La peur de l’accouchement : que faire pour y faire face ?

· 11 janvier 2018
Le moment approche. La peur d'accoucher a été présente tout au long de la grossesse, mais maintenant elle devient plus réelle, plus intense. Détendez-vous, nous savons ce que c'est et nous voulons vous aider à y faire face.

La peur d’accoucher est commune à pratiquement toutes les femmes enceintes. Dans le cas des nouvelles mères, cette peur est accrue par l’incertitude de la façon dont tout se passera. Lorsque vous faites face à cette expérience incroyable pour la première fois, il est facile pour votre tête de se remplir de pensées qui nourrissent votre peur.

Pourquoi ai-je peur d’accoucher ?

Il y a plusieurs raisons pour lesquelles ce moment est désiré et craint à parts égales. Nous allons vous en donner certaines d’entre elles :

  • La peur de la douleur. C’est un fait. L’accouchement, ça fait mal. Et ça fait très mal. C’est vrai, personne ne peut nier qu’au moment où votre bébé est prêt à sortir, votre corps va faire des changements héroïques pour l’aider dans sa naissance. Et ces changements vont faire mal.
  • La peur de l’inconnu. Ne pas savoir quoi faire, ce qui va se passer, quelles étapes suivre… tout ceci génère de l’incertitude et donc de la peur.
La peur d'accoucher affecte négativement la femme.
  • Avoir peur qu’il y ait des complications. Vous pensez sûrement qu’il pourrait se passer quelque chose qui rendra l’accouchement difficile. Penser que quelque chose ne va pas, ou que ce n’est pas normal ou assez rapide, fait peur.
  • La crainte que quelque chose arrive à votre bébé. Il ne suffit pas d’y penser pendant toute la grossesse, cette peur augmente dans la dernière étape du processus. L’idée que quelque chose peut arriver au bébé peut littéralement vous faire passer des nuits blanches.
  • Vous avez peur que quelque chose vous arrive. « Et si quelque chose m’arrivait ? Que fera alors mon bébé ? » L’accouchement est une chose pour laquelle nous sommes préparées biologiquement, mais personne ne nous garantit que c’est sûr et ne comporte aucun danger parce qu’en réalité, c’est un acte incroyablement merveilleux et complexe.
  • La peur de ne pas savoir quoi faire avec le bébé. Le porter dans le ventre, c’est facile, vous n’avez pratiquement rien à faire. Mais une fois dehors, vous ne savez pas si vous serez capable de répondre en tant que mère.

Comment faire face à la peur d’accoucher

Ce que vous ne devriez pas faire :

« On m’a dit qu’il y a des gens qui pour qui c’est horible, ça va sûrement m’arriver. »  Si vous deviez  croire tout ce qu’on vous disait, il serait impossible de faire quoi que ce soit. Votre histoire sera la vôtre, exclusive et unique.

« Et si … » . Les « et si » sont des moyens de nous accabler de ce qui n’est pas arrivé. Il n’y a pas de raison pour que cela arrive et, au cas où cela se produirait, ça n’aidera pas beaucoup de l’avoir déjà envisagé. L’incertitude génère de la peur.

 « Je ne serai pas capable de supporter la douleur. » C’est une douleur que vous ne connaissez pas. Vous ne saurez donc pas si vous pouvez y faire face. Se sous-estimer sur cela augmentera votre peur, car c’est quelque chose que vous devrez inévitablement traverser.

« Je ne vais pas être une bonne mère. »  Vous ne serez peut-être pas la mère parfaite, mais être une bonne mère est plus instinctif que vous ne le pensez. Douter de votre capacité augmentera votre insécurité et, par conséquent, votre peur.

La dépression post-partum affecte davantage les femmes que les hommes.

Ce que vous devriez faire :

Prendre des cours de préparation à l’accouchement. Dans ces cours, ils vous expliqueront, étape par étape, ce qui va se passer. Vous pouvez poser toutes vos questions et ils vous donneront les meilleurs conseils pour faciliter votre accouchement, à la fois pour vous et pour votre bébé.

Parlez ouvertement de vos peurs. Cela réduira votre niveau d’anxiété et vous fera sentir que vous pouvez vous appuyer sur les gens autour de vous. Idéalement, parlez à votre compagnon, à vos amis ou à quelqu’un qui l’a déjà traversé.

Préparez tout pour l’arrivée du bébé avec tout votre espoir. Au lieu de vous concentrer sur tout ce que vous ne savez pas et de vous faire peur au sujet de l’accouchement, pensez à tout ce qui viendra plus tard. Profitez d’imaginer comment votre vie va changer dans quelques jours pour le mieux.

Aussi, rappelez-vous toujours que les médecins qui vous accompagneront lors de la naissance sont là pour vous aider, vous et votre bébé. Vous ne serez seule à aucun moment de la naissance. Il y aura des professionnels pour vous guider et vous aider, et ils sauront parfaitement quoi faire pour que votre bébé et vous vous voyiez le plus vite possible.