Pourquoi n’ai-je que des filles ?

· 11 mars 2019
De nombreux pères et mères se demandent pourquoi ils n'ont que des filles, en raison de la prédominance du sexe féminin dans la famille. Bien qu'il n'y ait pas de source sûre, certaines des causes potentielles de ce phénomène sont encore débattues par les experts. Voulez-vous savoir lesquelles ?

Un des moments les plus agréables de la grossesse est de connaître le sexe du bébé. Bien que cela soit très cliché, beaucoup conditionnent au sexe du bébé les futures activités qu’ils souhaitent mettre en œuvre. Découvrez ci-dessous pourquoi vous n’avez « que » des filles et profitez pleinement de votre parentalité.

De quoi dépend le sexe du bébé ?

Chromosome 23

Le sexe du bébé est déterminé par le chromosome que porte le spermatozoïde qui parvient à féconder l’ovule. Cependant, il est nécessaire de souligner que les cellules du corps sont composées de 46 chromosomes. Ceux-ci, à leur tour, sont groupés par paires (c’est-à-dire 23) et, dans chaque paire, un chromosome est hérité du père et l’autre de la mère.

Les chromosomes XX sont pour le sexe féminin et XY pour le masculin.

Pourquoi n'ai je que des filles ?

C’est le chromosome 23 qui détient les informations qui vont déterminer le sexe de l’enfant. Chaque cellule sexuelle contient la moitié des chromosomes (23). Ainsi, dans le cas de l’ovule, le chromosome 23 est un X. Dans le spermatozoïde, le chromosome 23 peut être un X ou un Y. Donc, si un spermatozoïde Y féconde l’ovule, le résultat sera un garçon, mais s’il s’agit d’un chromosome X, ce sera une fille.

Que se passe t’il avec le spermatozoïde ?

Vous vous dites sans doute que si vous n’avez que des filles, c’est parce que vous n’avez que des spermatozoïdes X. C’est un sujet débattu par les experts, certains parient sur le hasard et d’autres sur les conditions du spermatozoïdes. Cependant, parmi les raisons pouvant expliquer cette prévalence figurent :

Les caractéristiques du sperme

On pense qu’il existe des différences en termes de vitesse, d’endurance et de force. Les spermatozoïdes X sont plus forts et plus résistants, mais plus lents. Les Y sont faibles et petits, mais ils sont plus agiles.

Ainsi, lors des relations sexuelles avant l’ovulation, il y a plus de chances qu’un spermatozoide X féconde en raison de leur résistance. En revanche, lors des relations au cours de l’ovulation, la possibilité qu’un spermatozoide Y féconde augmente en raison de leur vitesse.

L’existence d’un syndrome mortel pour le sexe masculin

D’autre part, une croyance existe selon laquelle certaines familles pourraient être atteintes d’une maladie. Celle-ci détruirait le gène pour un sexe spécifique, principalement le masculin. Par conséquent, bien qu’ils puissent être conçus, ils ne peuvent guère survivre.

Les anomalies du sperme

Une autre raison peut être une caractéristique étrange du spermatozoïde qui détruit les chromosomes Y. Cependant, cela est encore en cours de recherche et ne peut donc être considéré comme un fait scientifique.

que des filles

Les avantages d’avoir des filles

Peu importe le sexe, tous les parents aiment leurs enfants et s’occupent d’eux avec amour. Cependant, le fait d’avoir plusieurs filles peut présenter certains avantages, parmi lesquels il convient de noter :

  • Pour les mères. Vous aurez une amie avec des intérêts communs possibles allant des vêtements aux voyages, ce qui permet toutes sortes d’expériences positives entre vous. Apprenez-lui dès l’enfance à être forte et intelligente.
  • Pour les pères. Vous découvrirez un autre rôle pour identifier les besoins de votre petite et vous deviendrez ainsi plus affectueux et compréhensif. De plus, vous deviendrez un protecteur pour garantir le succès et le bonheur de vos filles.

En conclusion, si vous n’avez que des filles, ce sont les spermatozoïdes X ou Y présents dans les chromosomes de l’homme qui le déterminent.

Concernant la prédominance de certains sexes, cela peut être dû au hasard, à l’état du spermatozoïde, à des anomalies ou à des défauts dans le sperme. En tout état de cause, la vérité est qu’être parent de filles apporte de grandes expériences et des défis à surmonter avec amour.

  • Audí Parera, L. (2001). Fisiología de la diferenciación sexual. In Libro Curso de Formación PostGrado:  2001 – Estados intersexuales e hipogonadismo
  • Baca, G., & Calderón, S. (2012). Desarrollo y crecimiento. General: Biol
  • Domínguez, F., & Simón, C. (2002). Impronta genómica. Cuadernos de Medicina Reproductiva