Médicaments pendant l’allaitement : démentir les mythes

15 mai 2018
Assurément, en tant que mère, rien ne devrait vous rendre plus perplexe que d'avoir à vous soigner avec des médicaments pendant l'allaitement. Restez calme et prenez note des données que nous vous donnons ci-dessous.

Allaitement et médicaments sont deux mots qui, pour de nombreuses mères, ne peuvent pas faire bon ménage. L’idéal est sans aucun doute que pendant cette longue période, nous jouissions d’une excellente santé et n’ayons aucune pathologie.

Mais malheureusement, rien n’est parfait. Ce que nous voulons que vous sachiez, c’est qu’il existe de nombreux mythes concernant ce problème. En effet, c’est possible de prendre des médicaments pendant l’allaitement. La clé, c’est de toujours suivre les instructions de votre médecin pédiatre.

Les médicaments pendant l’allaitement : démentir les mythes

Le but de notre article est tout simplement de démystifier les idées générales prédéfinies chez les mères sur l’allaitement. Mais toujours en précisant que si jamais vous avez des questions, vous devriez toujours consulter votre pédiatre. Aussi, ne jamais considérer l’information que vous trouvez en ligne comme la seule autorité sur le sujet.

Selon diverses études, environ 80% des mères qui allaitent doivent prendre des médicaments pour diverses raisons. Beaucoup d’entre elles suspendent l’allaitement par peur des effets secondaires. Et toutes se basent sur la désinformation et les fausses croyances créées à ce sujet.

Il y a une chose que beaucoup de mères ignorent. C’est qu’une grande partie des médicaments que votre médecin vous prescrit ne pénètrent pas dans le lait que votre bébé boit. Ou alors, leur présence est presque imperceptible. Donc il n’y a aucun risque pour l’enfant.

La quantité de produits chimiques présents dans le lait suite à la prise de certains médicaments par voie orale est dans presque tous les cas minime. Elle est si petite qu’il serait même difficile de la détecter par un examen.

La même chose s’applique aux médicaments topiques. Par exemple, les corticostéroïdes. Ou encore, les gouttes ophtalmiques. Il est important dans tous les cas que le bébé n’ait pas de contact direct avec la crème par contact avec la mère.

Démentir les mythes sur les médicaments pendant l'accouchement

D’où viennent les mythes sur les médicaments pendant l’allaitement maternel ?

On estime que le principal problème est que la plupart ou presque tous les médicaments sur le marché présentent la légende suivante. « Si vous êtes enceinte ou allaitez, consultez votre médecin avant d’utiliser ce produit. »

Cette information est absolument pertinente. Car ce doit être le médecin qui indique sil faut le prendre, les horaires d’ingestion et les quantités. Mais si nous y accordons assez d’attention, l’avertissement indique que vous devriez «consulter» le médecin. Mais pas que vous avez l’interdiction de le consommer.

En effet, c’est une simple norme et un devoir légal des industries pharmaceutiques. Celles-ci doivent indiquer si le produit est contre-indiqué quand la mère allaite.

Dans de tels cas, la précaution de l’emballage doit indiquer ce qui suit. « Ne pas administrer pendant la grossesse ou lorsque l’on suspecte son existence, ou pendant l’allaitement. Si son utilisation vous est essentielle parce qu’il n’y a pas d’autre alternative thérapeutique, il vous faudra temporairement suspendre l’allaitement pour la durée du traitement. »

« L’allaitement et les médicaments sont deux concepts souvent incompatibles. Mais cela ne veut pas dire que c’est toujours le cas. »

Dans cette deuxième phrase, il y a évidemment une interdiction. Mais malgré cela, il est clair que la suspension de l’allaitement est temporaire. 

Il faut donc faire une bonne lecture de l’information fournie sur les contenants de produits médicaux. Pas besoin de perdre le calme ou supposer qu’il faudra définitivement suspendre l’allaitement. De même, il ne faut pas en déduire que la mère ne peut pas soigner les pathologies dont elle souffre en ce moment.

Les médicaments que vous pouvez prendre pendant l’allaitement

Beaucoup de médicaments couramment utilisés ont réussi tous les tests. Il a aussi été prouvé que leur consommation ne cause pas de dommages au bébé et n’affecte pas la production de lait. Ces médicaments sont :

  • L’ibuprofène
  • Le paracétamol
  • L’amoxicilline
  • La pénicilline
  • L’oméprazole
Démentir les mythes sur les médicaments pendant l'accouchement

Les médicaments interdits pendant l’allaitement

Les médicaments hautement interdits pendant l’allaitement sont ceux qui visent à éradiquer le cancer ou ceux liés au SIDA. Mais il y a aussi des traitements qui, bien que sûrs pour le bébé, devraient être pris en suivant des instructions spécifiques. Sinon ils pourraient présenter une sorte de désagrément.

L’acétaminophène, par exemple, qui figure sur la liste des médicaments sûrs, devrait être pris après l’allaitement, ou au moins deux heures avant l’allaitement, car il est considéré comme cause de somnolence chez le bébé.

Le propanol pour l’hypertension, bien qu’il ne cause pas de dommages à nos enfants, produit une réduction de la sécrétion de lait. On observe le même effet est également avec les pilules contraceptives, qui n’entraînent pas non plus d’effets néfastes sur la santé de l’enfant. Mais elles entravent la production de lait.

Vous comprenez maintenant que le problème se produit souvent à cause d’une mauvaise lecture des instructions de médicaments. Vous pouvez donc être plus tranquille au moment de prendre les médicaments prescrits par votre médecin. Enfin, nous vous rappelons l’importance de ne jamais, pour aucune raison, s’automédicamenter.

 

A découvrir aussi