Le manque de liquide amniotique pendant la grossesse

· 4 mai 2018
Le liquide amniotique remplit des fonctions vitales pour la maturation du bébé dans le ventre de la mère. Il est donc fondamental de s'assurer que son volume n'est ni trop élevé ni trop bas.

Le liquide amniotique protège votre bébé et lui fournit les conditions de vie nécessaires à un développement parfait. Un déséquilibre de cet élément vital peut déclencher certaines complications propres à la grossesse avec des conséquences fatales.

Par le suite, nous allons approfondir ce qui se passe lorsqu’il y a un manque de liquide amniotique pendant la grossesse afin que vous preniez les bonnes précautions.

Qu’est-ce que l’oligohydramnios ou le manque de liquide amniotique ?

L’oligohydramnios est une condition durant la grossesse dans laquelle il existe un faible volume ou un manque de liquide amniotique. On estime que cela se produit dans 10% des grossesses, en particulier au cours du premier trimestre de gestation.

Cela est diagnostiqué à travers une échographie ou un ultrason durant laquelle le professionnel divise l’utérus en quatre fragments pour calculer le liquide. Un volume normal se trouve entre 5 et 25 cm, donc si une femme possède moins de 5, on est face à un cas de oligohydramnios.

Il est très courant d’observer des grossesses avec un manque de liquide amniotique; en général, cette condition s’accroît jusqu’à la fin de la grossesse.

Quelles sont les raisons du manque de liquide amniotique ?

La communauté médicale ne parvient pas à comprendre pleinement pourquoi un manque de liquide amniotique se produit durant la grossesse. Cependant, dans la plupart des cas il est lié à l’hypertension artérielle, à la pré-éclampsie, au diabète et aux grossesses multiples.

Toutefois, les causes suivantes ne sont pas non plus exclues :

1. La rupture des membranes

Lorsque les membranes du liquide amniotique se rompent, le fluide s’échappe par cette ouverture. Ceci est surtout important et fréquent pendant les dernières semaines de grossesse.

Néanmoins, si vous remarquez vos sous-vêtements mouillés ou une perte de liquide pendant la grossesse, vous devez consulter rapidement votre médecin. Cette complication peut exposer votre bébé à des infections, il faut donc un suivi médical.

Le liquide amniotique doit être en quantité suffisante dans le placenta afin de garantir une grossesse dans les meilleures conditions

2. Les maladies diverses

Une autre des causes du manque de liquide amniotique est la souffrance de certaines maladies préalables à la grossesse. Il peut s’agir entre autres : du diabète, de l’hypertension artérielle ou du lupus.

De plus, il peut y avoir quelques complications si des médicaments sont prescrits afin de contrôler certaines des pathologies déjà existantes. Dans tous les cas, il est conseillé de fournir ce type d’information au médecin pour qu’il prenne les précautions nécessaires.

« On estime que le manque de liquide amniotique est une affection qui se produit dans 10% des grossesses, en particulier au cours du premier trimestre de gestation ».

3. Des anomalies congénitales ou troubles du placenta

Le foetus aspire et consomme le liquide amniotique puis il l’expulse à travers l’urine afin d’assurer le développement des poumons ainsi que le système gastro-intestinal. Toutefois, certaines anomalies, en majorité rénales, empêchent cette compensation du liquide par l’urine.

Une raison supplémentaire qui bloque la production d’urine dans le fœtus est le décollement du placenta. Cette condition réduit le passage des nutriments vers le bébé, ce qui entraîne une diminution de la quantité d’urine.

Les risques du manque de liquide amniotique

Les risques du manque de liquide amniotique dépendent du stade de gestation auquel ils surviennent. Une quantité correcte de liquide évite que le cordon ombilical se comprime et empêche ainsi l’apport d’oxygène et de nutriments au fœtus.

Dans ces cas, il peut se produire :

  • Des anomalies congénitales.
  • Un avortement.
  • Une mort prématurée.
  • Des complications lors de l’accouchementcar cela augmente les chances que le bébé aspire le méconium ou les premières selles.
  • Une hypoplasie pulmonaire ou le développement anormal des poumons.
  • Une diminution de la croissance utérine.

Une fois que le médecin a diagnostiqué l’oligohydramnios, la femme soit subir une série de tests. Leur objectif fondamental est de déterminer si l’enfant se développe correctement.

Si vous êtes dans les dernières semaines de grossesse, l’accouchement sera incité sans cesser de surveiller votre bébé à tout moment.

Le liquide amniotique protège votre bébé des infections

Les symptômes de l’oligohydramnios

Une fois que vous connaissez toutes les implications du manque de liquide amniotique, soyez attentifs aux signes suivants :

  • Un manque de mouvement du fœtus.
  • Une perte de liquide à travers le vagin.
  • Une réduction de la croissance utérine.

Lors des examens de contrôle, le médecin déterminera s’il y a une faible croissance du fœtus. En outre, il est recommandé de se reposer afin d’éviter les complications et consommer suffisamment de liquides. D’autres traitements peuvent inclure des médicaments qui stimulent la production de liquide, une amnio-infusion ou une injection de liquide par amniocentèse.

En bref, un manque de liquide amniotique peut être grave, vous devez donc être au courant de quelconque changement. Un suivi fréquent avec votre médecin aidera votre bébé à grandir résistant et en bonne santé.