L’attachement évitant chez l’enfant et ses caractéristiques

18 septembre 2019
Lorsque les enfants estiment que le fait de communiquer leurs besoins affectifs à leurs parents ou aux personnes avec lesquelles ils entretiennent des liens étroits n'a aucun effet, un attachement évitant se manifeste.

L’attachement évitant chez l’enfant peut être défini comme une suppression des émotions de la part de ce dernier, qui considère qu’il ne reçoit pas l’attention ou la réponse attendue par ses parents ou les personnes en charge de ses soins. De là, il va adopter une position d’autosuffisance et d’indépendance par rapport au besoin d’attention ou de liens externes, y compris l’amour.

Les sentiments d’attachement sont présents chez les enfants et les adultes. Mais ils le sont aussi chez d’autres espèces de mammifères. Cette condition permet, entre autres, de consolider un sentiment de sécurité et de stabilité presque instinctivement pour survivre. Elle est aussi fondamentale pour créer des liens sociaux.

L’attachement évitant chez les enfants et ses caractéristiques

Les caractéristiques des enfants ayant un attachement évitant

Selon les théories de l’attachement évitant développées par Mary Ainsworth, la création de liens d’amour et de dépendance se forment chez les individus dès leur plus jeune âge. Ce processus est extrêmement important pour les humains, car nous sommes des êtres sociaux.

Cependant, lorsqu’un enfant perçoit que les personnes qui lui sont proches, qu’il s’agisse de ses parents ou des personnes qui s’occupent de lui, ne répondent pas positivement à ses attentes en matière de soins ou qu’elles sont constamment rejetées, un sentiment d’indépendance apparaît en lui. Ce dernier le pousse à supprimer son désir de demander de l’aide, une protection ou de l’affection.

Les enfants apprennent très tôt que leur relation avec les figures protectrices est frustrante. Ils adoptent donc littéralement l’attitude de ne pas être affectés positivement ou négativement par la présence, l’absence ou l’aide de leurs parents.

Dans certains cas de recherche menés par Ainsworth, par exemple, les enfants évitent de pleurer pour demander de la nourriture ou une aide particulière. Cette posture a pour objectif de ne pas entraîner le rejet de leurs parents. Elle leur garantit également de pouvoir rester près d’eux dans la même pièce.

Une autre caractéristique représentative des enfants qui ont un attachement évitant est qu’ils s’ouvrent et sont plus réceptifs à communiquer et à tisser des liens avec des personnes extérieures à leur noyau le plus proche. Par conséquent, ils sont amis avec des étrangers.

bébé accroché à la jambe d'un de ses parents

Les symptômes

Les enfants qui ont un attachement évitant montrent certaines attitudes dans leur comportement qui leur permettent d’être identifiés. Certaines de ces expressions sont :

  • Ils sont isolés et ont tendance à ne pas donner beaucoup d’expressions d’affection.
  • Ils peuvent être hostiles à leurs camarades de classe ou aux gens qui les entourent.
  • Les enfants qui ont un attachement évitant sont ceux qui ont le plus recours à l’intimidation à l’égard de leurs pairs.
  • Ils se sentent mal à l’aise avec le contact physique, y compris avec les câlins ou les baisers.
  • Ils se sentent dégoûtés par leurs professeurs.
  • Ces enfants font souvent des crises de colère.
  • Ils peuvent faire preuve d’une grande estime d’eux-mêmes, ce qui va de pair avec le sentiment que les autres sont inférieurs à eux.

« L’attachement consolide un sentiment de sécurité et de stabilité presque instinctivement pour survivre. Il est aussi fondamental pour créer des liens sociaux. »

Des traitements pour éradiquer l’attachement évitant chez les enfants

Il est important de déterminer si un enfant a développé un attachement évitant. En effet, les personnes souffrant de cette condition ont habituellement de sérieuses difficultés à nouer des liens à l’âge adulte. Ce qui est encore plus dommageable, c’est que, s’ils ont des enfants, ils seront en mesure de leur inculquer le même type d’attachement.

Les thérapies visant à éradiquer ce type d’attachement tendent à essayer de se rapprocher le plus possible de l’origine des expériences qui les ont poussés à supprimer leurs sentiments. Ensuite, le but est de les aider à reconnaître pourquoi ils ont vécu ces événements et de les encourager à soulager leur tristesse à cause de cela.

Attachement évitant entre jeunes filles

Une fois les causes identifiées, l’idée est d’inciter l’enfant à faire des exercices dans lesquels il peut se sentir à l’aise d’être vulnérable ou de pouvoir faire confiance aux autres sans avoir une prédisposition au rejet ou à l’échec.

Le psychologue qui traite l’enfant avec un attachement évitant travaillera également de façon exhaustive pour réduire son niveau d’anxiété. Cette anxiété peut être consciente ou inconsciente. Elle peut les maintenir constamment en alerte concernant les liens et les interactions qu’ils ont avec les autres.

L’attachement évitant est une condition qui entraîne de nombreuses frustrations dans l’interaction sociale. Les enfants atteints de ce trouble seront difficilement capables de se détacher de ses effets. De plus, ils les reproduiront certainement à l’âge adulte.

Si vous identifiez un ou plusieurs de ces traits chez votre enfant, n’hésitez pas à vous renseigner à ce sujet et à consulter rapidement un professionnel.

  • Barudy, J., & Dantagnan, M. (2005). Los buenos tratos a la infancia: Parentalidad, apego y resiliencia. Editorial Gedisa.
  • Garrido-Rojas, L. (2006). Apego, emoción y regulación emocional. Implicaciones para la salud. Revista latinoamericana de psicología, 38(3), 493-507. https://www.redalyc.org/pdf/805/80538304.pdf
  • Marrone, M., Diamond, N., Juri, L., & Bleichmar, H. (2001). La teoría del apego: un enfoque actual. Madrid: Psimática.
  • Mosquera D, Gonzalez, A (2009) Escala de Apego y Patrones Relacionales.
  • Mosquera, D., & González, A. (2013). Del apego temprano a los síntomas del trastorno límite de personalidad. Revista Digital de Medicina Psicosomática y Psicoterapia, 3(3), 1-33. http://www.psicociencias.com/pdf_noticias/Apego_y_TLP.pdf
  • Shaffer, D. R., & del Barrio Martínez, C. (2002). Desarrollo social y de la personalidad. Madrid: Thomson.