Méningite chez les enfants : symptômes, causes et traitement

La méningite est l'une des maladies potentiellement graves de l'enfance et des enfants plus âgés. Pourtant, il existe des moyens de la prévenir.
Méningite chez les enfants : symptômes, causes et traitement

Dernière mise à jour : 01 juillet, 2021

Le cerveau est un organe essentiel à la vie humaine. Avec d’autres organes, il forme le système nerveux central (SNC) et remplit un rôle « exécutif » dans le corps. Ce dispositif est tapissé de membranes (méninges) et d’une couche liquide (liquide céphalo-rachidien) qui le protègent des blessures externes telles qu’un traumatisme ou une infection. Lorsque les méninges s’enflamment, la condition qui en résulte se nomme méningite. Abordons davantage la méningite chez les enfants.

Comment survient la méningite ?

L’inflammation des méninges a plusieurs causes, mais la plupart du temps elle est le résultat d’infections. Après l’entrée des germes dans l’organisme (principalement par les voies respiratoires supérieures), des mécanismes se déclenchent pour contourner le système de défense.

Certains germes progressent et pénètrent dans la circulation sanguine puis s’insèrent plus tard dans les barrières qui protègent le SNC. Ils se logent ensuite dans le liquide céphalo-rachidien et commencent à se répliquer, provoquant les symptômes caractéristiques de la maladie.

Quels germes en sont la cause ?

La plupart du temps, la méningite est d’origine virale. Elle peut apparaître isolément ou par épidémies (c’est-à-dire que plusieurs cas surviennent à la fois et à un certain endroit).

Les virus les plus fréquents sont ceux qui provoquent la diarrhée (Entérovirus). Bien que d’autres comme l’herpès, la rougeole, les oreillons (oreillons) ou la grippe aient également été isolés. Et cela est démontré par ces informations de l’Association espagnole de pédiatrie (AEP).

Enfant malade atteint de méningite.

Les méningites sont également dues à des infections bactériennes, celles-ci étant généralement plus sévères et brutales que les précédentes. Les bactéries qui les produisent varient selon l’âge. Leur fréquence dépend également des taux de vaccination de la population. En Espagne, selon les ministères de la Santé, de la Consommation et de la Prévoyance sociale, les plus fréquentes sont les suivantes :

  • Nouveau-nés : Streptococcus Agalactiae, Escherichia Coli et Listeria monocytogenes.
  • Nourrissons et jeunes enfants : Streptococcus pneumoniae (Pneumocoque), Neisseria Meningitidis (méningocoque) et Haemophilus Influenzae type b.
  • Adolescents et jeunes adultes : méningocoque et pneumocoque.
  • Adultes : pneumocoque, méningocoque et H. influenzae type b.

Qui est le plus à risque de tomber malade ?

Le risque de contracter la maladie est directement lié au degré de maturité du système de défense de l’organisme, appelé système immunitaire.

Les jeunes enfants n’ont pas les défenses nécessaires pour combattre les germes qui causent la méningite. Par conséquent, 80 % du temps, la maladie survient chez les enfants de moins de 10 ans, selon cette étude publiée dans Pediatric Infectology .

En plus des enfants, ceux qui souffrent de déficiences immunitaires, telles que le cancer ou l’infection par le VIH (virus de l’immunodéficience humaine), auront également un risque plus élevé de tomber malade.

Comment la méningite se propage-t-elle?

Les germes qui causent la méningite se transmettent d’une personne à l’autre. Habituellement, celui qui le porte, avec ou sans symptômes de maladie, le libère par des sécrétions nasales ou des gouttes de salive.

Le germe pénètre dans le nouvel hôte par la bouche ou le nez et colonise les muqueuses respectives. Selon l’état immunitaire de l’hôte, il restera dans ce site, provoquant une affection localisée (comme un catarrhe des voies respiratoires supérieures ) ou il entrera dans le sang et produira une infection disséminée.

Selon les mêmes informations de l’AEP que nous avons déjà évoquées plus haut, cette infection n’évoluera que dans un faible pourcentage de cas en méningite. Il est important de noter qu’un pourcentage élevé d’adolescents et d’adultes seront porteurs de ces germes sans le savoir (porteurs asymptomatiques), pouvant les transmettre aux plus vulnérables, comme les jeunes enfants.

Signes et symptômes de la méningite chez les enfants

Les symptômes varient selon l’âge du patient et la cause. Cela s’applique également à l’évolution de la maladie (progression rapide ou lente), ainsi qu’à la gravité (légère, modérée ou sévère).

