L’amour d’une mère dans les yeux de sa fille

8 août 2018
S'il n'est plus à démontrer que nous nous consacrons à tout ce qui a trait à la maternité, aujourd'hui nous souhaiterions vous montrer l'amour d'une mère à travers les yeux de sa fille.

L’amour d’une mère dans les yeux de sa fille

S’il n’est plus à démontrer que nous nous consacrons à tout ce qui a trait à la maternité, aujourd’hui nous souhaiterions vous montrer l’amour d’une mère à travers les yeux de sa fille.

L’histoire qui suit a été écrite par l’une des membres de notre équipe de rédaction qui a décidé de la partager avec nous et avec tout ceux qui souhaiteraient la lire.

Chères lectrices, ici aussi nous tenons à préserver un espace pour toutes les femmes, celles aussi qui ne sont pas encore mères.  

Printemps 2017

La première fois que nous sommes montés ensemble dans un bus mon compagnon et moi, nous avions toujours la vingtaine. Comme il y avait beaucoup de monde, je suis la seule à avoir trouvé un siège.

Mon fiancé est resté debout, le plus prés de moi possible au milieu de la foule.

En face de moi il y avait une femme avec un bébé qui faisait la grimace et qui était sur le point de pleurer.

Alors je l’ai regardé dans les yeux, le bébé a trouvé et soutenu mon regard. J’ai commencé à lui faire grimaces malicieuses et il s’est mis à rire. Quelqu’un est monté et je lui ai cédé ma place, mais je suis restée debout, près du bébé.

J’avais sur mon bras mon manteau que j’avais porté presque toute la journée. Il avait une capuche avec des poils de peluche et j’en ai profité pour faire rire le petit. J’ai pris le bord de ma capuche dans mes mains pour former une sorte de marionnette en peluche.

Alors délicatement j’ai frotté les petites jambes du bébé comme si le jouet improvisé était un chien. Waf, waf, waf ! faisait-il, et le bébé se tordait de rire dans son couffin.

L'amour d'une mère

La mère m’a regardé avec un air amusé et m’a remercié d’un geste. Je suppose qu’elle m’était reconnaissante que cette grimace ne se soit pas transformé en pleurs. Je crois que, en ce qui me concerne, je lui étais reconnaissante de me permettre de passer un joli moment avec son bébé.

Elle m’a parue fatiguée, mais contente. Alors j’ai su que c’était une bonne mère.

Beaucoup de personnes dans le bus ont murmuré que je pourrais possiblement être une bonne mère. C’est également ce que j’ai ressenti, même si je n’avais pas encore considéré cette possibilité.

Je suis descendue du bus avec mon fiancé. Aucun de nous n’a parlé à ce moment.

Ensuite, il m’a souri et m’a dit :  » Bien que je ne veuille pas avoir d’enfants, je reconnais que tu serais une bonne mère. Tu as l’air de bien t’entendre avec les enfants, et ils ont l’air de t’apprécier ». Une bulle de rêverie s’est évaporée, et nous avons poursuivi notre chemin dans la rue.

Je n’envisage toujours pas la maternité malgré le fait que j’aime beaucoup les enfants. Mon fiancé a ri et n’a rien dit d’autre.

Ma perception de l’amour d’une mère

Je me rappelle que ma mère m’a dit plusieurs fois qu’elle pensait que j’étais née pour être mère.

Elle me dit qu’il n’y a rien qu’on aime plus au monde que ses enfants, qu’il n’y a rien ni personne qui puisse plus la combler que vois ses enfants se surpasser. Elle dit qu’elle est si fière, tellement que je puisse me sentir épanouie en ayant l’opportunité quotidienne de lui donner l’amour qu’elle ressent.

D’une manière ou d’une autre l’amour d’une mère continue de nous inspirer profondément

Contrairement à ma mère, nombreux sont ceux qui pensent qu’une femme ne nait pas exclusivement pour être mère. Je sais que c’est vrai.

Malgré cela, je crois en ma maman, car je sais qu’au-delà de la conviction dans sa voix, je crois au bonheur qui la submerge quand elle me le dit sans mot. Et aussi quand elle se le dit pour elle même, en silence, alors qu’elle croit que je la voit seulement sourire.

Cette histoire n’a rien à voir avec ma propre maternité mais avec la manière dont j’ai perçu l’amour maternel tout au long de ma vie.

L'amour d'une mère à travers les yeux de sa fille

A 28 ans, je sais seulement être sa fille.

Ma mère a été exceptionnelle avec moi et mes frères. Avec ses qualités et ses traits à améliorer, mais toujours inconditionnelle. Elle a toujours su me faire sentir son amour.

J’ai grandi en observant les mille et une manières de ma mère d’aimer son prochain, et encore plus moi, mes frères et mon entourage familial.

Je lui en suis infiniment reconnaissante

Grâce à mère, j’ai appris à percevoir pleinement cet amour et à l’offrir.

Je suis tante de 5 enfants (jusqu’à présent), et plus d’une fois je me suis occupée et j’ai aimé mes neveux comme si c’était mes propres enfants. Et quand je vois un bébé, dans le bus, sur le trottoir ou dans n’importe quel lieu public, je me souviens à quel point l’exemple de l’amour de ma mère est beau.

Le cadeau le plus important pour moi – parmi tout ceux que j’ai reçus de ma mère – au-delà de la maternité, c’est cette capacité de me connecter avec un enfant. L’inspiration est immédiate. Présente et sans aucune préméditation.

Je sais que j’ai appris malgré moi à être mère.

Si un jour je choisis ce chemin dans ma vie, j’ai la certitude que je pourrai aimer mes enfants plus que tout et ainsi, si je croise le regard d’un bébé, je sera capable me me mettre en lien avec lui. Par un geste d’affection pure et sincère du bonheur d’être mère. Avec la capacité…non l’immense don de l’amour.

Et si je décide de ne jamais être mère, j’aurai la satisfaction de la grandeur et de la beauté de l’amour que je porte à ma mère.

Merci maman. Aujourd’hui, demain et pour toujours. Pour tout.

Par dessus tout, je souhaite te remercier d’avoir fait en sorte que cet amour ne soit pas seulement grand mais qu’il m’ait agrandi le cœur.

Et si j’ai oublié quelque chose, c’est pour pouvoir écrire les prochaines pages avec toi.

 

A découvrir aussi