La pédagogie selon Jean-Jacques Rousseau

20 novembre 2019
Dans cet article, nous allons découvrir les grandes idées de Jean-Jacques Rousseau qui ont largement contribué au développement de la pédagogie moderne.

Placer l’enfant au cœur du processus éducatif est l’idée centrale sur laquelle repose la pédagogie de Jean-Jacques Rousseau. Cette théorie pédagogique est décrite dans l’un de ses ouvrages les plus connus, Emile, ou de l’Education (1762). Cette ouvrage constitue un traité philosophique sur la nature de l’être humain et sur l’éducation de l’enfant.

Pensée politique, sociale et philosophique

Né à Genève le 28 juin 1712, Jean-Jacques Rousseau était pédagogue, philosophe, musicien et botaniste. Ses idées politiques forment une partie substantielle des fondements théoriques du mouvement intellectuel et culturel du siècle des Lumières. La Révolution française qui s’en est suivi à la XVIIIème siècle s’est largement inspirée des Lumières en général et de Rousseau en particulier.

La pensée politique de Rousseau prône un État républicain comme seule forme de gouvernement. Et, c’est dans son ouvrage Le Contrat social (1762) qu’il affirme que dans un état de cette nature, c’est le peuple qui doit avoir la souveraineté et la volonté générale de légiférer de manière à rechercher le bien commun de tous les citoyens.

Pédagogue et enfant

En accord avec sa pensée politique et sociale, Rousseau apporte une grande contribution à la pédagogie avec sa pensée philosophique sur l’éducation. Ainsi, dans Emile, ou de l’Education, il propose une évolution naturelle de l’enfant et de l’homme. En effet, Rousseau pense que ces derniers sont nobles par nature. C’est la société qui les corrompt par la suite. Il parle donc de la nécessité d’éduquer l’enfant pour qu’il puisse faire face à ce type de société et s’y intégrer.

« La nature a fait l’homme heureux et bon, mais […] la société le déprave et le rend misérable. »

-Jean-Jacques Rousseau.

Pédagogie de Jean-Jacques Rousseau : la bonté de l’homme et de la nature

La pédagogie développée par Jean-Jacques Rousseau propose et décrit un système éducatif qui considère l’évolution naturelle de l’enfant et de l’homme comme un moyen d’adapter et d’améliorer la société. Et, partant de l’idée de la bonté, de l’homme et de la nature, il soutient que l’enseignement doit se faire dans et en contact avec la nature.

Ainsi, pour que les enfants puissent développer leur potentiel, l’éducation doit suivre le rythme de la nature et non celui de la société. Il faut également accorder de l’importance aux intérêts de l’enfant en respectant sa condition d’enfant et non d’adulte.

Rousseau propose alors une éducation organisée en périodes. La première période se centre sur l’éducation physique. Principalement jusqu’à l’âge de deux ans. Puis, entre deux et douze ans, il propose une éducation d’éveil sensoriel. Ensuite, de l’âge de 12 ans à l’âge de 15 ans, l’éducation se veut intellectuelle. Enfin, à partir de l’âge de 15 ans, l’accent est mis sur l’éducation morale.

Les piliers fondamentaux de la pédagogie de Jean-Jacques Rousseau

  • La défense d’une éducation qui tient compte de la nature même de l’enfant et des particularités de son âge.
  • Une éducation qui doit être développée à travers les sens et les organes associés. Cela passe par l’expérience individuelle de l’enfant avec la nature, les choses et les personnes qui l’entourent.
  • La défense de la liberté de l’homme. Cela signifie s’opposer à toute forme d’éducation rigide, sévère et punitive.
  • Une pédagogie basée sur le développement de l’autonomie de l’enfant. Mais aussi sur sa capacité à observer et à comprendre ce qui l’entoure dans le cadre des lois de la nature. Les mêmes fondements s’appliquent aux relations sociales.
  • L’enseignant doit suivre un principe de « non-intervention ». C’est-à-dire qu’il doit « tout faire sans rien faire ». Cela signifie encore que le rôle de l’éducateur est de servir de guide dans le processus d’enseignement et d’apprentissage.
Rousseau précurseur de la pédagogie Montessori

  • Proposer différents types d’activités, artisanales ou agricoles, afin d’apprendre des métiers utiles. C’est ainsi qu’un homme peut gagner son pain et garder sa liberté.
  • Dès l’âge de 16 ans, les enfants sont tenus de réintégrer la société et l’éducation morale qu’ils ont reçu doit les préparer à accomplir de bonnes actions. Ainsi, l’éducation morale doit façonner les bons sentiments, le bon jugement et la bonne volonté.
  • Rousseau aborde également la nécessité de l’éducation sexuelle dès l’âge de 16 ou 17 ans. Cependant, il recommande d’éviter de mentionner le thème de la religion au cours de l’enfance. Il considère en effet que les enfants arriveront progressivement et d’eux-mêmes au concept divin. Enfin, Rousseau envisageait une religion du cœur et non une religion fondée sur des dogmes religieux.

L’héritage de Rousseau….

Rousseau nous a légué l’idée d’un enseignement actif dans la nature, la prise en compte des intérêts et des particularités de l’enfant et la défense de sa liberté. Mais également, la nécessité de former des hommes aux sentiments nobles afin d’améliorer la société. Telles sont quelques-unes des principales idées éducatives et philosophiques développées par Rousseau.

Les conceptions pédagogiques de Rousseau étaient très novatrices et progressistes pour son époque. Elles ont fondamentalement influencé la pédagogie moderne qui se veut plus démocratiques et complexes.

  • Peña, A. K. R., Gaviria, D. A. M., y Cruz, C. O. (2015). Relaciones del saber sobre la educación y la formación (pedagogía) y del saber sobre lo humano (antropología) en Comenio, Rousseau y Kant: Aportes de la antropología pedagógica. Pedagogía y Saberes, (43), 9-28.
  • Soetard, M. (1994). Jean-Jaques Rousseau (1712-1778). Perspectivas: revista trimestral de educación comparada. UNESCO. París. Vol. XXIV, (3-4). pp. 435-448. Recuperado de http://www.ibe.unesco.org/sites/default/files/rousseaus.PDF
  • Rousseau, J. J., Wallon, H., y Lecercle, J. L. (1973). Emilio o de la educación. Fontanella. Recuperado de http://activistasxsl.org.ve/wp-content/uploads/2014/09/Emilio-ROUSSEAU.pdf