Enfants désobéissants à 3 ans : que faire ?

Les enfants de 3 ans sont désobéissants parce qu'ils testent leurs limites et affirment leurs capacités. Nous allons vous montrer comment éviter les conflits et les amener à coopérer davantage.
Enfants désobéissants à 3 ans : que faire ?

Dernière mise à jour : 01 avril, 2022

Du point de vue des parents, un enfant obéissant est une bénédiction. Ces petits dociles et calmes qui suivent les consignes sans poser de questions sont le rêve de tous les parents.

Cependant, une certaine dose de rébellion est nécessaire et positive, surtout à certains moments de l’enfance. Ainsi, à ceux qui doivent faire face à des enfants de 3 ans désobéissants, nous voulons offrir une série de lignes directrices qui pourront être utiles.

Oui, on sait que c’est exaspérant quand votre enfant vous lâche la main pendant que vous marchez dans la rue, qu’il faille tout répéter 10 fois pour qu’il fasse attention, ou que vous mettiez une éternité à le faire s’habiller ou s’endormir. Mais ne perdez pas votre sang-froid, car il existe des moyens de corriger et de rediriger le comportement des enfants avec respect et amour et ainsi éviter bon nombre de conflits.

Enfants désobéissants à 3 ans : un phénomène naturel et sain

Tout d’abord, il faut comprendre que 3 ans est une étape particulièrement compliquée.

À cet âge, les enfants ont déjà développé de nombreuses habiletés motrices et cognitives et veulent les mettre en pratique. Ils savent marcher, courir, grimper et sauter. Ils peuvent parler et exprimer leur opinion (quoique de manière limitée) et, surtout, ils se sont découverts en tant qu’êtres individuels et veulent s’affirmer.

Pour cette raison, il est courant que des refus, des oppositions, le défi des limites et un certain besoin d’indépendance surgissent à 3 ans. Il est essentiel de comprendre que les enfants n’agissent pas avec malveillance et que leur but n’est pas de nous embêter ou de nous faire perdre patience. Ils commencent tout simplement à explorer et à comprendre le monde : ce sera notre guide pour les aider à le faire.

garçon en colère non non non non
Si votre enfant de 3 ans dit non à tout, cela fait probablement partie du processus normal de développement de la personnalité.

Comment agir avec des enfants désobéissants à 3 ans ?

De nombreuses enquêtes ont montré que le style parental démocratique est le plus efficace pour obtenir une coopération des enfants et pour construire des liens solides et sains entre parents et enfants.

Ainsi, nous ne devons être ni permissifs et indulgents, ni tyranniques et autoritaires. Et pour trouver cet équilibre bénéfique, il convient de mettre en pratique les consignes suivantes.

Règles et limites claires

Pour obéir, les enfants doivent savoir ce qu’on attend d’eux à tout moment.

Commencez par établir des règles claires et concises et assurez-vous que votre enfant les comprenne et s’en souvienne. Pour cela, expliquez chaque règle que vous définissez et pour quelle raison vous le faites. À la fin, demandez-lui de vous la répéter.

Il est également très utile de placer des aides visuelles, comme une liste sur le frigo ou sur un tableau de liège qui indique les règles à suivre à travers des images. Par exemple, parler avec sa famille quand on est assis à table.

Les routines sont également d’excellentes alliées, car elles rassurent les enfants et les aident à se souvenir de ce qu’il faut faire à chaque instant. Elles permettent par exemple d’anticiper le lavage des mains avant de manger ou le brossage des dents avant d’aller dormir.

Une fois ces comportements automatisés, vous serez moins susceptible d’avoir à les rappeler au quotidien.

Cohérence et travail d’équipe

La clé pour que les tout-petits obéissent est qu’ils retrouvent de la cohérence et de l’homogénéité dans leur environnement. C’est-à-dire qu’il y ait des conséquences claires pour chaque comportement, qu’elles se produisent toujours et qu’elles soient exécutées par tous les adultes de référence.

