Les changements anatomophysiologiques chez la femme enceinte

9 juillet 2019
Il y a beaucoup de changements anatomophysiologiques chez la femme enceinte. Apprenez-en davantage à leur sujet et découvrez pourquoi ils se produisent dans cet article.

Les changements anatomophysiologiques chez la femme enceinte sont dus aux nouveaux besoins et exigences de son corps et de son fœtus. Ces changements affectent tous les appareils et systèmes du corps. Pour autant, toutes les femmes ne les vivent pas de la même façon. C’est pourquoi, dans cet article, nous allons vous présenter tous ces changements.

Les changements anatomophysiologiques chez la femme enceinte

Système reproductif

L’utérus est l’organe du système reproducteur qui subit le plus de changements. Il augmente en taille, atteignant une capacité d’environ 5 litres et 1 100 grammes de poids à la fin de la gestation.

Chez la femme non enceinte, l’utérus se trouve à l’intérieur du bassin. Pendant la grossesse, il devient un organe abdominal. A mesure qu’il prend de l’ampleur, il est possible de le sentir à travers l’abdomen.

La croissance utérine est l’un des paramètres les plus couramment utilisés pour contrôler l’évolution de la grossesse. Cette croissance est due à l’action des hormones œstrogène et progestérone, et à la distension causée par la croissance fœtale de l’intérieur.

De même, le flux sanguin vers l’utérus augmente au fur et à mesure que la grossesse progresse afin d’irriguer adéquatement le placenta et, par conséquent, le foetus.

changements anatomophysiologiques chez la femme

Autres changements dans l’appareil reproducteur

Dans le col de l’utérus, la sécrétion des glandes cervicales augmente, donnant naissance au bouchon muqueux. Ce dernier servira de défense contre l’entrée de micro-organismes dans le vagin.

Il augmente également sa vascularisation et est œdémateux, ramollit (signe de Hegar) et prend une coloration légèrement bleutée.

Dans la région vaginale et vulvaire, la vascularisation augmente également, ce qui rend les tissus légèrement œdémateux et cyanotiques (signe de Chadwick).

Le vagin devient plus élastique en préparation à l’accouchement et la sécrétion de pertes vaginales épaisses et blanchâtres augmente. Le pH acide des pertes vaginales protège contre de nombreuses infections, mais c’est un milieu de culture pour les champignons. Ceci provoque des infections fongiques (candidose) qui deviennent fréquentes pendant la grossesse.

Jusqu’à environ 7 semaines de grossesse, l’un des ovaires contient le corps jaune, qui maintient la production hormonale. Cette dernière permet à la grossesse de progresser jusqu’à ce que le placenta soit le principal producteur d’hormones.

Les seins augmentent en taille, la pigmentation de l’aréole et du mamelon s’accroissent, et de petites élévations apparaissent dans le mamelon (tubercules de Montgomery). Il s’agit des glandes sébacées hypertrophiées. De même, le réseau veineux de Haller apparaît et, dès le 4ème mois de gestation, il est possible que la première sécrétion de lait intervienne.

Parmi les changements anatomophysiologiques chez la femme enceinte, le système reproducteur est l’un des plus
touchés.

Peau

Les changements hormonaux sont la cause de la plupart des changements cutanés. Peuvent survenir pendant la grossesse :

  • Une hyperpigmentation de la ligne blanche de l’abdomen, des mamelons, des aréoles ou de la vulve.
  • Des taches sur le visage (chloasma gravidarum).
  • Certaines varicosités peuvent apparaître sur le visage, le cou, les extrémités ou la poitrine.
  • Des vergetures sur la poitrine, l’abdomen ou les fesses.
  • Une augmentation de l’activité des glandes sudoripares et sébacées.

