On se moque de mon enfant à l’école, comment réagir ?

27 mai 2018
Votre fils rentre de l'école et vous le voyez triste. "Il s'est fait harcelé", c'est la première chose que vous pensez. Vous vous rapprochez alors de lui, le cœur brisé de le voir si abattu. Ensuite, vous entamez une discussion, il se montre démoralisé, peu décidé à parler. On se moque de mon enfant à l'école.

Vous commencez à détester les couloirs et les salles de classe de l’école. Ces recoins destinés à faire souffrir les petits par la cruauté des plus grands. Vous observez la tristesse sur le visage angélique de votre enfant et votre cœur se brise de chagrin.

Gros, maigres, grands, petits, hommes et femmes, jeunes et vieux, peau blanche ou noire. Personne n’échappe à cette nouvelle forme de violence. Vous ne savez probablement pas quoi faire. L’anxiété et l’angoisse présentes pendant que vous vous demandez, « comment peut-on agir dans ce cas? ». Alors soyez vigilants à la lecture de cet article.

On se moque de mon enfant : montrez-lui qu’il est différent et unique

"On se moque de mon enfant à l'école", c'est une angoisse pour chaque parent qui voit son enfant abattu

Si votre petit est le centre de critiques impitoyables, concentrez-vous sur ce que relèvent les enfants. Signalez toutes les choses, en plus de ce qu’ils soulignent, qui le différencient des autres. Bien sûr, cette valeur différentielle ne sera jamais prise de façon négative. Qu’il s’assume tel qu’il est, en comprenant bien que c’est ce qui le rend unique et spécial.

Vous pouvez même aborder toutes ces personnes qui ont triomphé dans différents domaines de la vie même si elles présentaient des conditions pour lesquelles on se moquait d’elles. Avouez que vous avez été vous aussi victime d’harcèlement et racontez-lui ce que vous avez certainement dû endurer.

Montrez-lui qu’il n’est pas le seul à passer par là. Expliquez-lui aussi que les gens ont toujours quelque chose à dire. C’est ainsi, ils aiment donner leur avis, même quand on ne leur demande pas leur opinion. Ils aiment juger, bien qu’ils ignorent ce qui se cache derrière chaque être et son histoire de vie.

Les malfaisants se moquent en public des hommes de bien, et en secret ils les respectent et les envient.

-Manuel Tamayo et Baus-

« Dans la faiblesseje deviens plus fort », cela doit être la devise qui pousse votre enfant à combattre cette lutte. Ainsi, il ne se laisse pas affaiblir par ces enfants abusifs qui, de toute évidence, manifestent des problèmes d’insécurité par leurs actions. Car à travers ce type d’actes, on ne fait rien d’autre que mettre à nu ses carences.

On se moque de mon enfant : comment doit-il agir ?

Tout d’abord, ne pas prendre les mots déversés sur lui. Ne pas laisser les paroles le déranger. Braver l’ignorant avec un complexe d’infériorité qui a besoin de rabaisser les autres pour se sentir supérieur.

« Miroir qui rebondit, qui rebondit sur moi, qui explose sur toi », répètent les plus jeunes en Argentine. Et comme on dirait au Chili, « l’opinion abonde dans la bouche des idiots ». Qu’il continue son chemin, la vie prendra soin de mettre tout le monde à sa place. C’est ainsi qu’il prouvera que rien de ce qu’on lui a dit ne l’a affecté, et à quel point il est grand.

Si on se moque de mon enfant à l'école, la meilleure chose à faire est de sourire

Il ne doit jamais oublier que le fait d’être unique ou spécial – ou qu’il ne ressemble pas aux autres – ne signifie pas qu’il est bizarre. Ce n’est absolument pas le cas. Être différent n’a jamais été une mauvaise chose. Au contraire, c’est plutôt devenu une valeur différentielle.

Encouragez votre enfant à être heureux tel qu’il est. Avec ses qualités et ses défauts. Encouragez-le à s’aimer, en toute sécurité. A s’accepter. Et savoir que l’avantage d’être différent -dans le corps, le mental, l’âme et l’esprit- c’est que vous pensez et vous agissez différemment. Si on se moque de mon enfant, quelle est la meilleure chose qu’il puisse faire ?

Il n’y a pas de meilleure réponse qu’un bon sourire. Croyez-nous, c’est la seule manière d’éliminer le bourreau. Celui qui se réjouit des pleurs de votre enfant, non seulement il ne saura plus quoi faire, mais il se sentira encore plus réduit et inférieur en voyant que son venin ne provoque pas d’effet. Riez et soyez heureux. C’est la pire blessure que l’on puisse faire à une personne toxique.

La moquerie est l’instrument d’usage quotidien utilisé par l’ignorant complexé pour se sentir cultivé

-Citation Anonyme-

 

A découvrir aussi