Peut-on éviter l’épisiotomie pendant l’accouchement ?

· 9 février 2019
Dernièrement, l'on donne plus d'importance à la pratique de l'accouchement de forme naturelle. L'on peut ainsi éviter l'épisiotomie, source de beaucoup d'inquiétude pour les femmes enceintes.

Si vous attendez un bébé, il est possible que craigniez une déchirure ou une coupure du périnée pendant la naissance. Cependant, de nombreux spécialistes suggèrent de limiter cette pratique aux cas strictement nécessaires. Nous vous donnerons ensuite quelques clés pour éviter l’épisiotomie pendant l’accouchement.

Qu’est-ce que l’épisiotomie ?

Cela consiste à réaliser une petite incision du périnée, c’est-à-dire la zone entre le vagin et le rectum lors de la sortie de la tête du bébé. Cela sert à augmenter l’ouverture pour faciliter l’expulsion du bébé.

Cette pratique a commencé à voir le jour pour éviter des déchirures musculaires dans la zone périnéale. Elle est devenue courante. En effet, en Espagne, par exemple, on a réalisé cette opération sur plus de 80 % des femmes pendant l’accouchement.

Une femme prête pour l'accouchement

Comment éviter l’épisiotomie pendant l’accouchement ?

L’on peut protéger la zone périnéale en plaçant des compresses chaudes pour faciliter l’expulsion. L’on recommande également les massages du périnée pendant les six dernières semaines. Cela peut se faire avec des huiles et les exercices de Kegel.

Certains spécialistes tel qu’Asuncion Gomez, kinésithérapeute et sage-femme, pensent que tant le périnée est sain, le risque est moindre. Il faut le laisser se détendre lentement et naturellement.

Pour éviter l’épisiotomie pendant l’accouchement, vous pouvez demander conseil à une sage-femme. Elle vous aidera à accouchement de la manière la plus naturelle possible -en réalisant une incision périnéale seulement si nécessaire. Elle contribue à l’accouchement naturel et la moindre quantité d’interventions chirurgicales. Vous pouvez également considérer d’accoucher dans l’eau. Cela réduit souvent la douleur et les incisions périnéales.

Lisez également :
Accouchement dans l’eau

Exercices de Kegel

Ils sont basés sur la contraction et le relâchement du muscle du périnée. Vous pouvez le faire assise aux toilettes les jambes écartées. Il s’agit de retenir la miction d’urine pendant des intervalles de cinq secondes.

Ensuite, laissez couler à nouveau sans bouger les jambes et respirez doucement. Répétez 10 fois cette série d’exercices, plusieurs fois par jour. Si possible, augmentez le temps de relâchement et de contraction jusqu’à atteindre les 20 secondes.

L’objectif est de renforcer le muscle du périnée pour le rendre plus résistant et plus élastique. Par conséquent, la femme enceinte peut détendre la zone, créer une flexibilité pour parvenir à une bonne dilatation lors de la phase d’expulsion. La tête du bébé pourra ainsi sortir facilement et l’on pourra éviter l’épisiotomie.

Massages prénataux dans la zone du périnée

Ceux-ci peuvent être réalisés à partir du troisième trimestre de grossesse. Comment faire ? Le moment adéquat est après votre douche. Imprégnez toute la zone périnéale avec de l’huile de rose musquée ou d’amande. 

À l’aide de vos pouces, massez la zone en forme de U, en exerçant une légère pression vers le haut et vers l’extérieur. Répétez ce mouvement jusqu’à sentir une faible sensation de brûlure.

Si vous réalisez ces mouvements régulièrement, vous parviendrez à assouplir et à étirer les tissus. Le périnée sera ainsi plus élastique. Ils préparent également la femme enceinte aux sensations de tension et de pression qu’elle subira pendant l’accouchement.

De l'huile pour réaliser des massages du périnée

À quel moment doit-être réalisée l’épisiotomie ?

L’on doit réaliser l’épisiotomie lorsqu’il existe un risque de souffrance foetale. Par exemple, lors d’accouchements compliqués ou dystociques et chez les femmes qui ont déjà souffert d’une déchirure vaginale lors d’un précédent accouchement.

En outre, si l’incision périnéale est réalisée correctement et qu’elle est bien suturée, la récupération est simple. Les gênes durent quelques jours et les points de suture tombent d’eux-mêmes.

Pour soulager les maux, vous pouvez placer des compresses d’eau tiède et maintenir une bonne hygiène. Lavez fréquemment la cicatrice, séchez-la et couvrez-la avec une compresse. Évitez également les aliments astringents.