Changements métaboliques

Au niveau métabolique, le corps de la femme enceinte subit également des changements :

  • Prise de poids. En raison principalement du fœtus et des appendices, de l’augmentation du volume sanguin et du liquide interstitiel, de la croissance de l’utérus et des seins, ainsi que des nouveaux dépôts de graisse.
  • Métabolisation des glucides. La production d’insuline augmente et en même temps une résistance des tissus à son effet apparaît. L’utilisation périphérique du glucose augmente et la production de glucose dans le foie diminue.
  • Métabolisation des graisses. Au cours du deuxième trimestre, la synthèse et l’absorption du cholestérol et des triglycérides augmentent, tout comme l’accumulation de graisse dans les tissus.
  • Métabolisation des protéines. La croissance des tissus fœtaux implique une forte demande en protéines.
  • Métabolisation de l’eau. La rétention d’eau pendant la grossesse est physiologique, retenant jusqu’à 7 litres d’eau répartis entre la mère, le fœtus et les annexes.

Appareil respiratoire

L’augmentation des œstrogènes pendant la grossesse provoque une hyperémie de la muqueuse des voies nasales. Cela entraîne des épisodes de rhinite, de congestion nasale ou d’épistaxis (saignements de nez).

La cage thoracique change également pendant la grossesse. Le diaphragme s’élève et la largeur de la poitrine augmente. Ces changements sont dus à l’augmentation de la taille de l’utérus et au relâchement des ligaments intercostaux dû aux hormones.

Femme enceinte troisième trimestre

Des changements se produisent également au niveau de la fonction pulmonaire :

  • Diminution de la capacité fonctionnelle et totale résiduelle.
  • Augmentation de la capacité inspiratoire et du volume courant.
  • Augmentation légère de la fréquence respiratoire, surtout au cours du troisième trimestre.

Changements anatomophysiologiques chez la femme enceinte dans l’appareil digestif

Il est fréquent que les femmes enceintes éprouvent des nausées et des vomissements. Ceci est principalement dû à la présence et à l’action de β-hCG et de progestérone (des hormones qui agissent pendant la grossesse).

La bouche subit également des modifications pendant la grossesse. Sous l’action des hormones, le pH salivaire diminue, ce qui peut altérer la flore bactérienne. Si une bonne hygiène bucco-dentaire n’est pas encouragée, cela peut entraîner des caries dentaires.

Également, les œstrogènes augmentent la vascularisation, ce qui peut provoquer des saignements et une inflammation des gencives.

L’utérus, en augmentant en taille, déplace les organes abdominaux, ce qui entraîne une augmentation de la pression intra-abdominale. La progestérone détend le tractus gastro-intestinal, ralentissant ainsi le transit intestinal. Cela peut causer :

L’action de la progestérone agit également sur la vésicule biliaire, provoquant une vidange plus lente, ce qui augmente l’épaisseur de la bile. Ces changements favorisent la lithiase (l’apparition de calculs) dans la vésicule biliaire.

Appareil urinaire

La taille des reins pendant la grossesse augmente à mesure que la vascularisation, le volume interstitiel et les espaces morts augmentent. Le bassin rénal et les uretères se dilatent également.

Ces changements sont plus marqués dans le rein droit (par rotation de l’utérus), et peuvent être observés dès le premier trimestre de la grossesse. De plus, ils provoquent une stase urinaire qui peut entraîner des infections ou une lithiase rénale.

L’utérus augmente la pression intravésicale, ce qui, en plus d’augmenter la production d’urine, entraîne une augmentation de la miction quotidienne.

Changements anatomophysiologiques chez la femme enceinte dans le système endocrinien

Pendant la grossesse, il y a des changements dans la sécrétion de différentes hormones, ainsi que la libération de nouvelles hormones. Voici quelques-unes des hormones qui influencent la grossesse :

L’hormone chorionique gonadotrope humaine (CGH)

C’est une hormone produite par le placenta et la β-hCG est la sous-unité qui affecte le plus la grossesse. Ses niveaux sont très élevés au cours du premier trimestre et diminuent puis restent stables pendant le reste de la grossesse.

Cette hormone influence la croissance fœtale, maintient le corps jaune jusqu’à ce que le placenta soit capable de produire suffisamment de stéroïdes et stimule les testicules fœtaux pour produire la testostérone.

