Grossesse gémellaire : qu’est-ce que la lyse d’un jumeau

17 octobre 2017

Une grossesse gémellaire peut occasionner des perturbations particulières.

Par exemple, la lyse d’un jumeau est assez fréquente. C’est en 1945 qu’on a observé ce phénomène pour la première fois. Souvent, au cours d’une grossesse gémellaire ou multiple, un des fœtus disparaît sans qu’on ne le remarque immédiatement.

Il arrive qu’on identifie en début de grossesse deux ou plusieurs bébés. On parle alors de grossesse gémellaire. Pourtant, quelque temps plus tard, on peut s’apercevoir qu’un des embryons identifiés n’est plus là.

On parle alors du syndrome du jumeau perdu, quand le tissu fœtal disparaît sans raisons apparentes. D’après les experts, la disparition d’un fœtus s’apparente en réalité à une fausse couche spontanée.

Comment diagnostiquer la lyse d’un jumeau ?

Maman enceinte avec une échographie dans les mains, qui peut permettre d'identifier la lyse d'un jumeau

Avant le développement de l’échographie, pour suivre l’évolution d’une grossesse, il était difficile d’identifier la lyse d’un jumeau.

Aujourd’hui, on réalise des examens par ultrasons dès les premiers jours de la grossesse. On est donc en mesure de détecter les grossesses gémellaires ou multiples dès le premier trimestre de la grossesse. Mais il arrive qu’une échographie suivante révèle un changement : on ne perçoit plus le battement du cœur d’un des jumeaux.

Autrefois, on remarquait la lyse d’un jumeau après l’accouchement. On analysait le placenta et on comprenait qu’un des fœtus était mort. Aujourd’hui, on peut obtenir un diagnostic précis pendant les sept premières semaines de grossesse.

Quand la mère retourne voir son médecin après avoir appris qu’elle attendait des jumeaux, elle découvre parfois qu’il en manque un. Mais même si c’est une surprise, dans la plupart des cas, la mère a eu des symptômes de fausse couche. Et l’échographie montre que l’autre jumeau a survécu et se porte bien.

Le syndrome du jumeau perdu survient dans près de 30% des grossesses multiples. On a découvert qu’il était plus fréquent quand la mère avait plus de trente ans. Cette estimation se base sur les diagnostics réalisés dès les premières échographies, en début de grossesse.

Qu’est-ce qui explique la lyse d’un jumeau ?

Ventre d'une femme enceinte avec trois tétines posées dessus

On ignore les causes exactes de la lyse d’un jumeau. Cependant, il existe des indices qui montrent que l’embryon disparu souffrait sans doute de troubles génétiques depuis sa formation. Cette supposition se fonde sur l’analyse du placenta après l’accouchement.

La lyse n’arrive en fait pas sans raison. Le jumeau perdu pouvait présenter des anomalies. Souvent, on détecte dans le tissu fœtal des anomalies chromosomiques dont l’embryon qui poursuit son développement normalement ne souffre pas. Il est également possible que l’embryon ait été mal accroché.

Les conséquences d’une lyse pour le survivant

On entend par survivants le ou les fœtus qui continuent à vivre, mais aussi la mère. Selon le moment où la lyse se produit, les conséquences peuvent différentes.

Par exemple, si l’embryon disparaît au cours du premier trimestre, on n’observe en général aucun symptôme ou aucune conséquence grave. Bien sûr, tout dépend des causes ayant provoqué la disparition de l’autre jumeau.

S’il disparaît au deuxième ou troisième trimestre, les risques pour le bébé survivant sont plus importants. Il peut souffrir de séquelles, notamment de paralysie cérébrale.

Si le fœtus meurt au stade embryonnaire, le placenta, le liquide et tout le tissu fœtal sont absorbés. Dans la plupart des cas, c’est ce qui arrive car le jumeau survivant exerce une pression sur le tissu pour l’aplanir et le comprimer.

Quand c’est le cas, après l’accouchement, le jumeau perdu peut être identifié de deux manières différentes.

  • Foetus compressus, quand la présence d’un foetus comprimé est clairement identifiable.
  • Foetus papyraceus, quand on ne remarque la présence d’un jumeau comprimé et aplati qu’en analysant le placenta ou la perte de fluides.

On peut diagnostiquer la lyse à l’apparition de symptômes pendant le premier trimestre, tels que des saignements, des douleurs pelviennes ou des crampes utérines. A l’apparition de tels signaux, il est recommandé de consulter un médecin d’urgence. En général, ni la mère ni l’autre jumeau n’ont besoin de traitement.

Cependant, si la lyse se produit pendant le deuxième ou troisième trimestre, la grossesse peut être considérée comme étant à risques. Une échographie permettra de montrer si l’embryon est viable. Dans le cas contraire, on peut s’attendre à une fausse couche ou choisir un avortement.

 

A découvrir aussi