Des études révèlent que les nausées durant la grossesse protègent le bébé

· 15 octobre 2017

Peut-être que certaines femmes vivent une grossesse sans ennuis, cependant la majeure partie souffre au moins de nausées. Selon des études récentes, ce mal-être possède une explication et répond à un but. Apparemment, les nausées durant la grossesse activent un réflexe qui protège le bébé. Tout à fait ! Comme vous pouvez le lire, certains malaises servent à nous démontrer que notre grossesse est saine et se passe bien.

Les matinées sont généralement insupportables quand nous sommes enceintes. La plupart des gênes commencent assez tôt, mais tout semble avoir été élaboré par la nature. Il semblerait en effet que les vomissements, les nausées durant la grossesse et tout ce mal-être aident à prévenir les fausses couches. 

Ceci est sans aucun doute une bonne nouvelle pour pouvoir se concentrer de manière positive sur le fait que ce qui nous arrive a un but positif. Comme nous pouvons le supposer, si la majorité des femmes enceintes vivent ces malaises, c’est parce que cela fait partie du processus. Il y avait déjà eu des spéculations dans ce sens et cela est aujourd’hui confirmé.

Comment les nausées durant la grossesse protègent le bébé ? 

Aux États-Unis, des scientifiques de l’Institut National de la Santé, le NIH, ont confirmé par le biais d’une étude que les femmes enceintes souffrent de nausées et de vomissements lorsqu’elle sont en bonne santé. Pour valider cette théorie, des spécialistes ont analysé environ 800 grossesses, au moment le plus proche de la conception.

Femme au-dessus des toilettes souffrant de nausées durant la grossesse

Dans ce groupe de femmes, 188 ont subi des pertes; c’est-à-dire que leur grossesse n’est pas arrivée à terme. Quand elles sont parvenues à la huitième semaine, plus de 57% des mères avaient ressenti des nausées, tandis que 26% de celles-ci ont aussi souffert de vomissements. Ces femmes ayant senti un mal-être, ont eu 75% de chances de réussite, par rapport à celles qui ont perdu leur bébé.

Dans ce contexte, pendant les huit premières semaines de grossesse, si le mal-être est accru, les risques le sont également. Il existe une limite dans le temps pour estimer qu’une grossesse est viable, elle coïncide plus ou moins avec le temps pendant lequel nous subissons des nausées et vomissements.

Conformément aux données recueillies, les scientifiques ont conclu que durant le premier trimestre, tout l’organisme est en train de s’adapter. Par exemple, les éventuelles toxines et/ou agents pathogènes des aliments, ne doivent pas parvenir jusqu’au bébé qui est très fragile. Par conséquent, le corps de la mère expulse tout ce qui pourrait être nocif, afin de veiller au fœtus.

C’est pourquoi, si la mère n’éprouve pas de rejet des aliments ou les élimine complètement, cela laisse peut-être passer davantage de toxines qu’il ne faudrait. Lorsqu’il y a des nausées sans vomissements, l’organisme nous démontre sans doute sa capacité à distinguer le bien et le mal.

Les évolutions possibles

Le corps humain est parfait, ce qu’il est capable de faire nous surprend parfois. Sentir un malaise durant la grossesse est quelque chose de normal, presque toutes les femmes le ressentent. Un tel mal-être indique néanmoins de bonnes choses. Par exemple, il nous démontre que notre corps est vigilant devant n’importe quelle situation nouvelle. Désormais nous savons aussi qu’il se met en mode « maman », dès les premiers jours.

Femme couchée souffrante

Visiblement, les principaux symptômes de la grossesse apparaissent car le système essaie de bloquer toute atteinte au bébé en développement. La nature est faite pour que l’on se reproduise, c’est pourquoi nous sommes conçus ainsi. Quand des fausses couches arrivent, c’est que quelque chose a manqué.

Dans des recherches préalables, les scientifiques ont essayé de renforcer cette hypothèse. C’est-a-dire que l’on supposait déjà que c’était possible. Toutefois, nous n’avions pas réussi à obtenir des informations pertinentes. Jusqu’ici, les études ont porté sur les souvenirs des femmes durant leur grossesse. Par conséquent, si nous ne subissons pas de moments trop critiques, nous ne nous rappelons peut-être pas toutes les nausées que nous ressentons certains jours.

À l’occasion de cette étude, depuis la huitième semaine, les mères ont continué à être évaluées tous les mois. Et cela a rapidement révélé que les femmes qui avaient perdu leur bébé étaient celles qui avaient ressenti le moins de symptômes.

C’est pourquoi, malgré les ennuis causés par la grossesse, selon ces études, ils sont bénéfiques pour le bébé. Vous êtes en mode « maman »!