Plus d'empathie et moins de concurrence à l'adolescence

24 juillet, 2020
L'empathie et la concurrence sont deux valeurs totalement différentes, bien qu'elles soient également présentes à l'adolescence. Dans l'article suivant, nous expliquons comment il est possible qu'il y ait plus d'empathie et moins de concurrence dans cette étape décisive de la vie.

À l’adolescence, les sentiments de concurrence entre adolescents sont beaucoup plus puissants que les manifestations d’empathie. Cependant, il est nécessaire d’évaluer la différence entre les deux attitudes et les raisons pour lesquelles cela se produit, afin de trouver des solutions qui conduisent à plus d’empathie et moins de concurrence.

D’une part, l’empathie est la capacité de penser aux choses du point de vue d’une autre personne ; cela implique la capacité de reconnaître les sentiments d’autrui et d’y répondre de manière appropriée.

À l’adolescence, ces compétences aident les jeunes à résoudre des problèmes sociaux, à gérer leurs émotions et celles des autres. De plus, il est très important d’éviter les conflits.

En termes de concurrence, elle peut être positive pour les adolescents dans le bon sens. En effet, elle leur permet, entre autres, de réaliser leur plein potentiel.

Cependant, c’est un problème lorsqu’elle devient obsessionnelle. La concurrence comporte le risque que les jeunes aient une idée fausse de leurs capacités. Il est conseillé d’éduquer votre enfant en lui apprenant que l’important est qu’il s’améliore lui-même et qu’il n’ait pas en tête le travail ou le niveau des autres.

De plus, n’oubliez pas que la pression des pairs est l’un des aspects les plus difficiles de l’empathie chez les adolescents. S’il est possible que ce sentiment se manifeste individuellement, il n’est pas le même dans un groupe, lorsque l’influence est encore plus grande.

L’empathie à l’adolescence

L’empathie, dans sa forme la plus élémentaire, est la capacité de ressentir la douleur d’une autre personne, ou du moins de l’imaginer de façon vivante et personnelle. C’est un sentiment très positif pour les adolescents, car il les aide à apprendre à ne pas faire aux autres ce qu’ils n’aimeraient pas subir au départ.

Des adolescents au camping.

De plus, l’empathie est l’un des aspects les plus importants pour expliquer les relations entre adolescents. Un déficit d’empathie peut conduire les adolescents à avoir des problèmes de comportement et à être agressifs ou antisociaux. Pour cette raison, il est conseillé aux parents d’encourager l’empathie chez leurs enfants au fur et à mesure de leur développement.

Certes, l’adolescence est une période idéale pour acquérir des valeurs et des comportements qui peuvent accompagner les jeunes toute leur vie. L’empathie est une attitude qui aide les adolescents à devenir bons dans leurs comportements et plus sensibles à ce que ressentent les autres.

D’autre part, elle favorise également la camaraderie et le travail d’équipe. En s’occupant des autres ou en tenant compte de leurs sentiments, les jeunes peuvent unir leurs forces pour obtenir un bien meilleur résultat, quel que soit le type d’activité qu’ils essaient de réaliser.

“La défaite n’est pas le pire des échecs. Ne pas avoir essayé est le véritable échec.”
-George Edward Woodberry-

Concurrence à l’adolescence

L’adolescence est une période où les jeunes cherchent et forgent leur identité personnelle. Dans ce processus, le sentiment de concurrence est constant et se traduit par les comparaisons continues que les jeunes font avec leurs pairs. De fait, les adolescents se comparent souvent dans le but d’obtenir la conformité dans beaucoup de leurs actions.

Cela signifie que, par le biais de comparaisons, ils acquièrent une perspective de la réalité dans laquelle ils attribuent des réalisations et des succès. C’est ainsi qu’émerge la concurrence, dans une recherche incessante d’être meilleur que les autres, alimentée par l’insécurité personnelle qui accompagne cette étape.

S’il est vrai que dans de nombreuses situations de la vie, la concurrence est positive pour augmenter et améliorer les performances, elle est considérée comme l’un des plus grands problèmes de l’adolescence. À ce stade, cette qualité conduit à un manque de camaraderie et à une mauvaise perception de la réalité dès le plus jeune âge et à un âge influent.

Deux femmes jouant au paddel.

De plus, la concurrence à l’adolescence peut être une réelle préoccupation, car les jeunes s’attribuent le succès ou l’échec en se basant sur des comparaisons de performances avec leurs pairs. Cependant, les amitiés ne doivent pas servir de thermomètre pour déterminer le niveau de compétence d’une personne dans un domaine donné de la vie.

Enfin, l’idée d’inclure plus d’empathie et moins de compétitivité dans l’adolescence est de provoquer un changement de perspective de la part des adolescents. Pour que cela soit possible, les parents doivent aider leurs enfants par une bonne éducation et des valeurs.