Induction du travail: tout ce que vous devez savoir

Le déclenchement du travail est une pratique courante dans les centres de santé. Il cherche à stimuler le début du processus de naissance avec différents objectifs. On vous en dit davantage.
Induction du travail: tout ce que vous devez savoir
Leidy Mora Molina

Rédigé et vérifié par l'infirmière Leidy Mora Molina.

Dernière mise à jour : 20 décembre, 2022

Il existe différentes raisons pour lesquelles les professionnels de santé pratiquent l’induction du travail. Une pratique qui consiste à déclencher artificiellement le processus naturel de l’accouchement.

Cette stratégie n’est pas nécessaire dans toutes les grossesses, ni appropriée dans tous les cas. Cependant, de nos jours, elle est devenue assez fréquente et génère des controverses.

Découvrons ci-dessous de quoi il s’agit, à quel moment il faut la pratiquer et ce qu’en pensent les sociétés savantes internationales.

En quoi consiste l’induction du travail?

Le déclenchement du travail se base sur l’utilisation de différentes stratégies médicales. Plus précisément, déclencher des contractions et stimuler la dilatation du col de l’utérus, afin d’obtenir un accouchement vaginal.

Il existe différentes méthodes pour déclencher le travail :

  1. Mécanique: elle est réalisée par la rupture artificielle des membranes qui recouvrent le sac amniotique. Pour effectuer cette intervention, il est nécessaire que le col de l’utérus soit dilaté et que la tête du bébé soit engagée dans le bassin. Lorsque le liquide sort, l’enfant exerce une pression sur le plancher pelvien pour stimuler le travail.
  2. Pharmacologique : elle repose sur l’utilisation de médicaments qui stimulent les contractions (comme l’ocytocine) et qui favorisent la dilatation du col de l’utérus (comme les prostaglandines). Il faut savoir que cette procédure est réservée à des cas particuliers, afin d’obtenir des bénéfices qui l’emportent sur les risques pour la santé de la mère ou du bébé.
Perfusion.

A quel moment est-il nécessaire de déclencher le travail?

Selon la Société espagnole de gynécologie et d’obstétrique (SEGO), le déclenchement du travail est judicieux lorsque les risques de poursuivre la grossesse l’emportent sur les risques d’accélérer l’accouchement.

Dans son protocole d’action, cette entité propose l’induction uniquement dans les situations suivantes :

  • Grossesse post-terme : lorsque la grossesse dure plus de 42 semaines, il y a un risque que le bébé ne soit pas bien oxygéné et nourri en raison du vieillissement du placenta.
  • Rupture prématurée des membranes : en raison du risque d’infections dans le sac amniotique et d’autres complications.
  • États hypertensifs de la grossesse (prééclampsie, éclampsie et syndrome HELLP ).
  • Diabète gestationnel.
  • Restriction de croissance intra-utérine.
  • Grossesse gémellaire.
  • Chorioamniotite (infection des membranes amniotiques).
  • Rupture du placenta.
  • Mort fœtale intra-utérine.

En plus de cela, ces lignes directrices font référence à l’induction élective, qui n’est pas liée à des raisons cliniques et ne doit être effectuée que si la grossesse est supérieure à 39 semaines.

Risques associés au déclenchement du travail

Bien que dans les cas cités ci-dessus, l’induction soit un moyen d’éviter une césarienne, il existe cependant des risques inhérents à la pratique dont il faut être conscient :

  • Échec de l’induction : après la mise en pratique des méthodes pharmacologiques et mécaniques, le travail ne progresse pas.
  • Infections.
  • Bradycardie maternelle : les médicaments administrés peuvent abaisser le rythme cardiaque de la mère et diminuer l’oxygénation du fœtus.
  • Rupture utérine : bien qu’elle soit rare, elle est grave et survient suite à une déchirure de l’utérus.
  • Saignement utérin : lors de l’accouchement, l’utérus ne se contracte pas correctement et le saignement ne s’arrête pas.

Par conséquent, il existe certaines contre-indications à l’induction du travail. Parmi elles: avoir eu des césariennes antérieures et rapprochées, le fœtus est situé en position transversale, des antécédents de rupture utérine, une infection herpétique active, un prolapsus du cordon ombilical ou un cancer du col de l’utérus, entre autres.