Selon l’âge, et compte tenu des informations de l’étude publiée dans Pediatric Infectology, les symptômes de la méningite sont les suivants :

  • Les nouveau-nés présentent des manifestations peu spécifiques mais très frappantes. Il est fréquent de noter des changements de température (fièvre ou hypothermie), un refus de s’alimenter, des altérations de l’état de conscience (extrêmement irritable ou somnolent), des vomissements répétés ou une agitation permanente. Dans certains cas, également des convulsions.
  • Chez le nourrisson (moins de 1 an) : fièvre, refus de manger, vomissements, irritabilité, convulsions ou tendance marquée à dormir. Il est courant que la fontanelle se gonfle et se serre davantage que d’habitude.
  • Chez l’enfant de plus d’un an, on observe la forme classique: forte fièvre, céphalées, vomissements, raideur de la nuque et autres signes d’irritation des méninges (tels que gêne oculaire à la lumière ou photophobie). Dans certains cas, des convulsions ou des signes d’atteinte neurologique peuvent également apparaître. Comme une paralysie musculaire ou une vision double (diplopie).

Comment diagnostique-t-on la méningite ?

Lorsque la maladie est suspectée à partir de signes et de symptômes, il sera important d’effectuer une ponction lombaire afin d’obtenir un échantillon de liquide céphalo-rachidien à étudier. Selon les données obtenues, nous pourrons différencier s’il s’agit d’une cause virale ou bactérienne. Dans ce dernier cas, isoler le germe en cause par une culture.

En plus de la ponction lombaire, il est conseillé de réaliser une prise de sang pour différents dosages, dont une hémoculture pour détecter la présence de germes. Dans les cas où cela est nécessaire, une étude d’imagerie peut être réalisée, telle qu’une tomodensitométrie.

Quel est le traitement de la méningite chez l’enfant ?

L’option de traitement dépendra du tableau clinique initial, de l’âge du patient et de la sensibilité de la bactérie aux antibiotiques couramment utilisés dans ce contexte.

En cas de suspicion de méningite bactérienne, un traitement antibiotique doit commencer dès que possible.

Le choix de l’antibiotique dépendra de nombreux facteurs, mais il sera établi dans les normes de soins de chaque établissement. Une fois que le germe responsable a été obtenu dans la culture, le médicament peut être adapté à la sensibilité de ce micro-organisme.

Il n’y a pas de preuves claires sur l’utilisation de corticostéroïdes. Cette option sera donc soumise aux conditions particulières du patient.

La méningite peut-elle laisser des séquelles chez les enfants ?

Dans les cas les plus graves, la méningite bactérienne peut entraîner des séquelles à long terme. Même ainsi, on sait qu’avec un traitement approprié, le taux de mortalité est réduit à moins de 10 % chez les enfants de plus d’un mois.

Bien qu’elles ne surviennent pas toujours, les complications suivantes ont été décrites chez les patients atteints de méningite bactérienne :

  • Troubles visuels.
  • Surdité.
  • Crises récurrentes.
  • Troubles du comportement.
  • Difficultés dans le développement du langage.
  • Problèmes d’apprentissage.

En revanche, les méningites virales ont généralement un bon pronostic et les séquelles sont exceptionnelles.

Comment puis-je prévenir la méningite chez les enfants?

Garçon recevant le vaccin contre la méningite.

Les germes responsables de la méningite sont fréquents dans notre environnement habituel. En fait, bien souvent, celui qui les porte n’est pas au courant de cette maladie, car les adultes ne présentent pas toujours de symptômes.

Il est important de maintenir de bonnes pratiques d’hygiène. Telles que le lavage fréquent des mains, l’éloignement des personnes présentant des symptômes respiratoires, une bonne ventilation des pièces et éviter les conditions de surpeuplement.

En cas d’avoir été en contact avec une méningococcie documentée ou H. influenzae de type b, il est nécessaire d’initier un traitement antibiotique préventif post-exposition. De cette façon, les maladies graves causées par ces germes peuvent être évitées.

Il existe actuellement des vaccins disponibles pour prévenir les infections par les différents micro-organismes responsables de la méningite. Bon nombre d’entre eux sont inclus dans le calendrier de vaccination obligatoire, qui figure dans le document du ministère de la Santé, de la Consommation et de la Protection sociale.

A propos de la méningite chez les enfants…

La méningite est une maladie potentiellement grave et, dans de nombreux cas, évitable. Elle touche principalement les jeunes enfants et entraîne parfois de graves complications à long terme. Heureusement, nous avons plusieurs stratégies de prévention, comme la vaccination, qui offriront non seulement une protection individuelle, mais auront également un effet de protection communautaire.

Cela pourrait vous intéresser ...
La peur de la fièvre chez certains parents
Être parents
Lisez-le dans Être parents
La peur de la fièvre chez certains parents

Connaissez-vous la peur de la fièvre ? Ce phénomène est vécu par certains parents qui angoissent de la montée de la fièvre de leur enfant. Découvre...