C’est l’hormone détectée par les tests de grossesse, à la fois dans le sang et l’urine.

prévenir les changements anatomophysiologiques

L’hormone lactogène placentaire (LP)

C’est aussi une hormone placentaire. Ses fonctions sont d’augmenter la lipolyse et la résistance à l’insuline, de diminuer la néoglucogenèse et d’induire la prolifération du tissu mammaire.

Les hormones œstrogènes et et la progestérone

Également produites par le placenta. Elles sont impliquées dans la plupart des changements qui surviennent pendant la grossesse.

L’hormone de libération de la gonadotrophine (GnRH)

C’est une hormone hypothalamique qui agit sur la croissance du placenta. Ses niveaux augmentent pendant la grossesse.

L’hormone prolactine

C’est une hormone hypophysaire. Son taux augmente au fur et à mesure que la grossesse progresse pour préparer l’allaitement.

Hormone thyroïdienne (TSH)

Elle est produite dans la glande thyroïde. Ses niveaux baissent légèrement au cours du premier trimestre à mesure que la CGH augmente (elles ont une structure similaire). Puis leurs niveaux reviennent à la normale.

Système cardiovasculaire

Chez les femmes enceintes, le volume sanguin augmente pour atteindre entre 1 500 et 1 700 ml. Cette augmentation de volume n’est pas régulière, car le volume plasmatique augmente plus que le volume cellulaire dans le sang. Ce phénomène entraîne une hémodilution et une anémie physiologique.

Cette augmentation du volume sanguin a différentes fonctions pendant la grossesse :

  • Elle protège la mère des pertes sanguines pendant l’accouchement.
  • Elle satisfait aux nouvelles exigences métaboliques.
  • Enfin, elle protège des effets néfastes de la détérioration du retour veineux pendant la grossesse.

Le nombre de leucocytes augmente et le nombre de plaquettes peut diminuer légèrement. Les facteurs de coagulation augmentent et l’activité fibrinolytique diminue, ce qui, ajouté à la stase sanguine produite par l’utérus au retour veineux, augmente le risque de thromboembolie.

Au niveau anatomique, le diaphragme s’élève et déplace le cœur vers l’avant et vers la gauche. Le débit cardiaque (DC) augmente, tout comme la fréquence cardiaque, qui progresse de 15 à 20 battements par minute.

De plus, les valeurs de tension artérielle ne changent pas pendant la grossesse et peuvent même, dans certains cas, diminuer.

Autres changements anatomophysiologiques chez la femme enceinte

Os

Les femmes enceintes augmentent l’absorption du calcium et du phosphore pendant la grossesse et mobilisent le calcium et le phosphore contenus dans leurs os pour permettre le bon développement du fœtus. Après l’accouchement, la densité osseuse revient à la normale. Il a été démontré que la gestation n’est pas un facteur de risque pour l’ostéoporose à l’avenir.

Système musculo-squelettique

La colonne vertébrale accentue sa lordose pour s’adapter à la prise de poids. Les racines des nerfs vertébraux peuvent être comprimées ou détendues. Ces changements peuvent entraîner des lombalgies ou des névralgies.

Nombril de femme enceinte

Système immunitaire

Pendant la grossesse, certaines fonctions immunitaires sont supprimées pour permettre à un « corps étranger » (l’embryon) de se loger dans le corps.

Sexualité

Les changements décrits ci-dessus peuvent influencer la sexualité. Une vascularisation accrue de la région génitale augmente la sensibilité, ce qui peut augmenter la satisfaction ou même être inconfortable pour certaines femmes.

Dans le cours normal des grossesses, les contractions générées dans l’utérus après un orgasme ne peuvent pas déclencher un accouchement car elles sont de faible intensité.

Sur les changements anatomophysiologiques chez la femme enceinte, gardez à l’esprit que…

Pendant votre grossesse, n’hésitez pas à consulter votre sage-femme ou votre gynécologue si vous avez des doutes sur les changements dans votre corps.

  • Espinilla Sanz, B., Tomé Blanco, E., Sadornil Vicario, M., Albillos Alonso, L. (2016). Anatomía y fisiología del embarazo. Manual de obstetricia para matronas. 2nd ed. Valladolid: DIFÁCIL; 2016. 53-64.