J'ai un enfant préféré : comment faire ?

Il est naturel de ressentir une plus grande affinité pour l'un de vos enfants. Cependant, votre comportement doit être juste et empli d'amour avec chacun d'eux si vous ne voulez pas les blesser. Apprenez-en plus à ce sujet.
J'ai un enfant préféré : comment faire ?
Elena Sanz Martín

Rédigé et vérifié par la psychologue Elena Sanz Martín.

Dernière mise à jour : 06 janvier, 2023

Si on leur demande directement, tous les parents nient avoir un enfant préféré. Admettre cela peut être extrêmement inconfortable, douloureux et décourageant, car on attend des parents qu’ils soient justes, aimants et équitable avec tous leurs enfants. Cependant, le lien parent-enfant n’est rien de plus qu’une relation entre des êtres humains et, par conséquent, il est naturel qu’il existe différents degrés d’affinité.

Bien qu’il s’agisse d’un sujet tabou, certaines recherches ont montré que plus de 70 % des parents ressentent une préférence pour l’un de leurs enfants. Et, si nous demandons aux enfants, beaucoup d’entre eux souligneront qu’ils perçoivent une nette différence dans l’attitude et le traitement qu’eux-mêmes et leurs frères et sœurs reçoivent. Devant des preuves aussi claires, que pouvons-nous faire à ce sujet ?

Avoir un enfant préféré : qu’est-ce que cela signifie ?

Tout d’abord, il est important de définir ce que signifie avoir un enfant préféré, car ce n’est qu’ainsi que nous pourrons savoir si c’est notre cas. Cela implique de ressentir une plus grande attirance, sympathie ou affinité envers l’un d’entre eux. Soit parce que nous partageons des passe-temps et des intérêts, soit parce que leur personnalité vient mieux compléter la nôtre.

Un père plus actif, spontané et sportif se sentira plus proche d’un de ses enfants qui démontre également ces qualités. Et une mère plus sereine et réfléchie aura plus de facilité à s’identifier à un enfant calme qui aime lire et préfère les espaces moins stimulants.

Avoir un enfant préféré est quelque chose de naturel et d’irrémédiable et ne doit pas être un problème. Pourtant, cela ne signifie pas que vous ressentez un amour plus profond pour lui par rapport aux autres.

Comment agir si vous avez un enfant préféré ?

Avoir un enfant préféré n’est pas un problème en soi. Cependant, ça l’est lorsque cette préférence naturelle se manifeste par un traitement injuste et inapproprié envers les enfants. Par conséquent, nous vous proposons quelques conseils qui peuvent vous aider à cet égard.

Acceptez ce que vous ressentez

Reconnaître cette préférence est nécessaire pour ne pas finir par la refléter involontairement et blesser l’un de vos enfants. Débarrassez-vous de votre culpabilité car ce sentiment est naturel et compréhensible. Et si l’un des enfants le ressent et vous le fait savoir, essayez de valider ses émotions, expliquez-lui ce qui se passe et rappelez-lui que votre amour pour lui est inconditionnel.

Vous pouvez utiliser des phrases telles que : « Je comprends que tu sois blessé parce que tu sens que je préfère ton frère, mais je vous aime tous les deux de la même manière. Ce qui se passe, c’est qu’il aime le sport comme moi et c’est pour cela que nous partageons plus de moments, mais j’adorerais passer plus de temps avec toi et tu peux venir avec nous quand tu en as envie. »

Développer un lien fort avec tous vos enfants

Même si vous vous sentez plus proche de certains de vos enfants, il est important que vous fassiez l’effort de les connaître tous en profondeur. Essayez de consacrer quelques minutes par jour à chacun d’eux et organisez périodiquement des sorties spéciales avec chacun d’eux.

Si chaque enfant peut choisir l’activité à faire lors de ces sorties, vous pourrez vous plonger dans ses centres d’intérêt. Il est probable qu’en augmentant le temps partagé, la proximité émotionnelle et la confiance augmenteront également.

Même si vous avez un enfant préféré, essayez d’aborder l’éducation de manière individuelle et de répondre aux besoins d’affection et de soutien de chaque enfant à tout moment.

Fournissez un traitement équitable

Ressentir une certaine préférence pour l’un de vos enfants peut vous amener à ignorer ses défauts ou à le complimenter plus que les autres. Cependant, il est important que vous essayiez d’être juste et équitable lorsque vous fixez des limites et des conséquences.

Tous vos enfants doivent avoir des droits et des responsabilités similaires, tant qu’ils sont adaptés à leur âge. Et, en plus, vous devez essayer de renforcer les comportements positifs dont vous êtes témoin chez chacun d’eux, malgré le fait qu’ils soient plus visibles chez certains que chez d’autres.

Soyez la meilleure mère pour chacun d’eux

Au lieu de comparer le traitement que vous offrez à vos enfants, concentrez-vous sur le fait d’être la meilleure mère possible pour chacun d’eux. Chaque enfant a des besoins émotionnels différents. Ainsi, certains sont plus exigeants et d’autres plus indépendants. L’un d’entre eux peut avoir besoin de plus de soutien émotionnel et un autre peut avoir besoin de plus d’aide pour ses devoirs.

Évitez les conséquences d’avoir un enfant préféré

Avoir un enfant préféré et le montrer clairement est nocif pour tous les membres de la famille. Les enfants qui ne sont pas préférés par leurs parents peuvent se sentir rejetés et invalidés, tandis que le petit préféré peut grandir sans limites et avec une pression supplémentaire due aux attentes de ses parents.

De plus, l’ambiance à la maison peut devenir tendue et peu harmonieuse, puisqu’il y aura de mauvaises relations fraternelles et entre parents et enfants. Pour cette raison, il est essentiel que vous preniez conscience de vos préférences et de la manière dont elles se manifestent au quotidien. Ainsi, vous pourrez essayer de faire les changements adéquats. Rappelez-vous que tous vos enfants ont besoin d’amour, d’acceptation, d’attention et de soutien.

Cela pourrait vous intéresser ...
Le mythe de “l’enfant préféré” existe-t-il?
Être parents
Lisez-le dans Être parents
Le mythe de “l’enfant préféré” existe-t-il?

Selon la science, le mythe de l'enfant préféré existe. Toutefois, les parents ont une opinion très éloignée de celle-ci. Découvrez les arguments de...



  • Shebloski B, Conger KJ, Widaman KF. Reciprocal links among differential parenting, perceived partiality, and self-worth: a three-wave longitudinal studyJournal of Family Psychology. 2005;19(4):633-642. doi:10.1037/0893-3200.19.4.633
  • Pillemer K, Suitor JJ, Pardo S, Henderson C. Mothers Differentiation and Depressive Symptoms Among Adult ChildrenJournal of Marriage and Family. 2010;72(2):333-345. doi:10.1111/j.1741-3737.2010.00703.x

Le contenu d'Être Parents est uniquement destiné à des fins éducatives et informatives. Il ne remplace à aucun moment le diagnostic, les conseils ou le traitement d'un professionnel. Si vous avez le moindre doute, il est conseillé de consulter un spécialiste de confiance.