Si nous avons décidé d’éteindre la télévision à huit heures, nous ne pouvons pas renoncer à ce principe un jour sur deux et la laisser allumée jusqu’à huit heures et demie. Il n’est pas non plus positif que maman établisse une règle et qu’elle puisse l’enfreindre lorsqu’elle est avec papa. Tous les tuteurs réguliers (y compris les grands-parents et les nounous) doivent appliquer les mêmes principes.

Éducation positive

De nombreux parents d’enfants de 3 ans désobéissants passent la journée à répéter « non ». “Ne cours pas”, “ne mets pas les coudes sur la table”, “ne laisse pas tout traîner”. Au final, les enfants s’habituent à ces types d’expressions et cessent de les prendre au sérieux.

Ainsi, il est préférable de réserver le « non » aux situations importantes et, le reste du temps, d’essayer de réorienter le comportement et d’indiquer ce qu’il faut faire. Par exemple : « Marche à côté de moi » ou « Ramasse les jouets quand tu auras fini de jouer ».

Nous pouvons également offrir des alternatives au comportement que nous voulons que l’enfant cesse d’avoir. Ainsi, si nous voulons qu’il arrête d’allumer et d’éteindre la lumière, au lieu de se concentrer sur ce mauvais comportement, nous pouvons le rediriger vers une autre activité qu’il aime. Par exemple, proposez-lui de faire un dessin.

L’avantage est que, pour les plus petits, l’attention et l’affection des parents sont de grands renforçateurs. Par conséquent, en général, ils réagissent bien lorsque nous sommes contents de leurs comportements positifs.

Mère parlant à son fils en colère.
Lorsque votre enfant se met en colère contre une limite que vous lui avez imposée, répondez-y avec respect et empathie. Il ressent vraiment ce malaise et a besoin de votre aide pour apprendre à gérer ses émotions.

Empathie et respect

Rappelons enfin que l’objectif principal n’est pas d’atteindre l’obéissance, mais d’offrir à nos enfants une éducation de qualité.

Ainsi, si votre tout-petit fait une crise parce qu’il veut manger des friandises, vous n’avez pas à céder. Mais il est important que vous validiez ses émotions et que vous l’aidiez à les gérer. Prenez un moment pour parler avec lui, expliquez-lui que vous savez qu’il est contrarié et que c’est normal, mais qu’il est presque l’heure de dîner.

Il est possible que sa colère ne disparaisse pas et une partie de votre tâche consiste à tolérer l’inconfort qu’elle peut vous causer, car il s’agit d’une expression émotionnelle naturelle. Cependant, savoir qu’il est entendu, compris et pris en considération améliorera la disposition de votre enfant la prochaine fois et ces crises de colère diminueront progressivement.

Les enfants désobéissants à trois ans développent leur estime de soi

Gardez à l’esprit qu’il est positif que votre enfant ne soit pas totalement soumis et docile, qu’il remette en question les règles et les tenants et aboutissants, qu’il ait envie de s’exprimer et d’affirmer son opinion. C’est le signe d’une bonne estime de soi.

Alors, armez-vous de patience et d’affection pour vous guider dans cette étape et, si vous sentez que la situation vous dépasse, n’hésitez pas à consulter un professionnel qui pourra vous guider et vous accompagner.

Cela pourrait vous intéresser ...
Enfants désobéissants : comment faire pour les éduquer ?
Être parents
Lisez-le dans Être parents
Enfants désobéissants : comment faire pour les éduquer ?

Les enfants désobéissants sont ceux qui ne respectent pas les ordres de leurs parents. Il s'agit sans aucun doute d'un problème fréquent.



  • Díaz, P., & Bonet, C. (2005). Las rabietas en la infancia: qué son y cómo aconsejar a los padres. Revista Pediatría de Atención Primaria7(25).
  • Duarte-Rico, L., García-Ramírez, N., Rodríguez-Cruz, E. & Bermúdez-Jaimes. M. (2016). Las prácticas de crianza y su relación con el Vínculo Afectivo. Revista Iberoamericana de Psicología: Ciencia y Tecnología, 9 (2), 113- 124