Modifications anatomiques et physiologiques pendant la naissance

Votre corps change en accord avec le reste des aspects de votre vie. Découvrez de quoi il s'agit et préparez-vous à accueillir votre enfant à bras ouverts.
Modifications anatomiques et physiologiques pendant la naissance

Dernière mise à jour : 19 novembre, 2021

L’accouchement est la dernière étape de la gestation, au cours de laquelle la femme donne naissance à son bébé et expulse le placenta de l’utérus. Quelle que soit la voie par laquelle le fœtus quitte le corps maternel, l’organisme féminin subit des changements anatomiques et physiologiques très importants pendant la naissance.

Tout comme au début de la grossesse il y avait des modifications pour s’adapter à une nouvelle vie, à ce moment-là commence la phase de retour à l’état antérieur. Mais toutes les structures ne reviendront pas à leur état d’origine. Car bon nombre d’entre elles resteront pour assurer la prise en charge du bébé.

Dans cet article, nous vous expliquons comment le corps se prépare dans les instants précédents l’arrivée du bébé.

Les phases du travail

La naissance du bébé n’est qu’une des phases du travail. En effet, pour que cela se produise, il faut que l’organisme maternel se prépare à l’avance. Des facteurs maternels, fœtaux et hormonaux participent à ce processus.

De la combinaison des signaux émis par ces trois protagonistes, résultera le début du travail.

Les phases du travail impliquent l’ensemble des changements anatomiques et physiologiques du corps de la femme vers la fin de la gestation. Autrement dit, elles dépassent les étapes bien connues du travail (dilatation, expulsion et accouchement). Pour Cunningham et al (2019), ces phases sont les suivantes:

  1. Prélude au travail (ou phase d’inactivité): il comprend une grande partie de la grossesse et se caractérise par un remodelage du col de l’utérus (sans dilatation).
  2. Préparation au travail (ou activation utérine): commence dans les semaines précédant la naissance et comprend la maturation du col de l’utérus et certains changements dans les muscles de l’utérus.
  3. Processus de travail (ou phase de stimulation utérine): c’est la phase de contractions utérines douloureuses, qui s’accompagnent des processus cardinaux du travail (dilatation, expulsion et accouchement).
  4. Récupération après l’accouchement (ou involution): elle commence après la naissance et implique les processus d’involution utérine, de réparation du col de l’utérus et de début de lactation.
Une femme en train d'accoucher.

Changements anatomiques et physiologiques du corps de la mère au cours de la naissance

Comme nous l’avons anticipé, les changements dans l’organisme maternel suivent une séquence définie pour s’adapter aux besoins du nouveau bébé. À mesure qu’il mûrit, le tractus génital féminin s’adapte pour donner naissance et récupérer pour la prochaine grossesse.

Voici donc les modifications anatomiques et physiologiques des principales structures impliquées dans la naissance de l’enfant.

Utérus et placenta

C’est la cavité qui abrite le bébé pour assurer sa nutrition, sa croissance et son développement jusqu’au stade fœtal mature, vers la 40e semaine de gestation.

Pendant les 9 mois, il y a des changements dans toutes ses structures: l’endomètre (la couche utérine en contact avec les structures fœtales), le myomètre (la couche musculaire) et le col de l’utérus, entre autres.

Vers la fin de la grossesse, les changements suivants se produisent:

  • Maturation cervicale: le col s’assouplit et se raccourcit.
  • Formation du segment utérin inférieur: Cette région est formée à l’intérieur de la cavité utérine et est préparée pour abriter la tête du bébé. De cette façon, elle permet au fœtus de s’intégrer dans le bassin maternel.
  • Sensibilité accrue du myomètre aux stimuli hormonaux pendant le travail (principalement l’ocytocine) et capacité accrue à se contracter.

Lorsque la phase 3 (ou processus de travail) commence, les contractions utérines nécessaires pour expulser le bébé vers l’extérieur commencent. Celles-ci sont généralement intenses, régulières et involontaires.

