Le développement de la pensée formelle et l’adolescence

29 juillet 2019
Savez-vous ce qu'est la pensée formelle ? Il s'agit d'un stade du développement cognitif qui se produit au début de l'adolescence ; ses principales caractéristiques sont présentées dans la suite de cet article.

Une fois l’enfance terminée, le développement cognitif subit un changement fondamental. C’est le développement de la pensée formelle. Sa caractéristique principale est qu’elle permet de sortir du présent concret pour élaborer des représentations abstraites.

Pendant l’enfance, l’être humain quitte difficilement l’ici et le maintenant au moment de produire un raisonnement. Cependant, au fil des ans, la capacité d’établir des opérations qui vont au-delà de ces caractéristiques se développe.

La pensée formelle serait alors le cas où les individus acquièrent la capacité de faire des hypothèses qui sont « au-dessus de la réalité ». C’est-à-dire que leur analyse ne part pas de ce qu’ils ont devant les yeux, mais plutôt des lois naturelles qui expliquent ce phénomène.

Un exemple pourrait être l’explication de la pluie. Alors qu’un enfant dirait que l’eau tombe parce qu’il y a des nuages dans le ciel, un adolescent de plus de 13 ou 14 ans saurait, en gros, quels sont les processus qui la produisent.

Caractéristiques du développement de la pensée formelle

Jean Piaget et Bärbel Inhelder sont considérés comme deux références dans l’étude de la pensée formelle. Il est donc élémentaire d’exposer et d’analyser les caractéristiques qu’ils attribuaient à ces processus mentaux.

En premier lieu, les auteurs expliquent que, durant l’adolescence, la flexibilité cérébrale active de nouveaux processus. Ils sont importants, entre autres, pour générer des théories propres et des opinions en relation avec différents sujets. De cette façon, les jeunes adolescents deviennent capables d’élaborer des explications abstraites qui peuvent ensuite être mises en contraste avec la réalité.

Au fur et à mesure que la pensée formelle se développe, l’importance du langage pour les individus devient pertinente. La raison en est que leur raisonnement ne porte plus sur des questions physiques, concrètes, mais plutôt sur des propositions verbales dont l’analyse est possible.

En ce sens, l’accent est également mis sur la capacité de comprendre des énoncés plus complexes. Par conséquent, on obtient des énoncés plus généraux, capables de décrire un raisonnement complexe au moyen de propositions subordonnées et conditionnelles, entre autres ressources.

Le développement cognitif et la pensée formelle

De plus, parmi les nombreuses spécifications qu’Inhelder et Piaget donnent au développement de la pensée formelle, il est également souligné qu’elle est très utile pour résoudre les problèmes. Grâce à elle, les adolescents ont accès à des informations qu’ils organisent, choisissent et utilisent pour prédire les résultats de leurs actions.

Ce processus est très important dans l’ordre académique, bien sûr. Cependant, sa pertinence sociale, un aspect central à cette étape de la vie, ne doit pas être négligée.

Quand se développe-t-elle ?

Selon Jean Piaget, la pensée formelle se produit chez tous les individus, quel que soit le contexte social et éducatif dans lequel ils sont plongés. Pour cet auteur, l’adolescence survient entre 11 et 20 ans. Cela inclut également la dernière étape du développement cognitif des êtres humains, qui est la pensée formelle. Auparavant, nous connaissons le développement sensorimoteur, le développement pré-opérationnel et le développement d’opérations concrètes.

« La pensée formelle serait le cas où les individus acquièrent la capacité de faire des hypothèses qui sont ‘au-dessus de la réalité' ».

Interpréter le monde par la pensée formelle

Comme nous l’avons mentionné précédemment, les jeunes sont capables d’effectuer un autre type d’analyse de la réalité lorsqu’ils entrent dans cette phase. Désormais, ils n’analysent plus les comportements ou les personnes, mais s’arrêtent directement aux sentiments ou aux émotions.

Concrètement, l’exemple serait le suivant : alors qu’un enfant peut aimer un frère ou une sœur ou ses parents parce qu’ils sont de sa famille, un jeune est capable de voir d’autres concepts dans ces relations : fidélité, amour, inconditionnalité, compréhension, soutien.

Une adolescente dans la nature
Il est normal que les adolescents adoptent une certaine attitude égocentrique durant ces années. Ils pensent beaucoup au monde qui les entoure et à la façon dont ils s’y rapportent.

A cela s’ajoute le fait qu’ils sont en train de former leur personnalité. Ensuite, il leur sera courant d’analyser de manière abstraite de nombreux faits – tels que les injustices ou la discrimination – à partir de leurs propres expériences.

D’autre part, ils acquièrent aussi un autre sens. Alors que pour un enfant, les symboles patriotiques, religieux et même sportifs ont une désignation concrète, l’adolescent va plus loin. Le jeune y voit une histoire, des faits et une identification avec lesquels il peut communier ou non.

Enfin, les adolescents commencent à penser à leur avenir une fois que le développement de la pensée formelle commence. C’est un outil central pour eux ; il lui permettra de projeter leur vie et de poursuivre les objectifs qu’ils se fixent.

  • Casado, I. (2013). Adolescencia. FMC – Formación Médica Continuada En Atención Primaria. https://doi.org/10.1016/s1134-2072(04)75726-6
  • Iglesias Diz, J. L. (2013). Desarrollo del adolescente: Aspectos físicos, psicológicos y sociales. Pediatria Integral.
  • Hurlock, E. (1995). Psicología de la adolescencia. Psicología de la adolescencia.
  • Naranjo, C. R., & González, A. C. (2012). Autoestima en la adolescencia: Análisis y estrategias de intervención. International Journal of Psychology and Psychological Therapy.
  • Roa, A. (1982). La adolescencia. Revista Chilena de Pediatria.
  • Silva-Escorcia, I., & Mejía-Pérez, O. (2014). Autoestima, adolescencia y pedagogía. Revista Electrónica Educare. https://doi.org/10.15359/ree.19-1.13