La rétention de lait : que faire ?

· 24 avril 2019
Les défis auxquels sont confrontés les femmes avec la naissance d'un enfant impliquent une bonne dose de patience et de sagesse pour pouvoir les vaincre. L'allaitement maternel est un moment magique mais il est également accompagné de nombreux facteurs difficiles à éviter.

L’alimentation directe du nouveau-né à travers l’allaitement est toujours la meilleure option. Cette pratique renforce la relation étroite entre mère et enfant. Néanmoins, si la femme présente une rétention de lait, cela peut perturber ce processus.

La femme doit être sereine dans ces moments. Il ne faut en aucun cas avoir recours à l’abandon de l’allaitement. Il est conseillé de chercher des mécanismes qui aident à résoudre cet inconvénient.

Si on n’essaie pas de trouver une solution au problème, on empêche tant à la mère qu’au bébé de profiter des bénéfices qu’apporte l’allaitement maternel. Parmi ceux-ci, on trouve :

  • Stimulation de la production de l’hormone ocytocine dans le cerveau de la mère. Cela aide les parois utérines à récupérer rapidement après l’accouchement.
  • Adaptation rapide de la composition du lait maternel aux besoins du système digestif de l’enfant, qui est encore immature pour l’absorption d’autres aliments.
  • Croissance plus saine des enfants allaités.
  • Contient des graisses et des protéines. C’est donc un aliment complet.

Raisons possibles de la rétention de lait

Des obstacles d’ordre social peuvent supposer un refus volontaire de l’allaitement -les exigences du travail, des problèmes à la maison, entre autres.

En outre, il est probable que la rétention de lait soit due à des complications de type pathologique que ce soit chez la mère ou chez l’enfant.

Problèmes pathologiques à l’origine de la rétention de lait

Certains facteurs peuvent influer sur l’apparition de ce problème :

Problèmes dans les glandes lactifères

La mère peut souffrir de troubles au niveau du mamelon. Celui-ci peut être plat ou invaginé. L’enfant se voit ainsi dans l’impossibilité d’avoir une correcte prise du sein et de téter.

Lisez également :
Ce que les mères devraient manger pendant l’allaitement

Un bébé tête

Mamelons crevassés

Les crevasses au niveau du mamelon peuvent être l’une des causes de la rétention de lait. Dans ce cas, on recommande, dès que l’on constate ce problème, de suivre un traitement à base de massages du mamelon avec de l’huile de foie de morue.

L’utilisation d’un soutien-gorge normal s’avère nuisible dans ces occasions. En effet, le frottement maintient la blessure du mamelon ouverte. On recommande de soutenir les seins avec un foulard attaché dans le cou et plié comme une écharpe. Vous le passez par le dos et vous l’attachez devant.

En outre, on conseille de faire une pause dans l’allaitement, afin de ne pas irriter la blessure du mamelon.

Mastite

Elle apparaît souvent entre le huitième et le neuvième mois d’allaitement. Plus fréquente chez les mères primipares, elle produit une inflammation et de la fièvre. Si la mastite n’est pas traitée avec des sulfamides, de la chaleur ou de la pénicilline, un abcès peut apparaître. Il est ainsi possible de devoir avoir recours à une intervention chirurgicale.

On recommande de masser doucement le sein en forme de cercles. Dans ce cas, la mère doit se reposer, surtout pendant les jours où l’infection est la plus importante. 

« Il est probable que l’allaitement ne soit pas la meilleure option pour toutes les mères. C’est néanmoins la meilleure option pour tous les bébés ».
-Lavinia Belli-

Autres causes de la rétention de lait

Parmi les critères qui empêchent l’allaitement, on peut dire que l’âge n’a pas d’influence considérable sur la rétention de lait.

De plus, il est important de mentionner que pendant les règles, on produit souvent moins de lait, voire pas du tout. On a parfois constaté une intolérance de la part de l’enfant.

Si ce cas venait à se présenter, on peut offrir à l’enfant quelques cuillères d’eau sucrée ou l’eau du thé. Il pourra ainsi associer son réflexe de téter avec celui de l’absorption de liquide.

Une mère allaite son bébé

Névrose d’angoisse

Enfin, des complexes psychologiques peuvent se présenter chez les jeunes mères qui allaitent pour la première fois. Cela peut entraîner une rétention de lait ou une insuffisance.

Celle-ci se manifeste fréquemment chez les mères facilement influençables par l’opinion de certaines personnes « expérimentées » qui l’entourent. Le sens irrationnel de présomption et d’ostentation de la bonne éducation des mères de leur époque peuvent entraîner des épisodes d’anxiété chez la mère primipare. Cette dernière se croit ainsi incapable d’atteindre de tels niveaux.

Cette situation entraîne des craintes absurdes et de l’irritabilité. Les jeunes mères inexpérimentées inhibent ainsi la sécrétion lactée.

En définitive, si vous souffrez d’une rétention de lait, vous ne devez pas vous trop vous en inquiéter. Le principal sera de trouver l’origine de ce trouble et de tenter de le résoudre avec votre médecin.