Ainsi, la contraction rythmique du myomètre provoque les changements suivants:

  • Effacement et dilatation cervicale (jusqu’à 10 centimètres de diamètre).
  • Perte du bouchon muqueux.
  • Formation de la poche des eaux.
  • Redressement de la colonne vertébrale du fœtus et descente par le canal génital.
  • Modifications du plancher du bassin pour favoriser l’accouchement.

Une fois que le bébé quitte l’utérus, cet organe commence à rétrécir jusqu’à atteindre le niveau du nombril (phase d’involution). Cela se produit grâce à la contraction du myomètre, mais à des niveaux presque imperceptibles par la mère. Ce mécanisme cherche à comprimer les vaisseaux sanguins afin d’éviter les saignements.

De son côté, le placenta se replie sur lui-même et se détache lentement de l’endomètre (ou caduque). À l’intérieur de ces deux couches, un hématome se forme avec les restes de sang. Puis, l’organe entier est lentement libéré par le canal génital.

Enfin, le col de l’utérus entre dans une phase de réparation pour éviter l’infection et se remettre en forme pour abriter une nouvelle vie.

Les glandes mammaires

Une maman qui allaite son bébé.

Les nouveaux protagonistes de cette histoire seront les glandes mammaires, car elles auront la mission importante de nourrir le nouveau bébé.

Bien que ses structures se soient développées pendant la grossesse, cette machinerie démarrera après la première tétée du bébé. Et tout comme cela s’est produit avec les organes génitaux, tout ce processus dépendra des stimuli hormonaux correspondants.

Les changements physiques pendant la naissance ne sont que le début…

La maternité est bien plus que la biologie. Bien que ces transformations soient immenses et palpables, elles ne sont que le coup d’envoi vers une nouvelle vie.

En ce sens, la nature est sage et nous montre que mettre un enfant au monde n’est pas une chose facile. Au contraire, cela demande un effort sous plusieurs aspects et un dévouement du corps et de l’âme. Mais le prix qu’il nous rend dépasse toutes les attentes. Alors profitez-en!

Cela pourrait vous intéresser ...
6 exercices pour que le bébé rentre dans le canal de naissance
Être parents
Lisez-le dans Être parents
6 exercices pour que le bébé rentre dans le canal de naissance

Il reste peu de temps avant l'accouchement et votre bébé ne s'est pas retourné? Voici 6 exercices pour aider votre bébé à rentrer dans le canal de ...



  • Cunningham G, Leveno K, Bloom S et al. Fisiología del trabajo de parto. Capítulo 21. En: F. Gary Cunningham, Kenneth J. Leveno, Steven L. Bloom, Jodi S. Dashe, Barbara L. Hoffman, Brian M. Casey, Catherine Y. Spong. Williams Obstetricia. 25 edición. McGRAW-HILL INTERAMERICANA. 2019. ISBN: 978-1-4562-6736-0. Disponible en: https://accessmedicina.mhmedical.com/content.aspx?bookid=1525&sectionid=100458658
  • Condon JC, Jeyasuria P, Faust JM, Wilson JW, Mendelson CR. A decline in the levels of progesterone receptor coactivators in the pregnant uterus at term may antagonize progesterone receptor function and contribute to the initiation of parturition. Proc Natl Acad Sci U S A. 2003 Aug 5;100(16):9518-23. doi: 10.1073/pnas.1633616100. Epub 2003 Jul 28. PMID: 12886011; PMCID: PMC170950. Disponible en: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC170950/
  • Menon R, Bonney EA, Condon J, Mesiano S, Taylor RN. Novel concepts on pregnancy clocks and alarms: redundancy and synergy in human parturition. Hum Reprod Update. 2016 Sep;22(5):535-60. doi: 10.1093/humupd/dmw022. Epub 2016 Jun 30. PMID: 27363410; PMCID: PMC5001499. Disponible en: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5001499/
  • Olson DM, Ammann C. Role of the prostaglandins in labour and prostaglandin receptor inhibitors in the prevention of preterm labour. Front Biosci. 2007 Jan 1;12:1329-43. doi: 10.2741/2151. PMID: 17127385. Disponible en: https://www.fbscience.com/Landmark/articles/10.2741/2151