Le décrochage scolaire et ses conséquences

De nombreux adolescents décrochent pour diverses raisons. Cependant, cette décision peut avoir de multiples répercussions dans leur vie, dont la plupart sont négatives.
Le décrochage scolaire et ses conséquences
María Alejandra Castro Arbeláez

Relu et approuvé par la psychologue María Alejandra Castro Arbeláez.

Dernière mise à jour : 20 décembre, 2022

Le décrochage scolaire est un problème qui concerne tout le monde, aussi bien la famille que la société. Les adolescents qui ne poursuivent pas leurs études après avoir terminé leurs études secondaires, ou qui ne les terminent même pas et n’obtiennent pas leur diplôme, deviennent une proie facile de la délinquance, de la dépendance économique ou de la dépression.

Les jeunes qui ne terminent pas leurs études ont tendance à occuper des emplois mal rémunérés, ce qui peut les frustrer. De plus, cela affecte négativement la société, car les inégalités augmentent et la probabilité d’exercer un emploi incorrect va avec.

Cependant, il est important de noter qu’il existe des exceptions à ces caractéristiques et que tout le monde n’aura pas le même sort. Pour que votre enfant ne fasse jamais partie d’aucun des groupes mentionnés, nous vous proposons quelques suggestions à mettre en pratique. N’oubliez pas que l’éducation commence à la maison.

Les causes qui motivent le décrochage scolaire

L’abandon scolaire est un problème plus courant qu’il n’y paraît avec diverses causes. Parmi elles nous pouvons citer:

  • Les faibles ressources économiques de la famille qui incitent l’enfant à intégrer le milieu du travail avant la fin de ses études.
  • Grossesse chez les adolescentes.
  • Influences négatives de l’environnement familial dans lequel vit le jeune, ses amis, ses voisins et le reste de la société dans laquelle il vit.
  • Dépendances précoces aux drogues telles que les cigarettes et l’alcool pour lesquelles il doit dépenser une importante somme d’argent.
  • Mauvaise performance, intimidation, expériences négatives, peu d’intérêt, nombreuses distractions ou manque de soutien qu’il peut recevoir dans son centre éducatif.

Une étude récente au Japon a montré que l’une des principales causes d’abandon scolaire est le début tardif des études. Pour sa part, le tabagisme et de graves problèmes personnels et familiaux ont également une grande influence.

L’étude citée ci-dessus montre également que 18 % des adolescents décrochent en 3e année du secondaire. De plus, les garçons ont un taux d’abandon plus élevé, représentant plus de 50 % des cas.

Chaque jour, des milliers de prétextes incitent les mineurs à se séparer du système éducatif et à se consacrer à d’autres tâches. Cependant, tout comme il y a des influences négatives, il y a aussi des influences positives. Ce sont celles-ci qu’il faut encourager depuis la maison pour éviter le décrochage scolaire.

Rendre les études plus attrayantes

Un jeune garçon qui s'ennuie devant ses devoirs.

Toute la famille doit contribuer directement à stimuler l’enfant à aimer la recherche et l’étude. Cela devrait être l’un des premiers objectifs.

Pour qu’un enfant s’intéresse aux études, il doit trouver vraiment attirant de se renseigner, de demander, de lire. De rechercher des informations auprès de diverses sources sur un sujet spécifique.

Aidez-le à poser des questions qui peuvent attirer son attention afin qu’il puisse trouver une réponse par lui-même.

Pour agrémenter tout cela, il vaut mieux que maman ou papa, ou tous les deux ensemble, l’accompagnent dans ses devoirs. N’importe quel moment et sujet est idéal pour habituer l’enfant au fait que la connaissance ne prend pas de place, et qu’il est formidable de connaître la vérité des choses, d’apprendre sur différents sujets.

Ne jamais associer l’école à quelque chose de mal

Si votre enfant joue, ne le forcez pas à quitter les loisirs pour aller faire ses devoirs. Plutôt que de le forcer, convainquez-le de lui consacrer un certain emploi du temps. Il doit s’habituer à suivre la routine tous les jours sans sacrifier son temps de jeu ou ses révisions scolaires.

Lorsqu’il est malade et que vous décidez de ne pas l’emmener à l’école, ne le menacez pas de: “Si tu marches pieds nus, je t’emmènerai à l’école”.

Satisfaire ses besoins de base

En tant que parents, vous avez la responsabilité de le soutenir financièrement pendant ses années d’études alors qu’il est mineur. Ou d’y contribuer afin qu’il puisse couvrir ses besoins de base: alimentation, études, santé…

Vous devez oublier toute préoccupation concernant les privations financières, les comptes épargnes, les faibles revenus ou le chômage.

Votre enfant ne devrait pas s’inquiéter des problèmes d’adultes. Ou occuper son petit esprit à chercher un moyen de travailler pour contribuer au soutien de la famille. Il n’est pas encore temps pour cela.

Récompenser l’enfant

Les récompenses sont importantes pour stimuler un enfant. Par contre, elle ne doivent pas devenir un engagement qu’il s’attend à recevoir chaque fois qu’il obtient une bonne note. Il s’agit plutôt d’un encouragement que vous lui offrez de temps en temps pour lui rappeler à quel point vous êtes content de sa performance. A quel point vous êtes fier!

Décrochage scolaire: Un problème qui peut être évité

Un enfant qui pleure sur son bureau d'école.

Si vous souhaitez empêcher votre enfant de quitter l’école plus tôt, faites en sorte qu’il ne devienne pas accro à internet. Il est essentiel que la soirée ne passe pas dans les jeux vidéo, car le lendemain il n’aura pas la force de se lever et cela, petit à petit, le démotivera.

Gardez-le loin des mauvaises influences. Vous ne devez pas pour autant choisir ses amis, mais il est toujours bon de garder un œil sur ses fréquentations. Surtout s’il traverse la période difficile de l’adolescence où il éprouve un besoin urgent de faire partie du groupe, qu’il n’écoute que ses amis, et le plus dangereux, qu’il les suive dans leurs aventures.

Cela pourrait vous intéresser ...
L’échec scolaire et sa faible relation avec l’intelligence
Être parents
Lisez-le dans Être parents
L’échec scolaire et sa faible relation avec l’intelligence

L'échec scolaire est un phénomène multifactoriel qui n'est que très peu lié à un manque d'intelligence, malgré de nombreuses croyances en ce sens.




Le contenu d'Être Parents est uniquement destiné à des fins éducatives et informatives. Il ne remplace à aucun moment le diagnostic, les conseils ou le traitement d'un professionnel. Si vous avez le moindre doute, il est conseillé de consulter un spécialiste de confiance.