Le modèle des deux voies de la lecture

24 octobre, 2020
Nous allons parler de la reconnaissance des mots par le modèle des deux voies de la lecture et de la façon dont chacune de ces voies fonctionne lors de l'apprentissage de la lecture.

Dans le processus d’enseignement de la lecture, il existe plusieurs théories, dont la plus étudiée est le modèle à des deux voies, introduit par Marshall & Newcombe en 1973. Ce modèle distingue deux grands groupes d’opérations cognitives. Tout d’abord, celles qui interviennent dans la reconnaissance des mots et ensuite celles qui interviennent dans la compréhension.

Nous nous concentrerons dans cet article sur le processus de reconnaissance des mots par le biais du modèle à deux voies. Selon ce modèle, il y a deux façons d’accéder au lexique : la voie phonologique et la voie lexicale. Toutefois, un déficit dans l’une ou l’autre de ces deux voies peut entraîner des difficultés d’apprentissage.

La reconnaissance des mots : le modèle à deux voies pour l’apprentissage de la lecture

La lecture d’un mot est une opération tellement automatique qu’il semble difficile d’impliquer des opérations spécifiques. Ainsi, lire des mots comme “maison” ou “enfant” est très facile pour nous. Cela semble aussi naturel que de les entendre ou de les percevoir. Nous les lisons globalement et accédons immédiatement à leur signification.

Mais à d’autres moments, si nous sommes confrontés à des nouveaux mots, très longs ou peu familiers, le processus de lecture et d’accès au sens devient plus compliqué. En outre, lors de la lecture de mots inconnus, deux situations peuvent se présenter :

Un enfant en train de lire un livre avec des lunettes et sa peluche.

  • Si nous rencontrons le mot “noullork“, lorsque nous le lisons, nous accédons d’abord au son du mot, puis à sa signification. Nous nous sommes rendu compte qu’il s’agit d’une référence à la grande ville des Etats-Unis. Par conséquent, la reconnaissance et la signification du mot ont été plus lentes.
  • Si nous tombons sur un mot inconnu, par exemple “Ahumimeitec“. Nous sommes capables de le lire, et nous avons accédé à sa forme orale, mais nous n’avons pas pu accéder à sa signification. C’est normal car c’est un mot inventé.

Ces exemples nous amènent à expliquer le modèle à deux voies en matière de reconnaissance des mots. Ainsi, ce modèle soutient qu’il existe deux voies différentes, bien que complémentaires, pour accéder au sens des mots : la voie lexicale et la voie phonologique.

Comment fonctionne le parcours lexical dans la reconnaissance des mots ?

Nous avons utilisé le cheminement lexical en lisant les mots “maison” et “enfant“. Nous avons lu ces mots de façon globale sans avoir à les décomposer. En outre, nous avons immédiatement accédé à leur signification. Ainsi, par ce chemin, nous lisons des mots connus et familiers, c’est-à-dire des mots qui existent déjà dans notre vocabulaire visuel et mental.

Par conséquent, la voie lexicale ou directe implique une reconnaissance immédiate de l’écrit, ainsi qu’un accès à sa signification. Cependant, cette reconnaissance immédiate nécessite la mémorisation des motifs de lettres qui distinguent un mot d’un autre. Cela résulte du fait d’avoir vu ce même mot plusieurs fois.

Comment fonctionne le cheminement phonologique dans la reconnaissance des mots ?

En lisant les mots “noullork” et “Ahumimeitec“, nous avons constaté que le processus de lecture a été plus lent. Cela est dû au fait qu’il s’agit de mots qui nous sont inconnus. Donc, pour les lire, nous avons utilisé la voie phonologique ou indirecte.

Pour lire de cette manière, un processus interne est mis en place. Tout d’abord, nous divisons le mot en phonèmes (sons). Ensuite nous les joignons pour, ainsi, parvenir à leur signification.

La voie phonologique consiste donc à accéder au sens des mots par la conversion graphème-phonème. C’est-à-dire que nous transformons les symboles graphiques que nous voyons en phonèmes (sons) que nous connaissons.

De telle manière que, par la voie phonologique, toutes sortes de mots peuvent être lus. Des mots que nous n’avons jamais vus auparavant, des mots longs et des pseudo-mots. Cependant, ce chemin est plus lent que le chemin lexical, par lequel nous lisons globalement.

Nous devons tenir compte du fait que, si nous ne connaissons pas les règles de conversion graphème-phonème, nous aurons tendance à substituer le son de certaines lettres à d’autres. Par exemple, si on trouve la lettre /c/ dans le mot cinéma et qu’on ne connaît pas la règle, on lira /quine/ au lieu de /ciné/.

Ces deux voies, phonologique et lexicale, doivent être acquises dans le processus d’apprentissage de la lecture. De plus, elles doivent être parfaitement acquises pour devenir un bon lecteur. En effet, lorsque nous lisons, les deux voies sont activées en même temps : le lexique pour les mots connus et le phonologique ou indirect pour les mots inconnus.

Un père et son fils lisant un livre allongés sur le lit.

Par conséquent, si on observe des difficultés à utiliser l’une des deux voies, l’enfant aura des problèmes de reconnaissance des mots. Et, par conséquent, des difficultés de lecture et de compréhension.

Des difficultés dans la reconnaissance des mots

Comme nous l’avons déjà dit, pour que l’enfant devienne un bon lecteur, il est essentiel qu’il manipule correctement les deux façons de reconnaître les mots.

Il y a des enfants qui ont des difficultés à fonctionner avec les deux voies et d’autres qui n’ont des problèmes que dans l’une d’entre elles. S’ils ont des difficultés à fonctionner avec la voie phonologique, on parle de dyslexie phonologique. Et, si la difficulté se situe dans la voie lexicale, on parle de dyslexie de surface.

Ainsi, un enfant atteint de dyslexie phonologique sera capable de lire des mots familiers par la voie lexicale. Par contre, il éprouvera des difficultés à lire des mots longs et peu familiers. Il fera de nombreuses erreurs d’omission, d’addition, d’inversion et de substitution. En effet, c’est parce qu’il a des difficultés dans le processus de conversion graphème-phonème.

L’enfant atteint de dyslexie superficielle aura du mal à lire des mots irréguliers. Par conséquent, il lira par répétition, rectification et syllabation. En outre, il sera plus lent à lire. Cependant, il n’a aucune difficulté à convertir les mots réguliers en graphèmes-morphèmes.

A noter sur la reconnaissance de l’écrit : le modèle à deux voies pour l’apprentissage de la lecture

Comme nous l’avons vu, il existe deux manières différentes mais complémentaires d’accéder au sens des mots. Ce sont la voie lexicale et la voie phonologique. Il est important que l’enfant, au cours du processus d’apprentissage de la lecture, acquière et maîtrise les deux façons de lire. Cela fera de lui un lecteur compétent.

Si l’enfant a des difficultés dans l’une ou l’autre de ces voies, il faudra l’aider, sinon il aura des difficultés à la fois à lire et à comprendre les textes.