L’épuisement et le burn-out maternel

· 20 avril 2018
Si la maternité peut être vraiment enrichissante, il arrive aussi, malheureusement, qu'elle provoque parfois un surmenage profond. Le burn-out maternel est un bon exemple de la difficulté d'être mère.

Le burn-out maternel affecte de nombreuses mères au moment de l’éducation de l’enfant. C’est en raison du stress et de la fatigue que porte la responsabilité de prendre soin du bébé.

Elle est caractérisée par un état dépressif chronique de la mère pouvant conduire, dans les cas les plus graves, à des situations très désagréables. Par conséquent, c’est un problème beaucoup plus sérieux qu’un simple évanouissement ou une dépression temporaire.

C’est le résultat d’un épuisement physiologique, émotionnel et psychologique. Cela résulte de l’accumulation de situations de stress, caractérisées par une intensité modérée et un aspect répétitif.

Certaines des conséquences les plus fréquentes du burn-out maternel sont les troubles du sommeil, la faiblesse, la fatigue chronique, les problèmes digestifs et les maux de tête et de dos.

Phases du burn-out maternel

1 – L’épuisement émotionnel

Chaque personne a une énergie physique et psychologique. Les responsabilités quotidiennes de la mère aspire progressivement toute son énergie, jusqu’à ce qu’elle atteigne le moment où elle se sent vide de ses ressources physiques.

Dans cette première phase, il peut arriver qu’un simple réveil génère un sentiment d’angoisse pour la mère, en raison de la myriade de tâches qu’elle doit accomplir.

burn-out maternel mère endormie

2 – Détachement émotionnel

Pour protéger et prendre soin de l’enfant, la mère met en place un mécanisme de défense. Il est possible qu’elle continue à effectuer les tâches de la vie quotidienne mécaniquement. Cependant l’investissement émotionnel aura disparu.

Par conséquent, la mère se sentira distante avec son fils, avec son mari et avec sa vie quotidienne.

3 – Réalité

La dernière phase d’épuisement est probablement la plus inquiétante. À ce stade, la mère se rend compte de l’écart grandissant entre son idéal de maternité et la réalité telle qu’elle la perçoit.

La réalité se heurte au concept idéalisé d’être une mère parfaite. Dans ces cas, la mère peut se sentir dans une situation d’échec personnel qui implique la perte de confiance et qui peut entraîner un comportement agressif envers l’enfant.

Principales causes

Prendre soin de votre enfant et de la maison est un travail qui, parfois, peut ne pas être agréable. La réconciliation avec la vie professionnelle peut amener les mères à ne pas avoir le temps ou l’énergie nécessaire pour faire face à toutes les situations.

Parfois, cet épuisement est dû au besoin de perfection de certaines mamans et au fait d’essayer d’imposer un régime parental idéal.

Vous devez garder à l’esprit que la perfection n’existe pas. N’essayez pas d’être une mère parfaite. Vous avez besoin d’aide et de compréhension avec la grande quantité de tâches que vous avez à votre charge.

La grande déception

La réalité de la maternité est totalement différente de la fantaisie idéalisée, soit par les responsabilités, soit par la difficulté de réaliser une organisation correcte.

Il est nécessaire que vous acceptiez le désenchantement de l’idéal d’être une mère et que vous puissiez voir que la réalité est composée de bons et de mauvais moments.

« Il n’y a pas un moyen d’être une mère parfaite. Mais il y a des millions de façons d’être une bonne mère »

-Jill Churchill-

Qui peut souffrir d’un burn-out maternel ?

Il n’y a pas vraiment de profil typique plus apte souffrir du burn-out maternel.

En fait, le burn-out peut affecter les femmes de tout statut social. Celles qui ont un bébé pour la première fois ainsi que les mères expérimentées. En outre, il peut survenir à tout moment, à la fois après la naissance du bébé ou des mois plus tard.

mère fatiguée burn-out maternel

Il y a des facteurs de risque d’épuisement maternel, comme avoir des jumeaux ou plusieurs enfants d’un âge proche. Cela implique une charge de travail importante pour la mère qui peut, dans certains cas, déclencher le burn-out maternel.

Un autre cas dans lequel les mères peuvent être plus susceptibles de souffrir du burn-out sont les mères célibataires, car elles peuvent manquer de soutien pour élever leurs enfants.

Comment stopper un burn-out maternel ?

Le plus important est que vous n’acceptiez pas d’être une mère parfaite. Pour cela, n’hésitez pas à parler de ce que vous ressentez avec ceux qui vous entourent et partagez même votre expérience avec d’autres mères.

Si vous pensez avoir besoin de l’aide d’un spécialiste, vous pouvez consulter un psychologue.

En parallèle, il est recommandé de déléguer certaines tâches et d’avoir le soutien de votre partenaire. Dans le cas où vous êtes une mère célibataire, vous pourriez être en mesure de trouver du soutien dans votre famille. En outre, une baby-sitter peut également être une aide précieuse.