Le manque de vaccination augmente les cas de rougeole

18 octobre 2019
Plus de 21 000 000 vies ont été sauvées depuis 2000 grâce à la campagne de vaccination contre la rougeole. Cependant, on a observé une augmentation de la maladie de 30 % au niveau mondial depuis 2016.

Le manque de vaccination est une des principales causes de cette augmentation de la rougeole au niveau mondial. En 2000, les Etats-Unis étaient sur le point de la déclarer éradiquée sur leur territoire. En effet, on y enregistrait alors seulement une incidence inférieure à 12 cas par an et par région.

Or, aujourd’hui, en raison de l’immigration et de la brèche de la vaccination, nous sommes loin de cet objectif. Selon l’UNICEF, nous pourrions même parler d’une nouvelle apparition de la maladie.

Qu’est-ce que la rougeole ?

La rougeole est une maladie très grave et contagieuse qui a occasionné, avant le mouvement massif de vaccination de la population, environ 2 millions de décès par an. Aujourd’hui, selon un rapport de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), on estime que sur la totalité des décès enregistrés en 2017, 110 000 étaient dûs à la rougeole. Et sur ces 110 000, la majorité étaient des enfants qui avaient entre 2 et 3 ans.

La maladie est causée par un virus de la famille des paramyxovirus qui affecte exclusivement les humains. La contagion se produit par contact direct ou via l’air et affecte en premier lieu les voies respiratoires pour s’étendre ensuite dans tout l’organisme.

Les effets du virus sur le manque de vaccination

Le virus se manifeste d’abord par une température corporelle élevée 10 ou 12 jours après l’infection. Ensuite, apparaît un exanthème (grains de couleur rouge), généralement sur le visage et au niveau du cou, qui s’étend au reste du corps, gagnant les mains et les pieds. Après 5 jours, la symptomatologie commence à s’inverser et disparaît.

La contagion de la rougeole passe par le contact physique direct

Cependant, dans d’autres cas, des complications peuvent se présenter lors du processus infectieux et provoquer la cécité, l’encéphalite, la pneumonie et, finalement, conduire au décès si les symptômes ne sont pas traités à temps. Ces cas de grande gravité sont plus fréquents chez les moins de 5 ans au système immunitaire déprimé. Et vivant dans des zones de dénutrition ou bien où la vaccination n’a pas lieu.

Les causes du manque de vaccination

Le docteur Seth Berkley, directeur général de Gavi (l’Alliance du Vaccin), évoque la concurrence de divers faits comme possible cause de cette augmentation. Pour lui, « l’auto-complaisance avec la maladie et la propagation de faussetés sur le vaccin en Europe, un système sanitaire paralysé au Vénézuela et la fragilité et la faible couverture de vaccination en Afrique a mené au nouveau surgissement global de la rougeole après des années de progression ».

Des pays comme le Guatemala, le Nigéria ou le Pakistan se trouvent actuellement en état d’alerte face à une possible recrudescence de la rougeole en raison du manque de vaccination dans ces pays. Ce fait attire l’attention. En effet, le vaccin contre la rougeole est très peu cher, étant donné que son prix se trouve coincé entre le secteur pharmaceutique et l’UNICEF.

Les guerres ou encore le manque d’un système sanitaire digne de ce nom dans les pays en voie de développement provoquent que, dans bien des cas, les enfants reçoivent seulement la première des deux doses nécessaires pour créer une immunité face à la maladie, quand immuniser un enfant coûte moins d’un euro.

Le rejet du vaccin dans les pays développés

Ces informations et le fait qu’en 2012, l’Assemblée Nationale de la Santé ait approuvé le plan d’Action mondiale pour les vaccins dans le but d’éradiquer la rougeole contraste avec les informations épidémiologiques de la rougeole dans le premier monde.

Le manque de vaccination dans ces pays est une information préoccupante : les campagnes du mouvement anti-vaccin faisant de la désinformation auprès de la population ont contribué à étendre la croyance selon laquelle la vaccination n’est pas nécessaire si les symptômes peuvent être traités, de même que la dangerosité des effets secondaires.

Un bébé qui a la rougeole

Or, la réalité est bien différente : les professionnels de la santé sont en train de reconsidérer une possible campagne de vaccination chez les femmes nées entre 1971 et 1981, puisque contracter la rougeole pendant la grossesse peut supposer un avortement spontané ou de sévères défauts congénitaux pour le foetus.

Le vaccin contre la rougeole a plus de 60 ans. Il est sûr et efficace, si bien que généralement, on l’approvisionne conjointement avec celui contre la rubéole et les oreillons. Il est certain qu’un pourcentage de la population présente des effets adverses, mais nous vous parlons ici de millions de vaccinations annuelles.

Mesures pour éviter la contagion de la rougeole

En 2001, des associations telles que le Comité International de la Croix-Rouge, l’Organisation des Nations unies, l’UNICEF et l’OMS ont signé une alliance, L’Initiative Rougeole et Rubélole, qui poursuit les objectifs suivants :

  • Combattre la désinformation
  • Fournir un système d’investissement soutenu
  • Soutenir publiquement les vaccinations
  • Etendre la vaccination aux zones déprimées
  • Eradiquer la maladie

 

  • OMS. (9 de mayo 2019). Sarampión: datos y cifras.[reseña el web]. Recuperado de: www.who.int
  • UNICEF. (29 noviembre 2018) . Los casos de sarampión aumentan en todo el mundo. [artículo en web]. Recuperado de: www.unicef.es