Le bon âge pour que mon enfant s’initie aux réseaux sociaux

4 mai 2019
Les réseaux sociaux apportent de nombreux bénéfices mais également de nombreuses conséquences, surtout pour les enfants.

À quel âge est-il pertinent qu’un enfant s’initie aux réseaux sociaux ? Les réseaux sociaux sont devenus un complément dans la vie quotidienne des adultes. En effet, nous y consacrons de nombreuses heures.

En outre, nous sommes peu surpris de voir un enfant de deux ou trois ans utiliser un téléphone portable, une tablette ou un ordinateur ainsi qu’un enfant de huit ou neuf ans utiliser les réseaux sociaux.

Internet, et plus précisément les réseaux sociaux, possèdent de nombreux avantages mais également une série de dangers, que nous ignorons souvent. Nous nous demandons ainsi : où mettre la limite ?

Les enfants et les réseaux sociaux

Selon le rapport de l’UNICEF, « La situation des enfants dans le monde 2017 : Les enfants dans un monde numérique« , un internaute sur trois est mineur.

Plus concrètement, en Espagne, la législation de protection des données établit l’âge minimum pour utiliser les réseaux sociaux à 14 ans. Avec le consentement des parents, l’âge peut être moindre. Néanmoins, il n’existe aucune loi qui détermine l’âge approprié.

De nombreux parents utilisent l’excuse que leurs enfants ne sont pas sur les réseaux sociaux puisqu’ils n’ont pas de téléphone portable, d’ordinateur ou de tablette.

Chers parents, ne pas posséder d’appareil électronique n’est aujourd’hui pas un problème. Si votre enfant n’en a pas, l’un de ses amis en a sûrement un. La création d’un compte sur l’un des réseaux sociaux les plus connus ne prend pas plus de cinq minutes.

C’est pourquoi nous en concluons que l’enfant s’initiera aux réseaux sociaux quand il le voudra, avec votre autorisation ou non.

Lisez également :
Le phubbing, une mauvaise habitude de la vie moderne

Des enfants en train d'utiliser une tablette

Conseils pour que l’enfant s’initie aux réseaux sociaux

Après avoir accepté la réalité dont nous devons tous être conscients, il ne reste plus qu’à suivre une série de conseils pour que l’enfant s’initie sur les réseaux sociaux de la façon la moins dangereuse possible et avec une utilisation raisonnée.

Donner l’exemple

Nous disons toujours que les enfants imitent tout ce qu’ils voient. Ainsi, avant de disputer l’enfant pour un mauvais usage ou un usage excessif des réseaux sociaux, les parents doivent donner l’exemple et ne pas les consulter en face de l’enfant.

Leur expliquer les avantages et les inconvénients

Il est important que l’enfant connaisse dès le début les avantages que présentent les réseaux sociaux mais également les dangers qu’ils comportent. 

En fonction de l’âge de l’enfant, vous pouvez utiliser des cas réels de jeunes avec les réseaux sociaux. Il sera ainsi conscient de ce qui existe derrière Internet.

Il doit être conscient de son intimité qu’il ne peut, sous aucun prétexte, exposer sur les réseaux sociaux.

Expliquez-lui également qu’il ne doit jamais transmettre des informations personnelles sur ces réseaux, ni accepter des demandes d’amis ou engager des conversations avec des inconnus.

Limitez le temps et l’horaire d’utilisation pour que l’enfant s’initie aux réseaux sociaux

Un enfant ne doit pas vivre collé à un appareil électronique. C’est pourquoi vous devez limiter son utilisation à la durée qui vous semble appropriée. Beaucoup de parents limitent ainsi l’utilisation du téléphone au week-end. D’autres, à une heure quotidienne et d’autres, à un seul jour par semaine. La limite se situe là où vous la fixez.

Aidez-le à identifier le harcèlement sur les réseaux

Outre le fait de lui expliquer les avantages et les inconvénients des réseaux sociaux, vous devez mettre l’emphase sur le sujet du harcèlement sur les réseaux sociaux, ou cyberharcèlement. L’enfant doit avoir confiance pour savoir que s’il se trouve dans l’une de ces situations, il doit immédiatement le raconter.

Une fille en train de faire de l'ordinateur

En définitive, il n’existe pas d’âge précis pour que les enfants s’initient aux réseaux sociaux. Nous ne pouvons rien faire contre cela. Nous pouvons néanmoins leur enseigner à naviguer sur Internet et à gérer leurs réseaux sociaux de la meilleure manière possible.

  • Aydn, B. y Volkan Sar, S. (2011). Internet addiction among adolescents: the role of self-esteem.Procedia Social and Behavioral Sciences, 15, 3500–3505.
  • Bringué, X. y Sádaba, C. (2011). Menores y redes sociales. Madrid: Foro generaciones interactivas.
  • Calderón, C. A., López, M., & Peña, J. (2017). El efecto condicional indirecto de la expectativa de rendimiento en el uso de Facebook, Google+, Instagram y Twitter por jóvenes. Revista Latina de Comunicación Social, (72), 590-607. https://www.redalyc.org/pdf/819/81952828031.pdf
  • Mattei, M. M. (2015). El divismo en tiempos de# Instagram. CIC. Cuadernos de Información y Comunicación, 20, 95-107. https://www.redalyc.org/pdf/935/93542537009.pdf
  • Wang, N. y Yongqiang, S. (2015). Social influence or personal preference? Examining the determinants of usage intention across social media with different sociability. Information Development (2015): 0266666915603224.