L’écholalie : qu’est-ce que c’est, et comment agir ?

1 janvier 2018
Avez-vous déjà entendu parler de l'écholalie ? C’est une anomalie de langage, dont on ne sait que peu de choses. Les enfants qui en souffrent ont tendance à répéter des mots ou des phrases d’une autre personne, de façon involontaire.

Ce trouble du langage chez le petit se manifeste sous forme d’écho. Il se caractérise par le fait de répéter de manière semi-automatique et compulsive. Et même, les enfants qui en souffrent ont tendance à imiter l’intonation d’origine de leur interlocuteur. Alors, il faut bien sûr se demander comment agir face à ce trouble. Découvrez-le avec nous !

Les différentes catégories d’écholalie

Il existe différents types d’écholalie. On peut discerner des classifications diverses selon les aspects que l’on prend en compte. Ainsi, les spécialistes distinguent la typologie de ce trouble du langage en faisant attention au temps qui se passe entre la phrase d’origine et l’écho, à la façon de répéter, et à l’intention communicative.

Classification basée sur le temps de propagation de l’écho

L'écholalie peut être un obstacle au bon développement du langage

  • Écholalie immédiate. La répétition des phrases d’origine se produit immédiatement après qu’elles aient été prononcées.
  • Écholalie retardée. L’écho arrive après un certain laps de temps. Il peut se passer quelques minutes, des heures, ou même jusqu’à plusieurs semaines complètes.

Selon l’intention communicative de l’enfant

  • Écho fonctionnel. Dans le cas de cette classification, l’enfant manifeste une intention de communiquer ou d’informer.
  • Écho non fonctionnel. Ce type d’écholalie ne présente aucune intention de communiquer. C’est pourquoi, on considère qu’elle est stimulée de façon automatique.

Classification basée sur une comparaison entre la forme de la phrase d’origine et l’écho donné

  • Écho exact. Le modèle d’origine de la phrase et sa répétition sont entièrement identiques.
  • Écho réduit. Seulement une partie de la version d’origine est reproduite fidèlement. En général, il s’agit de la dernière partie.
  • Écho amplifié. Dans ce cas, même si on observe certaines modifications par rapport à la phrase d’origine, il n’y a pas de modification de la structure globale de l’énoncé.
  • Écho mitigé. Dans le cas de cet écho, la phrase modèle est en partie altérée. On dénote en fait de la créativité en général, avec des enfants qui réordonnent la structure générale.

Comment traiter l’écholalie ?

Attention, la complexité de ce type de trouble chez les enfants réside dans le traitement à donner. En réalité, le traitement dépend entièrement du type de pathologie dont il s’agit. C’est pour cela qu’il est très important d’établir une classification correcte pour déterminer le mode d’intervention.

Traitement pour l’écholalie retardée fonctionnelle

L’idée de cette intervention consiste à tirer avantage de cet écho retardé, quand il a en effet une fonctionnalité et qu’il y a une intention de communiquer. Ainsi, l’objectif est d’utiliser des modèles de phrases qui puissent aider l’enfant à améliorer son langage.

Il est bien entendu que les alternatives qu’on offre à l’enfant doivent être adaptées à son âge et à son niveau de développement. Et d’autre part, il faut que l’alternative à l’écho apporte une plus grande précision au niveau communicatif ou informatif. L’idée est donc de faire attention aux phrases que l’on dit, et de les dire mieux.

Ce travail est un travail progressif qui demande d’avoir une grande patience. A chaque étape, il faut que les phrases ou propositions soient de plus en plus complexes. Une fois que l’enfant commence à réussir l’exercice de répétition, il active en fait une fonction positive de réaction à des propositions correctement élaborées.

L'écholalie, une maladie mal connue

Intervention sur l’écholalie immédiate

Dans ce genre de travail, le thérapeute essaiera de soumettre l’écholalie a une série de stimulations discriminatives.  L’idée est que l’enfant comprenne, détecte et détermine dans quelles occasions il est pertinent de répéter la phrase involontairement, et dans quelles occasions cela ne l’est pas.

Pour cela, il est primordial que l’enfant apprenne à distinguer ce qu’il est correct de répéter et ce qu’il n’est pas logique de répéter. Ainsi, on lui apprend à répéter seulement quand on le sollicite expressément. Dans ce cas, les spécialistes peuvent faire appel à différentes méthodes de travail.

Que faire dans le cas des écholalies non fonctionnelles

Il y a ici un conflit difficile. En effet, quand on se trouve face à un trouble non fonctionnel, cela implique que le développement linguistique sera dans une certaine mesure entravé. Par conséquent, l’anomalie devient un véritable obstacle à la communication pour l’enfant qui en souffre.

Enfin, le spécialiste essaiera dans ces cas d’éliminer entièrement l’écholalie infantile. A ces fins, l’une des stratégies les plus efficaces consiste à expliquer à l’enfant que ce type de répétitions n’est pas approprié dans tout un nombre de contextes spécifiques.

Dans ce type de pathologies, on peut employer une série de techniques sur le comportement, qui peuvent être multiples. Dans cette perspective, on a notamment l’enregistrement de l’information, et le renforcement de conduites incompatibles.

 

 

A découvrir aussi