Les effets de la voix de la maman sur son petit cerveau

· 30 janvier 2018
D'après des études menées à l'Université de Stanford aux États-Unis, la voix d'une mère pourrait avoir une influence considérable sur le développement social de son enfant. Ces recherches démontrent que la voix de sa maman envoie au cerveau de l'enfant des stimuli qui dépassent la simple perception auditive et touchent les émotions.

Pour de nombreux spécialistes, c’est une surprise de découvrir que la voix de la maman peut activer autant de circuits neuronaux dans le cerveau d’un enfant. De plus, les connexions neuronales peuvent être si fortes qu’elles génèrent à chaque fois une réaction de la part du petit.

Le cerveau de l’enfant réagit à la voix de sa maman

Au cours d’une expérience conduite à la faculté de médecine de l’Université de Stanford, des chercheurs ont pu observer l’activité cérébrale de plus de vingt enfants d’un âge compris entre sept et douze ans. L’objectif de cette expérience était d’examiner les effets de la voix de la maman sur le cerveau de son enfant.

S’étant rendu compte que la voix de la mère aidait l’enfant à gérer tous les processus émotionnels, sociaux et linguistiques, les spécialistes voulaient mieux connaitre les effets sur le cerveau. Tous les enfants participant à l’expérience ont donc passé un scanner cérébral pour savoir comment les différentes aires du cerveau réagissaient aux stimuli.

Le cerveau d'un enfant réagit à la voix de sa maman.

Les chercheurs ont rapidement remarqué que le cerveau de l’enfant régissait très vite à la voix de sa maman. Le stimulus activait non seulement le cortex auditif, c’est-à-dire la partie du cerveau qui analyse les informations auditives, mais aussi des aires cérébrales relatives aux émotions et à l’attachement.

Les chercheurs sont arrivés à la conclusion que la relation et l’interaction sociale d’un enfant pouvaient être influencées par la voix de sa maman.

De meilleures connexions neuronales

Pour obtenir de meilleurs résultats, les vingt-quatre enfants participant à l’expérience avaient été élevés par leur mère biologique. Ils n’avaient aucun trouble du développement et ils avaient un quotient intellectuel supérieur à 80. Pour les besoins de l’étude, chaque enfant a passé un scanner cérébral pendant lequel il écoutait un enregistrement de la voix de ses parents en train de prononcer des mots au hasard.

D’après les résultats, l’enfant identifie la voix de sa maman dans 97% des cas. Dès que la voix est reconnue, le stimulus active de nombreuses aires du cerveau.

Ce sont des résultats qui étonnent. En effet, les spécialistes ne savaient pas que la voix d’une mère pouvait influencer à ce point le système cérébral de son enfant. De plus, l’expérience démontre que le petit est capable de réagir aussi bien aux instructions de sa maman qu’à son affection.

Un enfant est plus attentif à la voix de sa maman.

La voix d’une mère a un tel impact sur le cerveau de son petit qu’elle génère de meilleures connexions neuronales que tout autre stimulus, ce qui peut aider l’enfant à communiquer, à forger des liens sociaux et à développer des habitudes pour interagir avec son entourage.

Cette expérience devrait en amener d’autres. Il pourrait être intéressant d’étudier les effets de la voix de la maman sur la mémoire, sur le cerveau d’un enfant souffrant de troubles de l’attention ou bien sur la communication sociale entre les petits. Les chercheurs de Stanford aimeraient tout particulièrement se pencher sur la question de l’autisme et autres troubles.