Le premier amour à l’adolescence : clés pour agir

· 24 octobre 2018
Avec l'arrivée de l'adolescence, de nombreux changements physiques et psychologiques se produisent. C'est le moment où ils commencent à surgir l'attraction sexuelle et les premiers symptômes de l'amour.

L’arrivée de l’adolescence n’apporte pas seulement des changements physiques. Avec ceux-là naît également l’attraction sexuelle. Lors du premier amour à l’adolescence, ces émotions intenses d’amour, de jalousie, de peur, de désillusions amoureuses et autres sentiments complexes qui nous rappellent tant notre premier amour.

Cependant, ces premières amourettes sont également des expériences de la vie qui nous aide à calibrer nos émotions. Celles-ci – bien que un tant soit peu triviales voire insignifiantes quant à la durée, forment partie de nos premiers échelons vers la maturation psychologique.

Comprendre le premier amour de notre enfant

L’on dit souvent que le premier amour ne s’oublie jamais. Il est possible que ce soit une phrase plus empirique que romantique. Le premier amour survient en général à l’adolescence.

C’est l’étape de la vie où les changements caractéristiques de cet âge nous font expérimenter des sentiments nouveaux et intenses. Par conséquent, le premier amour à l’adolescence -en dépit de sa brièveté- s’avère mémorable.

Lisez également :
L’importance de promouvoir l’art à la maison

Deux adolescents se tiennent la main

La nouvelle que notre enfant a déjà un(e) copain(ine) prend beaucoup de parents au dépourvu. Cela provoque même un peu d’angoisse. Certes, nous ne pouvons ni ne devons éviter ce type d’expériences à nos enfants, le seul de penser qu’ils pourraient en ressortir « blessés » nous met en alerte.

Cette préoccupation est courante et passagère chez les parents. Elle résulte de l’instinct naturel en tant que parents de protéger à nos enfants des situations dangereuses. C’est pourquoi tout parent a l’esprit ces problématiques sociales :

  • Relations sexuelles prématurées.
  • Grossesses non désirées.
  • Violences pendant la relation.
  • Quelconque dégât ou mauvaise influence pour nos enfants.

Ces problématiques ressurgissent ainsi pour les parents.

Néanmoins, le premier amour à l’adolescence n’est -dans la plupart des cas- pas un problème. Au contraire, le premier amour peut être le premier engrenage de la construction d’une bonne estime de soi. 

Cela peut aussi permettre qu’ils acquièrent plus de confiance en eux et une maturation psychologique. Cela leur permettra de bien gérer leurs émotions pour affronter des problèmes plus compliqués dans leur vie quotidienne, tout comme s’engager dans leurs propres objectifs.

« Les changements propres à l’adolescence font que le premier amour -en dépit de sa brièveté- s’avère mémorable. »

Une approche biologique du premier amour à l’adolescence

Pendant l’adolescence, les hormones sexuelles présentes chez les hommes comme chez les femmes sont très sensibles aux stimuli externes. Cela se traduit non seulement dans l’apparition du désir de réaliser l’acte sexuel.

En effet, la reproduction humaine est un processus beaucoup plus complexe et qui va au-delà de la simple apparence physique.

Tomber amoureux (un processus intense quand il s’agit d’adolescents), c’est un processus qui incite tant l’homme que la femme à initier le cortège à long terme. 

Ce processus fonctionne grâce à la libération de neurochimiques. Cela intervient à la suite de la détection de bons attributs tant physiques que de caractère -perçus par l’individu du sexe opposé.

Évidemment, aucune sensation amoureuse ne détermine un comportement automatique de reproductionCela vaut du moins pour l’être humain. Ce comportement existe bel et bien dans un couple. Il existe de nombreuses méthodes contraceptives qui nos aident à planifier combien d’enfants nous voulons et quand nous en aurons.

Pourquoi avons-nous traité les informations précédents sous un angle biologique plutôt que comme une thématique sociale ? Si le premier amour à l’adolescence est une étape vulnérable à des grossesses non désirées, l’éducation et l’information sont déterminantes pour éviter ces problématiques.

En outre, celles-ci ne sont pas exclusives à l’adolescence.

Un couple au parc

Quelle position adopter face au premier amour de mon adolescent ?

À des degrés différents, le premier amour à l’adolescence de notre enfant s’avère être source de préoccupation pour les parents. L’idée est certes de nous maintenir en marge des relations de nos enfants. Ce qui est certain, c’est qu’il est nécessaire de savoir comment donner assez d’espace à nos enfants pendant une relation. 

Ainsi, l’on peut détecter quand il est nécessaire de les punir ou de les protéger d’une situation dangereuse.

Nous vous donnons quelques conseils qui peuvent vous aider à définir comment affronter ou comment établir votre posture pendant le premier amour de votre enfant :

  • N’interdisez pas le premier amour. Vous n’aiderez pas, au contraire, la relation se fera secrète. Ce qui inquiète la plupart des parents n’est pas le premier amour en lui-même. Ce sont bien des situations telles que une grossesse non désirée ou des violences dans le couple. Cela nous aide à voir le véritable problème et également à aider à orienter nos enfants. En outre, nous établissons un lien de confiance plus solide chez eux.
  • Renforcez son estime de soi. Beaucoup de parents sont inquiets de l’influence que d’autres peuvent avoir sur nos enfants. La meilleure forme de s’assurer que notre enfant possède l’assurance et la confiance pour dire non à une mauvaise idée, demeure la tâche de facto de tout parent, renforcer son estime de soi.
  • Responsabilité. Les objectifs scolaires et les tâches ménagères à la maison sont toujours en partie à charge de l’adolescent -malgré sa relation. Conditionner les sorties, que ce soit avec le(la) copain(ine) ou les ami(e)s, permet de ne pas s’éloigner de la discipline dans son éducation.

Cet aspect permettra que votre enfant puisse commencer à apprendre comment créer un équilibre fonctionnel entre sa vie personnelle et ses responsabilités quotidiennes.

En outre, il est important que vous sachiez que les partenaires de nos enfants ne nous plaisent pas toujours. Néanmoins, nous devons nous montrer tolérants et accepter les décisions de nos enfants.