Les conflits de développement affectif les plus fréquents

24 septembre, 2020
Les conflits affectifs sont normaux et font partie du développement de l'enfant. Par conséquent, tous les enfants connaîtront un ou plusieurs conflits au cours de leur enfance.

Pendant l’enfance, tous les enfants vont connaître un ou plusieurs conflits de développement affectif. Tout cela est normal, car ils font partie de leur développement évolutif. Cependant, si ces conflits sont très fréquents ou prolongés dans le temps, ils peuvent donner lieu à certaines pathologies.

Parfois, les conflits affectifs sont associés à des troubles du comportement. Parmi eux : l’échec scolaire, les difficultés dans les relations sociales, les troubles alimentaires ou du sommeil… Il est donc important que les membres de la famille soient attentifs à prévenir, détecter et traiter à temps ces conflits affectifs.

Conflits de développement affectif

Le développement de l’affectivité commence à la naissance. Le lien qui se crée entre la mère et le bébé bénéficiera de manière significative au développement social, émotionnel et affectif du bébé. Les émotions et la façon dont l’enfant les traite seront les piliers de sa personnalité.

Malgré cela, tous les enfants auront un ou plusieurs conflits de développement affectif pendant leur enfance. Ils font partie de leur développement. Ainsi, nous verrons ci-dessous les plus fréquents.

Les colères

Une crise de colère est une façon immature d’exprimer sa colère ou son désaccord. L’enfant les expérimente de ses 12 mois à ses trois ou quatre ans.

Un enfant au sol.

Ces crises se manifestent par la colère, le dégoût ou des pleurs exagérés. C’est également la forme de communication que les enfants doivent utiliser pour exprimer leurs désirs ou leurs besoins insatisfaits, car à ce stade (12-36 mois), ils ne savent toujours pas comment contrôler leurs émotions.

Situations qui provoquent des crises de colère chez les enfants

  • Des besoins fondamentaux (faim, soif, sommeil…) que nous ne pouvons pas satisfaire pour l’instant.
  • Le besoin de relâcher ou d’évacuer les tensions, les craintes ou les frustrations présentes ou passées.
  • L’enfant comprend que quelque chose est injuste ou non mérité.
  • Obligation de faire quelque chose que l’enfant ne veut pas faire ou d’arrêter de faire quelque chose qu’il aime.

Vers l’âge de 2 ans, les enfants découvrent le pouvoir des crises de colère. Si elles servent des exigences et qu’on les satisfait immédiatement, les enfants savent qu’ils disposent d’un outil pour manipuler les émotions de leurs parents afin d’obtenir ce qu’ils veulent.

Par conséquent, il n’est pas conseillé de prêter attention aux crises de colère motivées par le désir d’attirer l’attention ou d’exiger quelque chose.

Une fois qu’ils sont calmes, nous devons leur parler et leur faire comprendre que se mettre en colère, pleurer ou donner des coups de pied ne sont pas des moyens d’obtenir ce qu’ils veulent. Il est important de fixer des limites et de ne pas accepter leur chantage. Avec le temps, ils comprendront que la bonne voie est celle du dialogue et de la communication.

Cependant, si les crises de colère sont dues à un besoin fondamental, comme le sommeil, la faim ou la fatigue, nous devons les calmer, les rassurer et les prendre dans nos bras.

Nous agirons de la même manière si nous constatons que l’enfant a peur ou est frustré par quelque chose. Nous devons d’abord nous connecter à leurs émotions, puis réorienter le comportement et chercher des solutions possibles.

La jalousie, l’un des conflits les plus fréquents du développement affectif

La jalousie peut être définie comme une réaction irrationnelle composée de tristesse, de perte d’estime de soi et de sentiments d’envie envers une autre personne. Il s’agit d’une réaction normale du développement à certains changements dans l’environnement de l’enfant.

Les crises de jalousie ne sont généralement pas significatives si elles sont circonstancielles et temporaires. Cependant, si elles affectent l’estime de soi, les relations sociales et émotionnelles de l’enfant ou si elles dépassent l’âge de 5 ans, elles peuvent indiquer une jalousie pathologique.

Ainsi, la jalousie peut entraîner des problèmes de comportement tels que l’agressivité, l’insécurité ou la régression. Elle peut également entraîner des déséquilibres dans les relations interpersonnelles, de la méfiance, de l’entêtement ou de l’envie.

