Le cap terrible des deux ans

14 octobre 2019
Les deux ans constituent une petite adolescence où l'enfant commence à explorer son caractère et à revendiquer son autonomie. Découvrez dans cet article comment y faire face.

Le cap des deux ans est une période de grands changements physiologiques et psychologiques chez les enfants, presque comme une petite puberté. Ils commencent à revendiquer leur autonomie et à exprimer leur caractère d’une manière qui peut parfois désespérer les adultes.

Cette étape peut commencer vers 18 mois et s’étendre jusqu’à quatre ans. C’est une phase normale à vivre bien que, selon les circonstances de l’enfant et de la famille, elle puisse être vécue de façon plus ou moins intense.

En quoi consiste le terrible cap des deux ans ?

Tout parent dont les enfants ont dépassé cet âge peut témoigner du changement radical dans la façon dont les enfants sont à l’âge de deux ans. Certains des comportements les plus fréquents sont :

  • L’enfant devient capricieux et veut à tout prix imposer ses désirs.
  • Il devient égocentrique et possessif, il ne veut pas partager.
  • Le « non » s’est installé dans son vocabulaire et il devient têtu. Il n’accepte pas les ordres ou l’aide d’un adulte.
  • Il se fâche facilement, pour des choses minimes. L’enfant pleure, crie et fait souvent des crises de colère.
  • Dans leur empressement à imposer leurs décisions, certains enfants peuvent commencer à rejeter des aliments ou des activités qu’ils acceptaient auparavant.
  • Malgré les tentatives des parents, lorsqu’une crise de colère se produit, l’enfant n’écoute pas ou ne raisonne pas.
enfant par terre pleurant

Comprendre les tout-petits

A ce point de confusion et d’épuisement, beaucoup de parents se demandent qui a échangé leur petit ange contre un petit être humain hystérique et incontrôlé. Que s’est-il passé ?

A cet âge, le développement cognitif et moteur de l’enfant a considérablement évolué. Le petit est déjà capable de bouger et de se déplacer tout seul, tout comme il peut raisonner et choisir. Il commence à savoir ce qu’il veut et souhaite l’atteindre.

Jusqu’à ce moment, son être était tellement fusionné avec sa figure d’attachement principale que l’enfant ne faisait guère la différence. Maintenant, il commence à se percevoir comme un individu séparé de sa mère, avec sa propre identité, sa propre personnalité et ses propres capacités.

Le besoin d’autodétermination est alors libéré. Il souhaite utiliser et jouir de cette différenciation avec sa mère. L’enfant explore ses goûts, ses idées et son caractère. Il veut choisir et faire les choses seul, sans aide ou intervention de l’adulte, et il déteste énormément le fait que cette indépendance ne soit pas respectée.

L’enfant voit maintenant ses désirs mais pas ses limites. Il sait ce qu’il veut même s’il ne sait pas très bien comment y parvenir. Il commence à devenir plus conscient de lui-même et à éprouver des émotions plus complexes, comme la fierté ou la honte.

Cependant, il n’a toujours pas la capacité de gérer ou d’exprimer clairement ses émotions et, en cas de refus d’un parent, il ne peut réagir que par des crises de colère. À ce moment-là, il n’est pas tout à fait capable de comprendre pourquoi il ne peut pas obtenir ce qu’il désire et pourquoi il est limité.

deux enfants assis par terre

C’est une étape compliquée pour les parents et les enfants qui, dans bien des cas, ne savent même pas ce qui leur arrive ou pourquoi ils sont si bouleversés.

Les clés pour surmonter le cap terrible des deux ans

Bien qu’il s’agisse d’une étape normale et transitoire, elle peut être vraiment désespérante pour les parents. La frustration et l’impuissance peuvent faire partie de leur vie quotidienne. Parfois ils se sentiront tellement à court de ressources qu’ils voudront jeter l’éponge.

Il est impératif de se rappeler que même si nous faisons tout comme il faut, nous ne verrons pas de résultats immédiats chez nos enfants. Des crises de colère vont se produire et pourtant le chemin de la patience, de l’amour et du respect sera toujours le bon.

  • Ne réagissez pas avec violence, ne criez pas et ne frappez pas votre enfant. Restez calme et parlez à votre enfant avec amour. Accompagnez patiemment son accès de colère et, une fois terminé, expliquez calmement vos raisons.
  • Cédez modérément. Dans la mesure du possible, évitez de lui répondre par un « non » retentissant. Il est préférable de lui offrir plusieurs options parmi lesquelles il peut choisir. Si le souhait de l’enfant est acceptable, cédez. Si ce n’est pas acceptable, restez ferme et accompagnez-le dans sa frustration.
  • Essayez de maintenir vos habitudes et informez votre enfant à l’avance de ce qui va se passer. Cela assurera un sentiment de sécurité.
  • Ne le jugez pas et ne le critiquez pas sévèrement pour ses crises de colère. Il ne le fait pas avec malice et apprend seulement à vivre. A cet âge, certains commentaires cruels peuvent gravement nuire à son estime de soi.
  • De Piaget, T. D. D. C. (2007). Desarrollo Cognitivo: Las Teorías de Piaget y de Vygotsky.
  • Etxebarria, I. (2003). Las emociones autoconscientes: culpa, vergüenza y orgullo. EG Fernández-Abascal, MP Jiménez y MD Martín (Coor.). Motivación y emoción. La adaptación humana, 369-393.