La mère suffisamment bonne selon Winnicott

25 septembre, 2020
Le rôle de la mère est primordial dans le développement émotionnel du bébé. Cependant, il est irréaliste d'attendre d'une mère qu'elle soit parfaite, et ce n'est pas nécessaire.

Donald Winnicott était un pédiatre et un psychanalyste qui a contribué de manière importante à la compréhension du lien mère-enfant. Dans ses postulats, il nous montre comment la performance du parent influence le développement émotionnel ultérieur du bébé.

Ainsi, il a établi le concept de “mère suffisamment bonne” pour expliquer les minima essentiels pour que le nourrisson atteigne une maturité adéquate.

La sécurité de l’enfant dépendra de ces premières étapes de la vie. Selon que les besoins de l’enfant ont été satisfaits (ou non), une série de traits et de pathologies vont se développer. Cependant, l’aspect le plus puissant et le plus remarquable de la théorie de Winnicott est qu’il n’est ni attendu ni nécessaire qu’une mère soit parfaite. Voyons pourquoi.

Les fonctions de la mère

Les premières étapes de la vie d’un bébé sont caractérisées par une incapacité à se différencier de sa mère. Le lien affectif est extrêmement étroit et l’enfant est totalement dépendant des soins de sa mère.

Pour le nourrisson, il n’y a pas de séparation entre lui et sa mère. Les comportements de cette dernière doivent donc viser à détecter et à satisfaire les besoins de l’enfant.

Une mère tenant son bébé.

Pour que l’enfant se développe correctement, la mère doit remplir une fonction de soutien physique. Elle doit nourrir, nettoyer, habiller et protéger son bébé ; elle doit le tenir souvent dans ses bras.

Avec toutes ces actions, elle montre son amour au bébé par le biais du langage corporel. En identifiant ses besoins et en y répondant, en étant là pour lui, vous l’aidez à éviter la détresse.

Apporter un soutien émotionnel

Mais il est également essentiel que la mère apporte un soutien émotionnel. En d’autres termes, elle doit être prête à accepter toutes les manifestations émotionnelles de l’enfant, à les valider et à les restituer d’une manière plus tolérable.

Le parent ne s’occupera pas seulement des sentiments positifs, des sourires et des jeux de l’enfant ; il doit également être disposé et disponible pour recevoir des émotions négatives de haute intensité, des pleurs, de la détresse et de l’impulsivité.

Grâce au soutien offert par la mère, l’enfant connaît le bien-être, l’amour et la compréhension ; il apprend à se sentir en sécurité. Si ce processus s’est déroulé correctement, l’enfant pourra faire face à la transition de la séparation progressive d’avec la mère, par laquelle il s’établira comme un être indépendant et différencié d’elle.

Tous ces comportements maternels sont motivés par un sentiment de “sollicitude maternelle” qui apparaît déjà pendant la gestation. Il s’agit d’une sensibilité particulière qui permet à la femme de s’identifier à son petit, de s’occuper de ses besoins et de les reconnaître.

La mère suffisamment bonne

Cependant, il est irréaliste d’attendre d’une mère qu’elle agisse toujours parfaitement ; qu’elle comprenne d’abord chaque cri, geste et malaise de son bébé, qu’elle puisse toujours s’occuper de lui instantanément. Nous ne pouvons pas nous attendre à ce qu’elle ait toujours l’humeur ou la patience nécessaires pour réagir de manière optimale.

Ce serait irréaliste, mais aussi inutile. En réalité, l’enfant est capable de tolérer un certain degré de frustration et, à mesure qu’il grandit, ce seuil s’élève également. L’absence temporaire de la mère, son épuisement à des moments précis ou son incapacité à comprendre les pleurs de l’enfant à certains moments ne lui feront pas de tort sur le plan émotionnel.

Une mère dormant avec son bébé.

La mère n’a pas besoin d’être parfaite, juste d’être suffisamment bonne. C’est-à-dire qu’elle doit être présente et disponible pour l’enfant, elle doit répondre à ses demandes, contenir ses angoisses et lui montrer de l’amour. Mais, en tant qu’être humain, elle échouera parfois, et c’est naturel.

Les conséquences néfastes pour le bébé surviennent lorsque la mère ne s’occupe pas systématiquement de l’enfant et ne le soutient pas. Lorsqu’elle montre des changements d’attitude imprévisibles qui rendent l’enfant incapable de développer sa confiance en soi. Lorsque, en règle générale, elle est physiquement ou émotionnellement indisponible.

Même si cela s’est produit, la mère qui est capable de voir ses erreurs et de se racheter fera un excellent travail, car il a été démontré que l’amour et les soins peuvent réparer les dommages et créer un lien sûr s’ils sont rectifiés.

Vous n’avez pas besoin d’être parfaite

En bref, si vous êtes mère et que vous sentez la pression de la perfection sur vos épaules, débarrassez-vous en. Vous pouvez vous tromper, vous sentir parfois épuisée et perdre patience face aux autres. C’est naturel et ce n’est pas grave, vous êtes suffisamment bonne.

  • Shulz, V. M. LO SUFICIENTEMENTE BUENO: Con un cinco basta.
  • Pelento, M. (1985). Teoría de los objetos y proceso de curación en el pensamiento de Donald Winnicott. Anuario de la Asociación Escuela de Psicoterapia para Graduados11, 187-197.