Le somnambulisme chez les enfants: un trouble fréquent

14 décembre 2018
Le somnambulisme chez les enfants est l'un des troubles du sommeil les plus courants. Bien qu'il ne soit pas dangereux, il est conseillé d'en connaître ses symptômes et les éventuelles conséquences afin d'y faire face du mieux possible.

L’épuisement, le stress, l’anxiété, les états fébriles et les changements d’habitudes provoquent souvent des troubles du sommeil. Le somnambulisme chez les enfants est l’un des plus fréquents.

Il survient entre 4 et 6 ans avec une plus grande incidence chez les garçons. A quelques exceptions près, ce trouble disparaît à l’adolescence.

Un enfant touché par cette parasomnie ne marche pas comme un zombie, avec les bras tendus, comme nous avons tendance à le croire.

Toutefois, il peut marcher, s’asseoir, s’habiller, parler, ouvrir des tiroirs et même sortir de la maison pendant son sommeil. Ses yeux restent ouverts mais l’enfant est déconnecté, avec le regard perdu.

Certains scientifiques associent ce trouble à l’immaturité du système nerveux central. Cela n’a pas encore été prouvé. Toutefois, ce qui est certain, c’est que cela n’a rien à voir avec les problèmes mentaux ou émotionnels. 

Le seul risque est celui des accidents qui pourraient survenir pendant la déambulation.

A quel moment se produit le somnambulisme et combien de temps dure-t-il ?

Généralement, les épisodes de somnambulisme sont une imitation inconsciente des comportements affichés pendant la journée. 

Prendre le cartable pour aller à l’école, ouvrir le frigo pour prendre un verre de lait sont des actions presque quotidiennes. Une fois accomplies, le petit retourne dans son lit ou continue à dormir ailleurs.

Le somnambulisme chez les enfants disparaît généralement à l'adolescence et est souvent occasionnel.

De même que les fameuses terreurs nocturnes, le somnambulisme chez les enfants a lieu durant la phase 4 du sommeil non REM. 

Autrement dit au stade le plus profond lorsque l’activité cérébrale est la plus lente et le tonus musculaire le plus faible. Le geste est donc impassible et la vision ne traite pas les impressions sensorielles.

Les phases peuvent durer quelques secondes ou se prolonger jusqu’à 30 ou 60 minutes. Tant qu’il est en train de somnambuler, l’enfant agit comme un automate. Il émet des murmures et des phrases isolées.

Le seul ordre qu’il suivra peut-être est celui de retourner dans sa chambre. Le plus drôle de tout ça, c’est qu’au réveil, l’enfant ne se rappelle pas de ses aventures nocturnes.

Comment le trouble est-il détecté ?

Lorsqu’ils parlent des causes du somnambulisme chez les enfants, les médecins ajoutent des aspects comme le manque de sommeil et la fatigue.

Ils mentionnent également l’héritage familial, les conditions cliniques telles que les convulsions et les stimulus comme la caféine.

Ce qui se passe pendant le somnambulisme, c’est que le cerveau est endormi mais le corps se réveille. Grâce à cela, l’individu effectue des mouvements déterminés sans action cérébrale. 

Toutefois, il n’existe pas d’études de diagnostic spécifique. En effet, le somnambulisme chez les enfants est une indication suffisante de la présence du trouble.

« Les épisodes de somnambulisme sont une imitation inconsciente des comportements affichés pendant la journée »

Quel est le traitement idéal ?

Le somnambulisme chez les enfants n’entraîne généralement pas de conséquences et disparaît avec le temps.

Néanmoins, il est indispensable d’améliorer la qualité du sommeil pour garantir au moins un sommeil réparateur. De plus, des mesures de sécurité doivent être mises en place afin de prévenir des chutes ou autres risques lors des phases.

Si le trouble persiste à l’adolescence, il peut être nécessaire de consulter un spécialiste. Celui-ci peut suggérer des thérapies basées sur des réveils précoces, des exercices ou des traitements pharmacologiques.

N’oubliez pas que des facteurs comme le tabagisme et l’alcoolisme peuvent favoriser ce trouble.

Le somnambulisme chez les enfants n'entraîne généralement pas de conséquences et disparaît avec le temps.

Suggestions pour faire face au somnambulisme chez les enfants

La principale recommandation des spécialistes est de ne pas réveiller l’enfant au cours des 5-15 premières minutes de l’épisode. Cela pourrait déclencher une crise de panique ou d’angoisse. Idéalement, il faut le conduire dans sa chambre sans qu’il se blesse.

Voici quelques mesures prudentes à prendre :

  • Enlever les meubles et les obstacles pour que l’enfant ne trébuche pas ou ne se cogne pas.
  • Fermer les fenêtres et les portes. Si cela est possible, laisser la clé dans un endroit peu habituel pour qu’il ne puisse pas la trouver.
  • Ne pas donner de médicaments sauf avis contraire du médecin. Le somnambulisme chez les enfants n’est pas une maladie. Il ne faut donc pas l’oublier.
  • Inculquer des habitudes de sommeil et de repos. Soutenez votre enfant avec des techniques de respiration et de relaxation, surtout avant de se coucher.
  • Eviter les aliments qui peuvent le tenir éveillé.
  • Informer l’enfant de sa condition. Ainsi, il n’aura pas peur et pourra contrôler ses comportements à mesure qu’il grandira.

Le somnambulisme chez les enfants est assez courant, mais n’est pas dangereux. Il a tendance à être occasionnel. La majorité des enfants s’en débarrassent avec une petite aide.

Si cela devient fréquent, vous pouvez saisir l’heure de l’épisode et réveiller l’enfant 15 minutes avant. De cette façon, il réduira progressivement les cycles. La clé est de rester calme.