La lutte pour la survie des spermatozoïdes

· 6 mars 2018
Les spermatozoïdes doit aller loin avant d'atteindre les ovules. Dans cette tournée, la survie est contestée et seul le plus rapide peut atteindre l'objectif.

Dès l’éjaculation, les spermatozoïdes commencent leur combat pour la survie. Près de 200 millions de ces cellules doivent se joindre à la course aux ovules de la femme, et ainsi, être en mesure de les féconder. Ci-dessous, le parcours de cet événement fascinant est détaillé. Bien que cela ne semble pas être le cas, la fécondation est l’un des processus les plus complexes et les plus étudiés en biologie. 

Pourquoi la survie des spermatozoïdes ?

Les spermatozoïdes sont des cellules différenciées. Par conséquentchacun d’eux est unique. Cela signifie, en outre, que dans le tractus féminin, les spermatozoïdes ne peuvent pas se régénérer et sont obligés de se battre pour leur survie.

En fait, après l’éjaculation, les contractions utérines et le système immunitaire de l’organisme de la femme, provoquent un stress oxydatif qui endommage ces cellules. C’est le premier obstacle auquel ils doivent faire face. Bien sûr, il y a beaucoup d’autres obstacles à surmonter pour pouvoir féconder. Mais, à quoi ressemble le chemin ? Qu’a-t-il de si particulier ?

Les spermatozoïdes dans le système reproducteur féminin

Une fois dans le tractus de la femme, les spermatozoïdes doivent parcourir une distance de 15 à 18 cm jusqu’à l’ovule. Une fois la présence de spermatozoïdes dans le vagin détectée, certains mécanismes de contrôle sont mis en place.

Pendant le temps qu’il faut pour parcourir cette distance, le corps de la future mère engendre une sorte de réaction. Cette réaction du corps féminin est destinée à moduler la voie des gamètes mâles pour atteindre l’ovule.

Les premiers obstacles

La première barrière est liée au pH vaginal de la femme. Si c’est un pH acide (environ 5), il provoque une diminution des spermatozoïdes. Un autre obstacle a à voir avec le système immunitaire féminin. Étant un organe relié à l’extérieur, le vagin possède des défenses antimicrobiennes qui peuvent également affecter les gamètes mâles.

Le processus de fécondation des ovules par les spermatozoides en 3D.

Les globules blancs détectent la présence de cellules étrangères et phagocytent ou détruisent les spermatozoïdes.

Les mécanismes de neutralisation

Pour contrer ces barrières et traverser le vagin, le plasma séminal met en mouvement certaines protections. Cela signifie que des substances qui inhibent la phagocytose sont sécrétées. Le pH du plasma séminal est plus élevé que celui du vagin. Lors de leur jonction, les deux pH sont neutralisés et empêchent la destruction des gamètes mâles.

Le col de l’utérus

La deuxième phase arrive. Les spermatozoïdes doivent maintenant traverser le col de l’utérus. À ce stade, la plupart ont été laissés sur la route. Cependant, pour faciliter ce transit, le col sécrète un mucus hydraté à 96% d’eau, rendant possible la pénétrabilité.

Les cryptes cervicales

L’anatomie cervicale est composée de cryptes. Les spermatozoïdes peuvent être piégés à l’intérieur. Elles sont donc un obstacle à leur avancée. Cependant, ces cryptes sont également un lieu de stockage. Les spermatozoïdes peuvent survivre jusqu’à 5 jours après le rapport sexuel. Plus tard, ils pourront sortir et féconder.

Avancer dans l’utérus

Avant d’atteindre l’utérus, le sperme doit traverser le mucus qui tapisse le col de l’utérus. Si l’ovulation a déjà eu lieu, il sera plus liquide et plus facile à pénétrer. Le sperme peut traverser la cavité utérine en 10 minutes. Cela se produit parce que l’utérus et les trompes produisent une contraction qui les aspire et facilite l’arrivée à l’ovule.

Les trompes de Fallope

À ce stade, les gamètes doivent traverser le tube vers les trompes, la jonction utérotubale. C’est la partie la plus étroite du chemin.

Pour continuer son chemin vers l’ovule, deux changements se produisent dans le sperme. Tout d’abord, ils deviennent hyperactifs, c’est-à-dire qu’ils bougent plus vite. Deuxièmement, la membrane plasmique du gamète change pour passer à travers les couches protectrices de l’ovule.

Image 3D de la dernière partie du voyage du sperme.

La proximité de l’ovocyte

L’hyperactivation sera cruciale pour que les spermatozoïdes traversent la membrane qui recouvre l’ovocyte. En plus de cela, un système de guidage est activé dans les tubes. Ce dernier amène le gamète à l’ovule.

Les dernières phases

Parmi les millions qui ont pénétré dans le tractus féminin, seules des douzaines survivent à ce stade. La barrière suivante consiste à pénétrer la zone pellucide, c’est-à-dire les cellules qui protègent l’ovule. Dès que cela se réalise, l’un des spermatozoïdes libère une enzyme et la réaction de l’acrosome est activée.

Immédiatement, l’ovule génère une coquille autour de lui afin qu’aucun autre spermatozoïde ne le féconde. Cela garantit le développement ultérieur de l’embryon.

Voici le chemin que le spermatozoïde doit parcourir pour féconder l’ovule. Un chemin de survie où, parmi les millions qui pénètrent, un seul atteint le but. Le reste des spermatozoïdes meurt d’épuisement, de morphologie anormale ou phagocyté par le système immunitaire de la femme.