Les risques du jeûne pendant la grossesse

Le jeûne intermittent fait partie des protocoles diététiques à la mode. Cependant, il n'est pas optimal de le commencer pendant la grossesse. Nous vous disons pourquoi.
Les risques du jeûne pendant la grossesse
Saúl Sánchez Arias

Rédigé et vérifié par le nutritionniste Saúl Sánchez Arias.

Dernière mise à jour : 24 octobre, 2022

Le jeûne intermittent fait partie des protocoles diététiques à la mode. Il permet de stimuler la perte de poids et d’améliorer de nombreux paramètres liés à l’état de santé. Cependant, le jeûne n’est pas recommandé pendant la grossesse ou l’allaitement. Il pourrait effectivement être risqué.

La première chose à savoir est que le jeûne est un protocole restrictif. Sans être comparable aux régimes miracles ou hypocaloriques classiques, il finit par générer une diminution des apports dans la plupart des cas. Ce qui est limitant dans certaines situations.

Le jeûne pendant la grossesse augmente le risque de carence

Pendant la grossesse, les besoins nutritionnels augmentent. Il faut non seulement satisfaire les besoins énergétiques de la mère, mais aussi ceux du fœtus qui se développe en elle. Pour cette raison, cela n’a aucun sens d’appliquer un mécanisme dont l’objectif est de créer un environnement hypocalorique. Car cela pourrait limiter la croissance du fœtus.

En revanche, réduire le nombre de repas tout au long de la journée peut générer certains déficits nutritionnels. Du moins, cela se produit si le régime n’est pas correctement prescrit. Bien que le non-respect des exigences soit nocif en toutes circonstances, les effets sont pires pendant la période de gestation.

Un apport insuffisant de certains micronutriments pourrait affecter négativement la santé du fœtus. Augmentant ainsi la probabilité qu’il développe des pathologies à moyen terme. Par exemple, consommer quotidiennement une quantité optimale d’acides gras oméga 3 est déterminant pour limiter le risque d’autisme et d’autres pathologies neurologiques. C’est ce qu’atteste une étude publiée dans l’International Journal of Molecular Sciences.

Principaux risques du jeûne pendant la grossesse

Les principaux risques de la mise en place d’un protocole de jeûne pendant la grossesse sont les suivants :

  • Faible poids à la naissance. Cela est en lien avec un apport insuffisant en énergie et en nutriments, qui affecte le développement des organes vitaux.
  • Déficience cognitive. Des restrictions alimentaires pendant la période de gestation pourraient altérer l’équilibre hormonal. Favorisant une détérioration cognitive chez les enfants ou d’autres problèmes liés au fonctionnement neurologique.

Le jeûne et le diabète gestationnel

Le jeûne intermittent s’est révélé positif pour améliorer la prise en charge du diabète, tant de type 1 que de type 2. On pourrait donc penser qu’il a également un contexte d’application dans le cas des femmes ayant développé un diabète gestationnel. Mais la vérité est qu’il n’y a pas d’études qui évaluent son efficacité ou sa sécurité.

Dans ces cas, il est préférable de prévoir une alimentation avec peu de présence de sucres simples, qui comprend des glucides en passant par des sucres complexes et des aliments riches en fibres. Il convient également de limiter les acides gras de type trans et toutes sortes d’aliments industriels ultra-transformés, en privilégiant la consommation de produits frais.

De plus, dans la mesure du possible, il est judicieux de garantir une activité physique régulière, adaptée aux limitations de la femme enceinte. Grâce à ces stratégies, un contrôle efficace de la glycémie sera atteint, empêchant le fœtus de souffrir ou de subir des altérations de son état de santé.

Le jeûne chez les femmes enceintes en surpoids

Les femmes en surpoids avant la grossesse ont tendance à prendre moins de masse pendant la période de gestation. Dans ce cas, les besoins énergétiques peuvent ne pas être augmentés pendant les premiers mois. Puisqu’il existe des réserves pour couvrir les demandes.

Cependant, il n’est pas non plus opportun de proposer un protocole de jeûne dans ce cas. Même si du point de vue énergétique il n’y aura pas de déficit important, il faut tout de même couvrir les besoins en micronutriments essentiels.

De plus, les besoins en certaines vitamines et minéraux sont augmentés pendant la période de grossesse. Un exemple serait le cas de l’acide folique. Dont la carence peut causer des problèmes dans le développement neuronal du fœtus.

Il est déconseillé de jeûner pendant la grossesse

Le jeûne intermittent est l’un des meilleurs protocoles alimentaires pour favoriser une bonne santé. Cependant, pendant la grossesse, il ne doit pas être utilisé. À ce stade, il est essentiel d’assurer un approvisionnement continu en nutriments, en évitant tous les mécanismes qui conduisent à leur restriction.

Enfin, la meilleure chose à faire pendant la grossesse est de proposer une alimentation variée et équilibrée avec une prédominance d’aliments frais par opposition aux aliments industriels ultra-transformés. De cette façon, des complications peuvent être évitées, comme le diabète gestationnel. De plus, il sera nécessaire de compléter avec certains nutriments, comme l’acide folique, pour éviter des problèmes de santé chez le fœtus.

Cela pourrait vous intéresser ...
Les 3 meilleurs petits-déjeuners pour femmes enceintes
Être parents
Lisez-le dans Être parents
Les 3 meilleurs petits-déjeuners pour femmes enceintes

La préparation de petits-déjeuners adéquats pour les femmes enceintes est essentielle lorsque l'objectif est d'assurer une bonne santé.



  • Agostoni, C., Nobile, M., Ciappolino, V., Delvecchio, G., Tesei, A., Turolo, S., Crippa, A., Mazzocchi, A., Altamura, C. A., & Brambilla, P. (2017). The Role of Omega-3 Fatty Acids in Developmental Psychopathology: A Systematic Review on Early Psychosis, Autism, and ADHD. International journal of molecular sciences18(12), 2608. https://doi.org/10.3390/ijms18122608
  • Grajower, M. M., & Horne, B. D. (2019). Clinical Management of Intermittent Fasting in Patients with Diabetes Mellitus. Nutrients11(4), 873. https://doi.org/10.3390/nu11040873

Le contenu d'Être Parents est uniquement destiné à des fins éducatives et informatives. Il ne remplace à aucun moment le diagnostic, les conseils ou le traitement d'un professionnel. Si vous avez le moindre doute, il est conseillé de consulter un spécialiste de confiance.