Erreurs nutritionnelles chez les adolescents

Aujourd'hui, nous évoquons les principales erreurs nutritionnelles que commettent les adolescents afin d'éviter le développement de problèmes de santé à l'âge adulte.
Erreurs nutritionnelles chez les adolescents

Dernière mise à jour : 18 juin, 2022

Les adolescents commettent souvent une série d’erreurs nutritionnelles qui peuvent avoir un impact négatif sur leur santé future. Il est important de les connaître pour les éviter et ainsi favoriser les bonnes habitudes dès les premiers stades de la vie. Nous parlons d’une période de grand développement. Il est donc crucial de garantir un approvisionnement optimal en nutriments de qualité.

Avant de commencer, soulignons que les habitudes alimentaires d’aujourd’hui sont fortement influencées par l’exposition aux médias et par le pouvoir de l’industrie. Il y a beaucoup de désinformation à leur sujet, ce qui entraîne des mythes qui peuvent nous jouer des tours. Consulter un professionnel de la nutrition peut aider à optimiser l’alimentation.

Erreurs nutritionnelles chez les adolescents

Quelles sont les principales erreurs nutritionnelles chez les adolescents? Beaucoup d’entre elles peuvent venir de l’enfance. Il est donc nécessaire de promouvoir une éducation adéquate dès le plus jeune âge.

1. Une consommation faible d’eau

Les adolescents boivent souvent peu d’eau et abusent des boissons gazeuses. Ces dernières concentrent une très grande quantité de sucres simples. Leur consommation régulière peut causer des dommages métaboliques au fil des ans et augmenter le risque de développer un diabète de type 2. Ceci est démontré par une recherche publiée dans la revue Current Diabetes Reports.

La question devient encore plus préoccupante lorsque l’on parle de consommation d’alcool, également fréquente chez les adolescents. Cette substance est considérée comme toxique, quelle que soit la dose consommée. En effet, elle affecte le développement du cerveau et augmente l’incidence des pathologies neurodégénératives. De la même manière, elle modifie l’équilibre hormonal dans l’environnement interne. Les boissons alcoolisées sont considérées comme très nocives et il est préférable de les éviter.

Une jeune femme qui boit une boisson gazeuse.

2. Abus des aliments ultra-transformés

Au petit-déjeuner comme au goûter, les adolescents consomment souvent des aliments ultra-transformés de type industriel. Ces produits contiennent des gras trans et des additifs artificiels de mauvaise qualité. Ces lipides sont capables d’augmenter les niveaux inflammatoires dans l’environnement interne et d’augmenter ainsi la prédisposition au développement de maladies chroniques. Une étude publiée dans le magazine BMJ le confirme.

Au lieu de ces aliments, il serait préférable d’assurer des aliments à haute densité nutritionnelle pour le petit-déjeuner et les collations. Par exemple, les produits laitiers, les fruits secs, les crèmes de légumineuses ou les légumes, entre autres. Il existe plusieurs alternatives faciles à préparer qui fournissent des glucides complexes et des protéines de qualité.

3. Peu de poisson

Les enfants et les adolescents n’aiment pas beaucoup manger du poisson, principalement à cause des arêtes. Mais ils doivent s’habituer à introduire cet aliment dans l’alimentation, car il présente plusieurs avantages pour la santé. D’une part, il contient des protéines de la plus haute qualité. De même, il concentre les lipides de la série oméga 3, nutriments décisifs pour éviter le manque de contrôle au niveau inflammatoire.

Une bonne alternative est de commencer par les poissons avec un pourcentage plus faible d’arêtes, comme le saumon ou le thon. Petit à petit, le spectre peut être augmenté. De la même manière, il convient de varier en termes de modes de cuisson. Les aliments en conserve ne doivent pas être abusés, car ils pourraient fournir des quantités trop élevées de métaux lourds qui s’accumulent à l’intérieur du corps.

4. Peu de légumes

Pour finir, il est important de noter que les adolescents mangent généralement peu de légumes. Les experts en nutrition conseillent que chaque jour apparaissent entre 3 et 5 portions de fruits et légumes pour maintenir une bonne santé. Ceux-ci fournissent des éléments antioxydants qui maintiendront l’inflammation sous contrôle et aideront à prévenir la genèse de problèmes complexes.

Une jeune femme qui mange une salade en nature.

Attention aux erreurs nutritionnelles chez les adolescents

Vous savez maintenant quelles sont les principales erreurs nutritionnelles chez les adolescents. Il est important de favoriser une bonne éducation alimentaire pendant l’enfance pour éviter les carences futures conditionnées par une mauvaise alimentation. De plus, si des aliments diversifiés sont proposés dès le plus jeune âge, le risque de rejet ultérieur sera moindre.

Enfin, il convient de noter qu’il n’y a pas que la nourriture qui compte quand on parle de santé. Il est également essentiel de se concentrer sur d’autres habitudes, telles que la pratique d’exercices physiques. Sur une base régulière, un entraînement doit être effectué pour que la masse musculaire soit dans un état fonctionnel.

Cela pourrait vous intéresser ...
L’importance d’une bonne alimentation à l’adolescence
Être parents
Lisez-le dans Être parents
L’importance d’une bonne alimentation à l’adolescence

Mettre en place une bonne alimentation pendant l'adolescence assurera un bon développement au jeune et réduira le risque de tomber malade.



  • Yoshida, Y., & Simoes, E. J. (2018). Sugar-Sweetened Beverage, Obesity, and Type 2 Diabetes in Children and Adolescents: Policies, Taxation, and Programs. Current diabetes reports18(6), 31. https://doi.org/10.1007/s11892-018-1004-6
  • de Souza, R. J., Mente, A., Maroleanu, A., Cozma, A. I., Ha, V., Kishibe, T., Uleryk, E., Budylowski, P., Schünemann, H., Beyene, J., & Anand, S. S. (2015). Intake of saturated and trans unsaturated fatty acids and risk of all cause mortality, cardiovascular disease, and type 2 diabetes: systematic review and meta-analysis of observational studies. BMJ (Clinical research ed.)351, h3978. https://doi.org/10.1136/bmj.h3978

Le contenu d'Être Parents est uniquement destiné à des fins éducatives et informatives. Il ne remplace à aucun moment le diagnostic, les conseils ou le traitement d'un professionnel. Si vous avez le moindre doute, il est conseillé de consulter un spécialiste de confiance.