L'impact des jeux violents pendant l'enfance

En tant que parents, si vous vous inquiétez de l'impact des jeux vidéos sur le comportement de vos enfants, nous vous en disons davantage dans cet article.
L'impact des jeux violents pendant l'enfance

Dernière mise à jour : 06 février, 2021

De nombreux parents s’inquiètent du temps que passent leurs enfants devant les écrans à jouer aux jeux vidéos. En effet, certains jeux possèdent des contenus violents qui ne sont pas adaptés pendant l’enfance et ont un impact négatif sur les jeunes.

C’est pourquoi, nous souhaitons aujourd’hui vous en dire davantage sur les jeux violents pendant l’enfance, afin d’avoir les clés pour agir correctement en temps voulu.

La réalité est évidente. Les jeux vidéos sont de plus en plus populaires chez les enfants et les adolescents. Au fil des années, ces jeux sont devenus plus réalistes et sophistiqués, permettant d’accéder à internet et de se connecter avec des personnes du monde entier. Même si certains ont un contenu éducatif, d’autres encouragent les comportements et les conduites agressives.

Les enfants et les adolescents peuvent passer énormément d’heures devant ces jeux vidéos et ont parfois des difficultés à contrôler le temps qu’ils y consacrent. En tant que parent, votre rôle est très important.

En plus de contrôler le nombre d’heures que passe votre enfant devant les écrans, il est fondamental que vous sachiez que ces jeux peuvent être violents et altérer le bien-être et l’éducation des jeunes.

Quelques recherches sur les jeux violents à l’adolescence

L’impact positif le plus largement reconnu est que les jeux vidéos peuvent aider les enfants à améliorer leur dextérité manuelle ainsi que leurs connaissances informatiques.

Toutefois, une étude réalisée par The American Psychological Association démontre une relation considérable entre l’usage de jeux vidéos violents et l’augmentation des comportements agressifs, des cognitions agressives et des affects agressifs.

A l’inverse, ils entraînent une diminution des conduites prosociales, de l’empathie et de la sensibilité à la violence. Par ailleurs, la même recherche signale qu’aucun facteur de risque ne conduit systématiquement une personne à agir violemment.

C’est plutôt l’accumulation des facteurs de risque qui tend à conduire à un comportement agressif. Jouer à des jeux violents est l’un d’entre eux.

Une famille qui joue aux jeux vidéos ensemble.

Quel est le contenu des jeux violents pendant l’enfance ?

Sachant que les enfants passent de nombreuses heures à jouer aux jeux vidéos à un âge très influençable, il est primordial que vous contrôliez leur consommation réelle. Pour cela, nous vous proposons quelques signes qui indiquent qu’un jeu n’est pas adapté aux enfants :

  • Présence de comportements criminels et manque de respect de l’autorité.
  • Exploitation sexuelle.
  • Stéréotypes raciaux, sexuels et de genre.
  • Le jeu permet de tuer des personnes ou des animaux.
  • Usage de drogues et d’alcool.
  • Langage et gestes obscènes.

Conseils pour les parents

En tant que parents, il est extrêmement important d’observer le comportement général de votre enfant à la maison, à l’école, dans son cercle social, ainsi que ses performances mentales ou psychologiques. N’oubliez pas que la surveillance de votre enfant est primordiale, surtout s’il passe tout son temps à jouer.

Voici donc quelques conseils à prendre en compte afin que votre jeune fasse un usage responsable de ces jeux. Cela évitera également d’autres types de complications associées.

  • Evitez les jeux vidéos chez les enfants en âge préscolaire.
  • Jouez avec votre enfant pour partager l’expérience et échanger sur le contenu du jeu.
  • Vérifiez si le jeu est adapté pour son âge, aussi bien au niveau du contenu que de son développement.
  • Etablissez des règles claires sur l’utilisation et le temps de jeu, à la maison ainsi qu’à l’extérieur.
  • Contrôlez les interactions en lignes et avertissez votre enfant des dangers.
  • Limitez le temps passé devant l’écran.
  • Encouragez la participation à d’autres types d’activités, notamment l’exercice physique.
  • Le moment idéal pour les jeux vidéos est après avoir terminé les devoirs ou les taches domestiques.
Deux enfants qui jouent aux jeux vidéos.

Est-il nécessaire de consulter un professionnel ?

Enfin, s’ils sont utilisés avec modération, sachez que les jeux vidéos adaptés à l’âge sont agréables et positifs pour le développement de l’enfant. Certains favorisent effectivement l’apprentissage, la résolution de problèmes et aide à développer la motricité fine ainsi que la coordination.

Cependant, les jeux violents pendant l’enfance peuvent provoquer une insensibilité à la violence et développer des conduites plus agressives. Si vous considérez que votre enfant présente des habitudes négatives ou des troubles du comportement en conséquence des jeux violents, nous vous conseillons vivement de consulter un spécialiste, sans trop attendre.

Cela pourrait vous intéresser ...
L’addiction aux jeux vidéo chez les adolescents
Être parents
Lisez-le dans Être parents
L’addiction aux jeux vidéo chez les adolescents

L'addiction aux jeux vidéo est un problème récurrent dans notre société. Malheureusement, cela touche beaucoup de jeunes. Que faire en tant que par...



  • Jiménez, J. M., & Araya, Y. C. (2012). El efecto de los videojuegos en variables sociales, psicológicas y fisiológicas en niños y adolescentes. Retos. Nuevas tendencias en Educación Física, deporte y recreación, (21), 43-49. https://www.redalyc.org/pdf/3457/345732287009.pdf
  • Vaca Vaca, P., & Romero Serrano, D. (2007). Construcción de significados frente a los contenidos violentos de los videojuegos en niños de 11 a 14 años. Acta Colombiana de Psicología, Vol. 10, no. 1 (ene.-jun. 2007); p. 35-48. https://repository.ucatolica.edu.co/handle/10983/552
  • Celis, H. G. R., & Escobar, M. S. (2012). Consumo de videojuegos y juegos para computador: influencias sobre la atención, memoria, rendimiento académico y problemas de conducta. Artículos en PDF disponibles desde 1994 hasta 2013. A partir de 2014 visítenos en www. elsevier. es/sumapsicol, 18(2), 99-110. http://publicaciones.konradlorenz.edu.co/index.php/sumapsi/article/view/986