L’alimentation autonome du bébé : le laisser apprendre à manger seul ?

· 22 novembre 2018
Si votre bébé est sur le point d'incorporer de nouveaux aliments dans son régime, voici une méthode d'alimentation très utile. En outre, vous verrez comment il interagit avec des objets et son propre corps. Ne manquez pas ces multiples bénéfices !

La méthode BLW (Baby-led weaning) ou en français, l’alimentation autonome du bébé, détaille les instructions pour que les parents parviennent à faire manger le bébé tout seul.

C’est une tâche relativement complexe. Mettez la cuillère de côté et apprenez-en plus sur cette pratique. Elle vous surprendra sûrement.

Si nous pensons à un bébé d’environ six mois qui commence petit à petit une alimentation à base d’aliments solides, nous pensons sûrement à la mère ou au père approchant une cuillère avec de la nourriture mixée.

Cependant, il existe un nouveau courant qui préfère une manière plus « naturelle » de faire manger le bébé. Il s’agit de la méthode de l’alimentation autonome du bébé. Il faut d’abord offrir au bébé de petits morceaux de nourriture. Celui-ci les ingère à sa guise en termes de quantité, de vitesse et de façon de manger.

C’est, bien évidemment, une idée qui rompt avec les règles conventionnelles pour ce processus. Néanmoins, il mérite que nous nous penchions dessus. Nous analyserons ci-dessous quelques-uns de ses aspects centraux.

Bienfaits de l’alimentation autonome du bébé

Des spécialistes, tel le pédiatre Carlos Gonzalez, affirment que cette méthode est hautement bénéfique pour le développement intégral du bébé. Il ne consiste pas seulement à la satisfaction de ses besoins nutritionnels.

Gonzalez assure justement qu’ils « ne sont plus urgents » comme ils l’étaient les premiers mois. En effet, l’alimentation vient complémenter l’allaitement.

Parmi les principaux avantages de cette méthode, nous pouvons citer :

  • Stimule la coordination visuo-motrice. En effet, le bébé traverse une étape pendant laquelle il développe ces capacités. Le fait de les améliorer pendant le repas entraînera un meilleur progrès.
  • Permet de profiter de la nourriture. Le bébé trouvera à l’heure des repas une manière amusante de satisfaire son appétit. Il mangera comment il le souhaite. Il pourra choisir les aliments qu’il souhaite manger et déterminera la quantité et la vitesse à laquelle il voudra manger.
  • Développe son estime de soi et son indépendance. Dès un très jeune âge, le bébé développe son sens de l’auto-satisfaction. Celui-ci génèrera de nombreux bienfaits pour sa santé mentale.
  • Cela fait partie du processus d’apprentissage constant. Si vous placez une banane en morceaux en face de votre bébé, ses « ustensiles » pour manger seront ses doigts. Loin d’être mauvais, cela lui permettra de connaître de nouvelles textures, couleurs et saveurs s’il finit par y goûter. Cela fait partie de son apprentissage constant du monde.

Lisez également :
Les premiers repas du bébé : incorporer des solides dans son alimentation

Un bébé mange seul du brocolis

Comment appliquer la méthode de l’alimentation autonome ?

Il faut d’abord souligner que l’alimentation complémentaire à base d’aliments solides -tel que son nom l’indique, doit compléter le processus d’allaitement.

Grâce à la combinaison des deux, il est difficile que le bébé ait une carence de nutriments. Cela pourrait néanmoins arriver avec le fer. La solution est l’administration de gouttes de fer.

L’alimentation autonome est le premier contact du bébé avec les aliments. C’est une relation qui durera toute la vie. Ainsi, il éprouvera plus de joie si c’est lui qui décide de quelle manière il souhaite manger.

Vous devez d’abord couper les aliments solides en morceaux. Ceux-ci doivent néanmoins être mous -en raison de l’absence de dents.

Quelques options pourraient être :

  • Fruits : bananes, abricots, poires ou pommes.
  • Légumes : carottes, citrouilles, courges ou pommes de terre.
  • Légumineuses : par exemple, lentilles ou graines en crème.
  • Riz, avoine ou orge. Vous pouvez les mélanger avec du yaourt.

Il est également important d’être patient et ne pas abandonner au premier essai. Comme on dit, « un homme averti en vaut deux ». Nous vous avertissons ainsi que le bébé se salira, essaiera de toucher la nourriture, crachera et tardera à manger. Patience, donc.

Un bébé mange une pomme

L’alimentation autonome présente-t-elle des risques ?

De nombreux parents -sans néanmoins rejeter ce type d’alimentation- expriment leur préoccupation face au risque d’étouffementCependant, ceux qui le pratiquent assurent qu’il n’y a pas de raison de s’inquiéter.

Pour éviter tout problème, nous devons faire manger le bébé assis, dans une position droite et confortable. En outre, nous devons nous assurer que les morceaux de nourriture soient de petite taille.

Si vous constatez des haut-le-coeur, c’est normal. Vous ne devez pas les confondre avec un étouffement. C’est en effet un réflexe de prévention de l’organisme pour éviter que l’aliment pénètre par les voies respiratoires. Il est probable que cela arrive.

Avec le temps, cela aura de moins en moins de chances d’arriver puisqu’il le contrôlera mieux.

En comparaison à d’autres méthodes, l’alimentation autonome n’est pas plus dangereuse. Ainsi, les principales causes d’étouffement chez le bébé sont des erreurs de la personne qui les nourrit ou une mauvaise position en mangeant.

 « Pour éviter tout problème, nous devons faire manger le bébé assis, dans une position droite et confortable. « 

Le pire inconvénient que vous trouviez sera peut-être la saleté. Ne vous inquiétez pas, tout a une solution. Vous pouvez utiliser un bavoir, une blouse en plastique ou un tee-shirt en été.

Enfin, nous pouvons conclure que l’alimentation autonome présente de nombreux bénéfices et que sa mise en pratique ne nous coûte rien. Cela vaut la peine d’essayer !