Lien familial et détachement familial : de quoi s’agit-il ?

12 septembre 2019
Les étapes de crise et d'instabilité familiale, ou bien le cas d'un nouveau membre qui arrive, se traduisent, parfois, en situations telles que le lien familial et le détachement familial.

Toutes les familles traversent des moments de stabilité et d’instabilité. De lien familial et de détachement familial. Ces processus peuvent déclencher de véritables crises qui, parfois, modifient profondément la structure familiale interne. Le concept universel et caractéristique de la famille, c’est l’union, le vivre-ensemble et l’attachement qui existe entre les membres. Cependant, il y a certaines circonstances où ces valeurs ne sont pas les principaux facteurs qui caractérisent une famille.

Le lien familial consiste en l’inclusion d’un membre au sein de la famille, avec tout ce que cela implique : admission, hébergement et incorporation. Cette inclusion implique l’acceptation du fait que ce membre est une part de la structure familiale.

Dans le côté opposé se trouve le détachement familial. Ce dernier suppose l’éloignement ou l’exclusion d’un membre de la famille et qui peut survenir pour différentes raisons.

Le détachement peut s’expliquer par les différentes étapes du cycle de la vie familiale ou par des circonstances critiques telles que des problèmes de santé, un manque de ressources ou une rupture au sein des relations familiales. Dans la suite de cet article, nous verrons quelques éléments qui vous permettront de mieux comprendre ce que sont le lien familial et le détachement familial.

Le lien familial, ou l’inclusion familiale

Le lien ou l’inclusion de nouveaux membres dans la famille marquent le début d’une nouvelle étape dans la vie familiale. Il est important ici de préciser qu’il existe une différence entre la famille « véritable » et la famille « légitime ».

Le lien familial matérialisé dans une guirlande

La famille véritable, ou réelle, fait référence aux liens parentaux, principalement de sang. La famille légitime, pour sa part, repose sur l’appartenance.

Un nouveau membre qui est en voie d’inclusion provient généralement d’une autre famille « réelle ». Il arrive pour occuper un espace qui sera légitime dans la nouvelle famille qui l’accueille. Ce nouvel intégrant participe à la restructuration de la famille et arrive avec sa propre histoire. C’est le cas, par exemple, d’une adoption.

Ce processus de lien peut être difficile au sein de certaines familles qui, souvent, ont besoin de l’aide d’un professionnel. N’oublions pas qu’il peut s’agir d’une circonstance émotionnelle d’une certaine complexité.

Détachement familial structurel

Lorsque, dans une famille, on note une distanciation réitérée ou persistante, on peut parler de détachement structurel. C’est le cas, par exemple, des familles multiproblématiques ou dissolues.

Au sein de ces familles, l’abandon et son alternance avec l’appartenance sont la règle générale. Se trouvent par exemple dans cette situation les familles où il existe un abandon parental hâtif.

Lorsqu’un enfant se trouve dans une situation de risque et que cette situation devient évidente pour l’environnement social et institutionnel, il peut arriver que l’on décide de son éloignement de la famille. Le mineur est alors généralement hébergé dans un famille d’accueil ou dans toute autre institution d’accueil.

Dans le cas où un adulte aurait commis un quelconque fait grave contre sa propre famille, il peut aussi être détaché de cette dernière de manière temporaire ou définitive.

Détachement familial transitoire : les fugues

Lors de l’adolescence peut se produire le détachement en tant qu’épisode soudain comme conséquence d’une fugue. Cela implique une rupture dans le vivre-ensemble d’une famille qui, probablement, jusqu’à ce moment précis, était stable. Dans cette catégorie ne figurent pas les fugues de courte durée, comme par exemple celles qui durent quelques heures ou quelques jours.

La fugue est une caractéristique de précipitation de l’émancipation d’un enfant. Cette émancipation s’établit par le biais d’une séparation difficile et d’une négociation, comme cela arriverait dans des conditions normales.

Une photo déchirée représentant de le détachement familial

Détachement conjugal et familial

En cas de séparation ou de divorce, le membre de la famille qui a quitté le foyer peut maintenir un contact régulier, principalement avec ses enfants. Ou au contraire, il peut en arriver à se désintéresser totalement du contexte familial. Lorsque des situations de ce type se produisent, on ne parle pas seulement de détachement conjugal. En effet, il est aussi question de détachement parental et familial, en ce qui concerne le conjoint qui a quitté le domicile.

Dans la pratique, le divorce conjugal implique parfois aussi un divorce parental. Il est possible que ce conjoint qui s’auto-exclut et se détache de sa famille ait été durant le mariage un membre absent. Qui plus est, dans de nombreux cas, il se peut qu’il ait exercé partiellement la fonction parentale, ou même qu’il l’ait totalement déléguée.

Comment aborder professionnellement le détachement ?

Les professionnels doivent aborder avec une grande précaution le thème du détachement familial, et ce afin de ne pas intensifier la crise ni approfondir la distanciation d’un quelconque membre de la famille. Autre que questionner le détachement, il est nécessaire d’effectuer un travail sur la détermination d’accords qui soient cohérents avec la situation réelle de distanciation physique ou relationnelle.