Quelle position les agences de santé adoptent-elles sur l’induction du travail ?

La controverse actuelle entourant cette procédure est étroitement liée à sa fréquence élevée dans les centres de santé du monde entier. Y compris sans cause médicale qui le justifie.

On pense que la raison serait le choix du moment de la naissance et le non-respect de l’accouchement en tant qu’événement naturel. Voyons comment les différentes sociétés savantes se manifestent à cet égard.

Organisation Mondiale de la Santé (OMS)

En 2015, l’OMS a publié une série de recommandations sur l’induction du travail. Dans lesquelles il est suggéré d’éviter l’utilisation d’ocytocine, de misoprostol et la rupture du sac (amniotomie). Tout cela, en raison des risques que ces stratégies comportent.

En 2018, ces lignes directrices ont été élargies dans les Recommandations de l’OMS pour les soins pendant l’accouchement pour une expérience positive de l’accouchement. Ces directives visaient à optimiser l’expérience de l’accouchement à partir d’une approche holistique, basée sur les droits de l’homme.

A propos de l’induction du travail, les auteurs déconseillent l’amniotomie précoce en conjonction avec l’administration d’ocytocine pour accélérer l’accouchement. Enfin, ils soulignent la nécessité de réduire les interventions médicales inutiles dans les grossesses à faible risque.

Fédération argentine des sociétés de gynécologie et d’obstétrique (FASGO)

Dans une mise à jour publiée en 2019, cet organisme a mis en avant une série de conditions à prendre en compte pour réaliser l’induction du travail. À leur sujet, les experts affirment ce qui suit :

“Les indications du déclenchement du travail ne sont pas absolues; les conditions maternelles (état cervical, membranes ovulaires et âge gestationnel) et les conditions fœtales doivent être prises en compte, entre autres facteurs.”

De même, les auteurs soulignent que le travail peut être induit pour des raisons logistiques qui le justifient. Comme la distance entre le domicile et l’hôpital ou certaines indications psychosociales.

Une femme qui accouche.

Ministère de la santé, de la politique sociale et de l’égalité en Espagne

Le Ministère Espagnol de la Santé, de la Politique sociale et de l’Égalité s’exprime à ce sujet dans la Stratégie nationale de santé sexuelle et reproductive publiée en 2011. Ce document établit une série de recommandations pour les grossesses à faible risque qui durent jusqu’à 41 et 42 semaines :

  • Offrir à la femme enceinte la possibilité d’attendre le début spontané du travail à partir de la semaine 41.
  • Permettre la possibilité de déclencher le travail tout au long de la semaine 41, avec la meilleure méthode possible et avec des conseils adéquats pour les parents.

Il convient de noter que les femmes enceintes doivent connaître la méthode d’induction. Le lieu, les détails ainsi que les options de soutien et de soulagement de la douleur.

L’induction du travail, une stratégie pour réduire le nombre de césariennes

Une induction du travail opportune et justifiée est une option favorable pour le bien-être de la mère et du bébé, car elle limite le recours à une césarienne.

Il a été déterminé que les avantages de l’induction du travail peuvent l’emporter sur les risques. Notamment en cas de grossesses prolongées (plus de 41 semaines), où les taux de mortalité périnatale et de césarienne tendent à équilibrer la balance.

Avant que le spécialiste n’effectue la procédure, la mère doit savoir de quoi il s’agit et garantir son exécution. En effet, c’est son droit de choisir comment accoucher.

Cela pourrait vous intéresser ...
5 manières surprenantes de déclencher le travail
Être parents
Lisez-le dans Être parents
5 manières surprenantes de déclencher le travail

Découvrir 5 manières surprenantes de déclencher le travail vous permettra d'être mieux préparée et sereine. Lisez cet article pour en savoir plus.




Le contenu d'Être Parents est uniquement destiné à des fins éducatives et informatives. Il ne remplace à aucun moment le diagnostic, les conseils ou le traitement d'un professionnel. Si vous avez le moindre doute, il est conseillé de consulter un spécialiste de confiance.