La naissance d’un enfant est un acte d’amour entre deux êtres

· 1 septembre 2018
La naissance est un acte d'amour, mais il n'y a pas de douleur plus intense que celle-ci. Pas un amour aussi profond que celui ressenti par cette mère qui voit pour la première fois l'enfant qu'elle a porté en elle. Comment osons-nous rompre ce moment magique de grande transcendance ? C'est un sacrilège, on le sait, mais on le fait quand même.

Nous ne parlons pas seulement de la nécessité de bénéficier d’un accouchement respecté. Nous parlons également de beaucoup d’autres facteurs qui tendent à mettre un peu en lumière l’éclat du début de ce lien qui, pour de nombreux experts, est essentiel. Nous faisons également référence aux parents qui prennent parfois le nouveau-né avant la mère elle-même.

De nombreux détails peuvent briser cet acte d’amour. Cependant, la plupart d’entre eux sont liés à des protocoles médicaux, à ces environnements aseptisés, à ces rituels normalisés qui consistent à couper le cordon ombilical rapidement, à laver le nouveau-né dès que possible.

Il existe des approches intéressantes qui nous encouragent à voir ce processus d’une autre manière. Nous devons avoir une assistance médicale en tout temps, il n’y a aucun doute. Mais vous avez besoin d’une nouvelle sensibilité, d’un autre point de vue où les membres de la famille de la femme qui accouche doivent aussi s’impliquer.

Ci-dessous nous allons tout expliquer cela.

La naissance d'un enfant est un acte d'amour

L’accouchement est un acte d’amour, pas un protocole instrumental

Nous voulons vous parler de quelqu’un de très spécial que vous connaissez peut-être déjà. Michel Odent est un médecin obstétricien français qui se positionne comme une référence mondiale dans ce domaine.

  • Grâce à lui, nous avons des travaux vraiment intéressants sur l’idée de reformuler les naissances pour les rendre plus sensibles, plus affectueuses. Le Dr. Odent défend l’accouchement en tant qu’acte d’amour entre deux êtres qui ne devrait pas être violé.
  • Selon lui, nous avons longtemps dépassé les limites de ce qui est permis. Aujourd’hui nous avons un accouchement soi-disant « humanisé » mais dans la réalité, l’humain est laissé de côté pour faire de l’accouchement un acte instrumentalisé. On utilise de l’ocytocine synthétique et surtout on abuse des césariennes.
  • Tout cela vise avant tout à assurer la sécurité de la mère et de l’enfant. C’est positif, il n’y a aucun doute.

Cependant, nous opposons notre veto à d’autres choses : les femmes accouchent souvent dans le stress, la peur et l’inconfort. De son côté, le bébé se sent terrifié par toutes ces mains qui le manipulent, le retournent et le lavent sans savoir où est sa mère.

Personne ne devrait violer ce moment.

La naissance d'un enfant est un acte d'amour

Lors d’un accouchement, nous devons appliquer le paradigme de la protection

Le Dr. Odent, à 83 ans, continue de défendre la nécessité de mettre en pratique « le paradigme de la protection ». Il serait basé sur ces points :

  • Le bien-être physique et émotionnel de la mère et du nouveau-né doit être pris en compte.
  • La mère devrait se sentir à l’abri, respectée et confortable. Cela implique que vous avez le droit de choisir comment donner naissance. La césarienne n’est pas toujours l’option préférée pour beaucoup de femmes, il y a ceux qui se sentent plus en sécurité en donnant naissance.
  • Rasage, induction du travail avec de l’ocytocine ou application de la péridurale est quelque chose que la femme devrait être en mesure de choisir tout en étant conseillée par son médecin.
  • Le bébé n’a pas besoin d’être lavé immédiatement. En fait, cette couche blanche qui la recouvre est un type de protection naturelle pour sa peau qui peut rester sur lui quelques minutes de plus tout en faisant favorisant le contact « peau contre peau » avec sa mère.
  • Le cordon ombilical doit être coupé lorsqu’il cesse de pomper. D’ici là, il fournira, selon Michel Odent, un vaccin contre des maladies telles que le «tétanos néonatal».
  • À son tour, le Dr Odent est l’auteur du premier document écrit sur la nécessité de commencer à allaiter au cours de la première heure après l’accouchement.

Communication avec la mère pendant l’accouchement

Ces données sont curieuses. Dans le paradigme que défend le Dr Odent se trouve le besoin de ne pas crier sur la mère, de ne pas répéter des phrases telles que «poussez» à haute voix, ou de s’adresser à elle avec insistance.

  • Pendant le travail, le néocortex de la femme (notre cerveau rationnel) diminue son activité pour se concentrer sur cette zone instinctive et purement émotionnelle. De cette façon, les ordres verbaux et même les mots de l’environnement ne font qu’élever leur stress.
  • Il est nécessaire de prendre cela en compte. Il est nécessaire de se rappeler ce que nous avons dit au début : l’accouchement doit être effectué comme un acte d’amour délicat.

Famille, ne dérangez pas les nouveaux parents

Une fois que la mère a accouché, elle a juste besoin de calme, de silence, de son bébé et de son partenaire. Le temps nous permettra de connaître le nouveau-né. Nous avons toute une vie pour cela, mais la naissance et les heures d’après n’appartiennent qu’aux parents.