En général, la principale raison de la jalousie chez les enfants est l’arrivée d’un nouveau frère ou d’une nouvelle sœur. Par conséquent, l’enfant souffre. Il se rend compte que ses besoins émotionnels ne sont pas satisfaits comme avant et qu’il a perdu son exclusivité.

Deux enfants côte à côte.

Mais il y a aussi d’autres causes qui peuvent provoquer chez l’enfant la peur et le sentiment de perdre l’affection de ses parents. Par exemple :

  • Le favoritisme et les préférences que les parents manifestent parfois pour l’un de leurs enfants.
  • Dépendance excessive de l’enfant à l’égard de l’un des parents.
  • Sentiments d’insécurité et d’inadaptation.

Pour contrôler et prévenir la jalousie, il est important que la famille renforce la confiance en soi de l’enfant et l’éduque à l’affectivité. Il est également important de modifier certains comportements pour éviter que l’enfant n’ait le sentiment de perdre son affection.

Régressions

Parfois, le comportement habituel des enfants est modifié. Un enfant peut régresser dans son apprentissage, c’est-à-dire perdre des compétences dans une habitude qu’il avait acquise à des stades antérieurs. Par exemple : faire encore pipi au lit, parler de manière plus enfantine ou demander à nouveau la tétine.

Ces comportements apparaissent vers l’âge de 3 ou 4 ans. Ils sont normaux et fréquents lorsque l’enfant est confronté à un changement récent de son environnement qui lui cause du stress.

Ainsi, les régressions agissent comme un mécanisme de défense face à un traumatisme, un conflit ou un déséquilibre émotionnel. Il est donc important de ne pas se mettre en colère. Les régressions sont temporaires. C’est une phase dans laquelle l’enfant recherche son équilibre émotionnel.

D’autre part, nous devons identifier les causes qui ont provoqué la régression. De cette façon, nous pouvons aider l’enfant. En règle générale, nous ne devons jamais nous mettre en colère contre lui, ni le critiquer ou lui faire ressentir de la honte pour son comportement. Nous devrions être solidaires de l’enfant, lui témoigner notre affection et lui consacrer plus de temps.

Les causes de régression les plus courantes

  • Changements dans la routine de garde de l’enfant ; nouvelle personne s’occupant de l’enfant ou début de l’école
  • La grossesse de la mère ou la naissance d’un nouveau frère ou d’une nouvelle sœur
  • Une maladie importante chez l’enfant ou un membre de la famille.
  • Un décès récent d’un membre de la famille
  • Conflit familial ou divorce des parents.
  • Un déménagement récent ou futur dans une nouvelle maison.
Un enfant ayant fait pipi au lit.

Peurs

La peur est une émotion normale qui fait partie du développement de l’enfant. C’est un système d’alarme qui aide l’enfant à éviter les situations potentiellement dangereuses. Les situations de peur vécues par les enfants varient selon le stade de développement.

Ainsi, avec l’âge, certaines craintes se dissipent et de nouvelles semblent s’adapter aux changements du monde qui les entoure. Ces craintes liées à l’âge ont tendance à être passagères et de courte durée. Cependant, chez certains enfants, elles peuvent devenir chroniques et pathologiques.

Les peurs en fonction de l’âge

  • Au cours de la première année, les peurs liées à des stimuli intenses ou inhabituels, tels que les bruits forts et les personnes étrangères, sont plus fréquentes.
  • Jusqu’à l’âge de six ans, les peurs liées aux animaux, aux tempêtes, à l’obscurité, aux êtres fantastiques (comme les sorcières ou les fantômes), aux catastrophes et à la séparation des parents sont courantes.
  • Dès l’âge de six ans, on craint les blessures physiques, le ridicule et, un peu plus tard, la maladie et les accidents, les mauvais résultats scolaires et le désaccord des parents.

En général, les peurs physiques (animaux, tempêtes, dégâts, etc.) diminuent avec l’âge, tandis que les peurs sociales (ridicule, rejet, prise de parole en public, etc.) s’accentuent.

Sur les conflits du développement affectif

Si, à un moment donné, l’enfant présente l’un de ces conflits de développement affectif, nous devons penser qu’ils sont normaux. Ils font partie de son développement, par conséquent, nous devons toujours agir avec affection et amour, tant qu’il est équilibré.

Une affection excessive et surprotectrice peut nuire à son développement psychologique autant qu’un manque d’affection.