Les bienfaits psychologiques du sport chez les enfants

11 mai 2019
Les bienfaits psychologiques du sport chez les enfants sont nombreux : depuis la meilleure compréhension des dynamiques sociales jusqu'à la canalisation du stress provoqué par les activités scolaires. Par la suite, nous apporterons de plus amples détails sur ces bienfaits.

Les bienfaits psychologiques du sport chez les enfants sont nombreux. Bien qu’il soit globalement accepté que le pratiquer dès un jeune âge aide à lutter contre la sédentarisation et stimule la motricité, il est aussi question des bienfaits psychologiques que la pratique du sport apporte.

Les enfants qui font du sport se montrent plus disciplinés, plus heureux ; ils apprennent plus rapidement et s’intègrent mieux à la société. Ainsi, il est important que les parents reconnaissent les bienfaits psychologiques du sport chez les enfants et, sans hésiter, les guident afin qu’ils commencent à pratiquer l’activité qui leur plaît le plus.

Bienfaits psychologiques du sport chez les enfants

Toutes les spécialités de la médecine s’accordent à dire que pratiquer un sport ou réaliser des exercices physiques offre à l’individu un bien-être intégral. Cela ne sert pas seulement d’excellente activité récréative, mais également d’activité stimulant les fonctions cognitives et l’apprentissage du respect des règles.

Puisque la liste des bienfaits est très longue, les plus importants seront proposés par la suite :

Amélioration des habiletés cognitives

L’augmentation des activités cognitives est sans aucun doute un bienfait fondamental. Les enfants qui font du sport montrent qu’ils peuvent mémoriser mieux et plus de choses.

Par la même, ils retiennent mieux l’information par rapport aux enfants sédentaires. En effet, lors d’exercices physiques, la production de cellules augmente dans l’hypothalamus, qui est la partie du cerveau chargée de contrôler le système nerveux autonome et le système endocrinien.

Bien-être émotionnel et prévention des états dépressifs

Aussi bien chez les adultes que chez les enfants, il a été démontré qu’avec la libération d’endorphines produites grâce à l’activité physique, les individus ressentent une sensation générale de bien-être ; ainsi, ils sont moins sujets à souffrir de stress ou à entrer en état dépressif.

Le sport et ses bienfaits

De la même manière, il est amplement recommandé de pratiquer des activités physiques ou différents sports aux enfants hyperactifs, impulsifs ou à tempérament violent ; ainsi, ils peuvent dépenser leur énergie et réduire leur anxiété.

Intégration à la société et respect des règles

Grâce au sport, les enfants apprennent à se sociabiliser et à travailler en équipe. Bien que cela soit fondamental, ce n’est pas quelque chose de souvent enseigné ou inculqué à l’école ou lors d’autres activités. Pourtant, lorsqu’ils partagent des points d’intérêts avec d’autres enfants, ils apprennent l’importance de la collaboration.

D’un autre côté, ils intègrent également les connaissances par rapport aux normes et aux règles avec un point de vue très différent ; ils le font de manière pratique grâce à ce qu’ils ont constaté en personne face aux injustices.

Ainsi, les enfants comprennent à quel point il est indispensable d’appliquer les règles ; de cette façon, ils peuvent commencer à suivre les règles établies à la maison et à l’école sans hésiter ni rechigner.

Amélioration de la sociabilisation

Les enfants qui pratiquent un sport dans des institutions sportives ou clubs voient également augmenter en taille leur groupe social et groupe d’amis.

De cette façon, ils apprennent à créer des relations avec d’autres enfants de différentes strates sociales ; cela améliore leur mentalité et perception et ils prennent connaissance de la diversité des individus de la société.

«Les enfants qui font du sport se montrent plus disciplinés, plus heureux ; ils apprennent plus rapidement et s’intègrent mieux à la société.»

Augmentation de l’estime de soi

Les victoires dans le monde du sport servent également de facteur important pour consolider l’estime de soi d’un enfant. De ce fait, le renforcement musculaire et la bonne apparence physique générale, produits de l’exercice physique, font que les enfants se sentent plus confiants, perdent leur timidité et commencent à aimer leur corps ; surgit également la volonté de bien s’alimenter et de faire attention à sa santé.

Apparition de la neurogenèse

Lors de l’activité physique, le cerveau s’active et commence à produire plus de neurones ; en même temps, il renforce toutes les connexions entre ceux-ci. Ce phénomène cérébral si bénéfique pour l’organisme s’appelle la neurogenèse.

Quand les neurones se multiplient et que les connexions se renforcent, les individus acquièrent la capacité de prendre des décisions plus rapidement.

De plus, ils deviennent capables de suivre une réflexion logique et s’éloignent considérablement des divagations. Cela se traduit, en définitive, par une augmentation de l’intelligence.

Les bienfaits psychologiques

Apparition des bonnes habitudes

On estime que les enfants qui réalisent des activités physiques commencent également à développer de bonnes habitudes, comme par exemple avoir une meilleure hygiène, faire sa toilette et couper ses ongles plus régulièrement.

D’autre part, ils commencent à refuser une nourriture trop riche en graisses ; à leur tour, ils sont plus conscients de l’heure à laquelle se coucher, de se reposer suffisamment ou de remplir ses obligations dans les temps donnés.

En tant que dernière recommendation, vous devriez savoir que nombre de ces bienfaits ne pourront apparaître chez les enfants si nous les forçons à faire un sport en particulier ; de même si nous leur demandons un niveau d’exigence qui ne soit pas en accord avec le bon sens, la tendresse et la compréhension.

  • Unicef. (2004). Deporte, recreación y juego. Unicef.
  • Guillén García, F., Castro Sánchez, J. J., & Guillén García, M. Á. (1997). Calidad de vida, salud y ejercicio físico: una aproximación al tema desde una perspectiva psicosocial. Revista de psicología del deporte, 6(2), 0091-110.
  • Márquez, S. (1995). Beneficios psicológicos de la actividad física. Revista de psicología general y aplicada: Revista de la Federación Española de Asociaciones de Psicología, 48(1), 185-206.
  • Naranjo, L. H. A. (2015). Beneficios del ejercicio. Hacia la promocion de la salud, 8(1), 86-100. http://sanoyfeliz.galeon.com/deporte.pdf