La dépression chez les enfants

· 22 avril 2018
Ci-dessous, nous vous dirons tout ce que vous devez savoir sur les causes de la dépression, ses manifestations, la prévention et le traitement de la dépression chez les enfants.

Au début, il peut sembler que, parce qu’ils sont plongés dans un environnement de jeux et de bêtises, les enfants ne peuvent pas devenir déprimés. Mais la réalité est différente.

La dépression chez les enfants existe et c’est une maladie. En effet, même les nouveau-nés peuvent être victimes de ce trouble. Ce dernier est susceptible de déclencher les plus forts sentiments de tristesse.

Le plus gros problème de cette pathologie infantile, c’est qu’elle peut passer inaperçue.

Parfois même, les enfants eux-mêmes ne comprennent pas ce qui leur arrive. Ils affrontent des émotions et des sentiments qu’ils ne peuvent exprimer. Du coup, ils ont encore moins de chance de les vaincre. Et même si pour certains, leurs actions sont un signe de faiblesse, elles sont en réalité les symptômes d’un trouble émotionnel dangereux.

  • L’apathie
  • L’agressivité
  • La nostalgie
  • La démotivation
  • La faible estime de soi
  • Les changements d’humeur

Ceux-ci sont quelquesuns des signes les plus évidents de la dépression chez les enfants. Cependant, il peut y avoir beaucoup plus que cela. Par exemple, des conflits personnels et des altérations psychologiques. Des maladies pourraient aussi se cacher derrière pendant longtemps.

Quelles sont les causes de la dépression chez les enfants ?

La chimie du cerveau, la biologie, les expériences de vie, la santé physique… De nombreux facteurs mènent à la dépression. Mais chez les enfants, il y en a un qui les rend plus vulnérables: leur immaturité pour contrôler les émotions.

Les facteurs de risque associés :

  • L’environnement (social et familial).
  • La prédisposition génétique. Des études cliniques ont montré que les enfants de parents souffrant de dépression sont quatre fois plus susceptibles d’être diagnostiqués.

En outre, les enfants élevés dans des foyers dysfonctionnels y sont plus susceptibles. Ceux qui reçoivent une éducation insuffisante sont aussi en risque.

Par ailleurs, enfant qui ne tolère pas les frustrations ou s’habitue à exiger des récompenses pour ses actions peut éprouver de la dépression à un moment donné. D’un autre côté, les enfants qui sont maltraités ou abusés, ou qui font face à une perte, sont enclins à la dépression.

Comment déterminer si un enfant est déprimé ?

La dépression chez les enfants peut avoir des preuves cliniques et émotionnelles. La tristesse est l’un d’entre eux, mais pas le plus important.

On parle d’une dépression quand pendant plus de 2 semaines consécutives (et sans aucun effet de n’importe quelle substance), un ou plusieurs de ces symptômes se produisent :

  • Un sentiment de culpabilité
  • De l’hostilité, de l’irritabilité ou de la colère
  • Des tentatives ou des idées autodestructrices
  • De l’inconfort physique sans explication médicale
  • Les altérations du poids sans cause apparente
  • Un sentiment de vide, de désespoir
  • De l’agitation ou l’inhibition de l’activité psychomotrice
  • De problèmes de sommeil ou des difficultés à se concentrer
  • L’apathie, la solitude, la négativité, la tendance à pleurer ou à crier
  • L’incapacité de profiter des journées scolaires ou récréatives
  • Le découragement, le manque d’énergie, le rejet de la parole, la mauvaise performance scolaire

Les bébés peuvent aussi être déprimés

La dépression chez les enfants

L’organisme des bébés vient au monde avec des compétences motrices, émotionnelles et sensorielles. Celles-ci les aident à traiter les informations qu’ils reçoivent.

Quand ils viennent au monde, les bébés cherchent à s’accrocher à ceux qui leur fournissent un abri et la survie. Ils se sentent donc plus heureux dans la mesure où leurs liens sont plus satisfaisants.

Si loin de recevoir l’amour, ils trouvent le rejet et le manque d’affection (surtout de la part de la mère, ils souffriront de dépression. Comment? Sous forme d’apathie, d’inhibition des pleurs, d’absence de rire, de manque de réponse aux stimuli et d’attachement aux inconnus.

Si un enfant de huit mois préfère être dans les bras d’un inconnu que dans celui des parents, c’est très étrange. C’est aussi bizarre qu’il soit silencieux. Ou encore, qu’ils n’ait pas le courage d’explorer le monde qui l’entoure. Ou, pire, qu’il ait des retards dans son développement.

Si à 17-18 mois, le bébé ne marche pas ou à 2 ans il n’a pas dit un seul mot, il peut aussi être déprimé. Normalement, cela est lié à des parents déprimés.

Comment diagnostiquer et traiter la dépression chez les enfants ?

La dépression chez les enfants

Il n’y a pas de méthode spécifique pour détecter la dépression chez les enfants. Des entretiens, des questionnaires et des consultations avec des professionnels de la santé mentale permettront d’établir un diagnostic. En outre, il existe des stratégies applicables pour chaque âge.

Les traitements doivent être individualisés. Ils doivent aussi s’adapter à la phase de croissance, à leurs comportements, à leur maturation affective et à leur fonctionnement cognitif.

Il existe également des thérapies dynamiques et systémiques pour identifier les paramètres pathologiques de l’interaction. Et à partir de là on choisira les techniques pour faire face à la situation. Dans certaines circonstances, elles peuvent aussi s’accompagner de médicaments.

Mais avant tout, la compréhension des adultes est la clé. L’affection, le respect et la promotion des relations sociales avec les enfants de leur âge sont fondamentaux.