améliorer. Cela s’applique à tous les domaines. Par exemple, les domaines éducatif, sportif, humain, etc.

Il est bon pour un enfant d’aprendre dès l’enfance l’importance du dévouement. Ainsi, il pourra être meilleur et progresser. De plus, il aura un excellent outil pour le reste de sa vie.

  • Ecouter leur avis et les laisser participer

Il arrive souvent que le petit n’est jamais entendu et n’est jamais consulté lors de la prise de décisions. Mais ce dernier sera affecté dans sa formation de l’estime de soi. Il est donc conseillé de lui demander ce qu’il ressent. Demandez-lui aussi ce qu’il pense et ce qu’il aimerait faire chaque fois que vous devez prendre une décision.

De même, il devra choisir quel sport pratiquer. Ou encore, quels cours extrascolaires prendre et toutes les décisions de ce type. Si, par contre, cela n’arrive pas, attention! Il est presque impossible pour un enfant qui voit qu’il n’a pas de pouvoir de décision dans sa propre vie d’avoir une image positive de lui-même.

« Ne dites jamais « je ne peux pas, » même pour plaisanter. Parce que l’inconscient n’a aucun sens de l’humour. Il le prendra au sérieux, et vous le rappellera à chaque fois que vous essayez »
-Facundo Cabral-

Les choses à éviter pour une bonne formation de l’estime de soi

Nous vous avons mentionné, ci-dessus, des aspects à prendre en compte et à appliquer. Maintenant, il est également utile de mentionner les erreurs communes qui affectent la formation de l’estime de soi chez les enfants. Nous vous en énumérons quelques-unes :

  • La surprotection. Cette forme de parentalité n’est que le reflet des insécurités des parents. Elle peut avoir des conséquences telles que la timidité, la dépendance, l’introversion, l’insécurité et le manque de confiance en soi, entre autres.
  • Minimiser les réalisations. Oui, valorisez leurs objectifs. Cependant, ne leur dites pas que quelque chose «est très facile» quand ils n’arrivent pas à le faire. Vous allez attaquer leur amour-propre dans les deux cas.
  • Résoudre tous leurs problèmes. Si vous le faites, ils ne développeront pas la capacité de surmonter les difficultés. Et ce qui est pire, ils pourraient se considérer incapables de surmonter tout obstacle qui se met en travers de leur chemin.
Aussi minimes qu'ils puissent paraître, les commentaires négatifs minent lentement leur estime de soi.

Enfin, nous devons préciser que le «déterminisme» en psychologie n’existe pas. Certes, tout ce qui précède est essentiel pour la formation de l’estime de soi chez les enfants. Mais il y a aussi la possibilité d’inverser la situation à partir de l’auto-évaluation des vertus.

Et, bien sûr, si ce processus a des racines solides dès l’enfance, ce sera beaucoup mieux.

 

A découvrir aussi