Je suis maman, je ne suis pas une bonne

· 16 juin 2018
"Je suis maman", quelle est la première chose qui vous vient à l'esprit quand vous entendez cette phrase ? Joie, satisfaction, bonheur ou au contraire, sacrifice, désespoir, esclavage ? Même si l'arrivée de notre enfant dans le monde est probablement le moment le plus important de notre vie ainsi que le sentiment le plus exprimé avec le mot bonheur, une problématique que l'on connait tous surgit à la maison : Suis-je une maman ou une bonne ?

« Je suis maman », quelle est la première chose qui vous vient à l’esprit quand vous entendez cette phrase ? Joie, satisfaction, bonheur ou au contraire, sacrifice, désespoir, esclavage ? Même si l’arrivée de notre enfant dans le monde est probablement le moment le plus important de notre vie ainsi que le sentiment le plus exprimé avec le mot bonheur, une problématique que l’on connait tous surgit à la maison : Suis-je une maman ou une bonne ?

Qui devrait assumer le poids des tâches domestiques ? Maman doit-elle être ma servante ? Est-il bon et juste de « décharger » les enfants de tout travail et de toute aide à la maison en pensant qu’ils sont trop épuisés avec leurs propres devoirs ? Et la question la plus importante: comment cette vision affectera-t-elle mon enfant à l’âge adulte ?

« Être une bonne mère, une bonne épouse ou une bonne personne ne signifie pas passer sa vie à nettoyer la maison. Si vous cessez de voir vos amis ou votre famille pendant trop longtemps, ils vont commencer à faire leur vie sans vous. Faites-moi confiance. »

-Constance Hall-

"Je suis maman" ne signifie pas être la bonne de la maison et de ses enfants

Je suis maman, je ne suis pas ta bonne

Dans la plupart des foyers, surtout dans les pays occidentaux, il existe une mauvaise habitude que les enfants reçoivent seulement et ne donnent pas, ce qui entraîne un grand problème à l’âge adulte et leur fait croire à tort que leur maman sera leur servante personnelle.

Nous pouvons même penser qu’il s’agit seulement d’un problème d’éducation et, par conséquent, minimiser l’affaire, en croyant naïvement qu’il sera résolu sans entrave à l’âge adulte. Ce qui est certain, c’est que la première qui doit avoir le concept bien clair d’être une mère et non une bonne est la maman elle-même. Mais vous devez préciser une chose à votre enfant: Je suis maman et non ta servante.

Cela pourrait-il affecter le développement ultérieur de notre enfant? Aura-t-il une vision déformée de la femme à l’âge adulte? Pourra-t-on observer des bienfaits si je me mets au travail immédiatement? Cela dépendra certainement de l’importance que nous accordons à cette question ainsi que de notre volonté de créer une atmosphère de collaboration et d’entraide dans notre maison.

Ce que vous pouvez faire face au problème

Une chose appropriée à mettre en place après avoir détecter le problème, et même avant qu’il ne survienne, est d’agir sans délai. Afin que notre objectif se réalise et que notre enfant ne se trompe pas en nous voyant comme la servante de la maison et la super-maman qui n’a besoin de l’aide de personne, la première à rejeter cette idée doit être vous-mêmes.

Commencez à attribuer des devoirs à votre enfant dès le plus jeune âge

Les experts recommandent de commencer dès deux ans et même plus jeune. Par exemple, les enfants peuvent ranger leurs jouets, ramasser ce qu’ils sont jeté par terre ou apporter leurs vêtements au lit.

Logiquement, ce sont des tâches adaptées à l’âge, comme faire le lit, mettre une machine à laver ou même cuisiner quand il n’y a pas de danger. Résistez toujours à l’envie de terminer la tâche à leur place s’ils se sentent fatigués ou parce qu’ils ne le font pas comme nous aimerions.

L’objectif n’implique pas que l’enfant réalise la tâche comme un adulte, mais de l’aider à modifier dans son esprit l’idée de la maman servante qui fait tout à la maison. Ils doivent prendre conscience dès le plus jeune âge l’effort qui se trouve derrière les différentes tâches à réaliser et les apprécier, devenant ainsi des adultes responsables.

Faites comprendre à l’enfant l’importance d’aider les autres

Il a été observé que lorsque les enfants se voient confier des tâches à la maison, ils s’habituent à accorder la priorité aux besoins des autres avant les leurs. Tout ceci les conduit, plus tard, à ce qu’ils aident de façon naturelle les autres, et donc à devenir des adultes altruistes et responsables.

Il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir

-Citation biblique-

De cette façon, nous atteignons le but souhaité, à savoir qu’ils aient une vision correcte de la vie adulte et qu’ils ne croient pas que tout le monde sera à leur service et leur disposition, y compris leur mère.

Par conséquent, si nous voulons être des mamans heureuses et éduquer des enfants matures et responsables, apprenons à nos enfants dès le plus jeune âge qu’ils ont eux aussi leurs propres responsabilités dans la maison, et pas seulement leur mèreComme ça, vous n’aurez pas à prononcer: Je suis maman, je ne suis pas ta bonne.