Connaissez-vous vraiment les droits de l’enfant ?

· 17 octobre 2018
Vous êtes-vous déjà posé des questions sur les droits de l'enfant, sur ce qu'ils sont censés faire, dans quelle mesure ils sont respectés, qui veille sur eux ?

Souvent, nous tenons leur existence pour acquise, mais nous ne connaissons pas les droits de l’enfant. Ainsi, souvent, nous le laissons tomber dans l’abstrait, dans l’intangible.

Les enfants sont une source d’innocence. Leur joie, leur rire et leur innocence nous redonnent l’optimisme que nous avions peut-être laissé de côté. De plus, ils nous rappellent qu’en nous aussi, il existe une capacité d’émerveillement capable de raviver la joie et l’espérance.

Sans eux, nous ne pourrions pas nous rappeler que nous aussi, nous étions des enfants, jouant au soleil et profitant d’un monde nouveau, que nous découvrions progressivement. A l’époque, on ne croyait pas à l’impossible… Et pourquoi ?

Malheureusement, de nombreux enfants n’ont pas l’enfance qu’ils méritent. En effet, il y a des milliers d’enfants qui ont dû vivre injustement dans des situations qui les empêchent de vivre quelque chose qui pourrait ressembler au bonheur.

Résumé historique

En l’absence d’adulte pour les aider, de nombreux enfants ont dû quitter l’école pour travailler. Il s’agissait majoritairement d’orphelins. Indépendamment de l’âge et de la condition physique de l’enfant, les entreprises ne s’intéressaient qu’à la main-d’oeuvre bon marché et au profit.

Les garçons devaient travailler dans les mines et les usines, pratiquement comme des esclaves ou pour un salaire dérisoire. Il s’est produit la même chose avec les filles, qui sont devenues des prostituées pour la plupart.

C’est pourquoi certains militants ont créé des organisations pour tenter de protéger leurs droits fondamentaux.

Au cours du XIXe siècle, les orphelins étaient dans un état d’impuissance totale. Pour cette raison, dans cette période, des mouvements de soutien aux plus petits ont vécu leur apogée.

Devant le grand nombre d’enfants qui ont eu une enfance et une vie indigne, surtout entre la Première et la Seconde Guerre mondiale, le monde a décidé de faire quelque chose à ce sujet. Ainsi, en 1924, la Société des Nations a adopté la Déclaration de Genève, dans laquelle les droits de l’enfant ont été reconnus pour la première fois.

travail et droits de l'enfant

Quels sont les droits de l’enfant ?

Les enfants sont des êtres humains qui ont des droits inaliénables. En 1989, après plusieurs déclarations et réunions, nous avons créé l’actuelle Convention relative aux droits de l’enfant. Ainsi, ils y sont reconnus pour la première fois comme sujet de droit et nous avons réalisé une rupture définitive avec le paradigme passé.

Les 193 pays liés se consacrent à développer des alternatives pour leur protection et pour la défense de leurs intérêts, ainsi qu’à s’engager dans la lutte pour leurs droits. Ainsi, la Convention elle-même contient un total de 54 articles qui peuvent être divisés en 5 droits fondamentaux. Ils sont imprescriptibles, quelles que soient la législation, la culture ou les opinions des pays dans lesquels ils se trouvent.

1. Le droit de ne pas faire l’objet de discrimination

Tous les enfants doivent avoir les mêmes droits. Peu importe leurs particularités ou leur statut économique. Peu importe leur origine, leur sexe ou leur identité sexuelle. Tout comme les adultes, ils doivent être respectés et traités comme des êtres humains à part entière.

2. Le droit de vivre, de se développer et de survivre

Tout enfant a le droit à ce que sa survie soit assurée. Il doit pouvoir se développer dans un endroit approprié, avec suffisamment de nourriture et avoir un accès à l’éducation. Par ailleurs, le manque de ressources est souvent la cause de problèmes physiques et émotionnels que les enfants auront à porter à l’âge adulte.

les droits de l'enfant pour le protéger

3. Le droit de participation

Les enfants ont le droit que leurs opinions soient prises en compte. Peu importe leur âge ou leurs capacités, nous devons les consulter dans toute situation qui les touche. Cela inclut également leur droit d’expression, qui est aussi valable que celui des adultes.

4. Le droit à un logement convenable

Le droit à un logement convenable est un des plus connus. Les enfants devraient vivre dans un endroit approprié, où ils ne sont pas en danger. Par conséquent, ils doivent disposer d’un espace sûr où ils peuvent se développer correctement.

5. L’intérêt supérieur de l’enfant

Toute décision ou loi qui s’applique dans une affaire où sont impliqués des mineurs doit être prise en fonction de ce qui est le mieux pour l’enfant. Cependant, ce droit peut entrer en conflit avec le droit à la participation, car souvent, ce que les enfants veulent n’est pas ce qu’il y a de mieux pour eux.

Les droits de l’enfant aujourd’hui

Bien qu’approuvés et ratifiés par l’Assemblée générale des Nations Unies, ces droits ne sont pas toujours respectés. Il y a encore des pays où le travail des enfants existe encore et est même réglementé. En effet, dans ces pays, les enfants travaillent beaucoup plus d’heures que ce qui est recommandé, même pour un adulte, et ce dans des conditions inhumaines.

Dans de nombreux endroits dans le monde, la vie des enfants ne vaut rien. Pour diverses raisons, un grand nombre d’enfants finissent dans des réseaux mafieux et sont souvent utilisés comme objets d’échanges sexuels.

Ces transactions sont facilitées par des personnes qui ne se soucient pas du tout du mal qu’ils causent aux enfants. Ils s’intéressent seulement à faire du profit et à poursuivre « leurs affaires ». De plus, cela peut se produire n’importe où, dans les pays les plus riches comme dans des endroits reculés du tiers monde.

Beaucoup d’organisations à but non lucratif et d’ONG luttent depuis des années pour combattre ce grand problème. En conséquence, de nombreux enfants peuvent être secourus et recevoir tout ce dont ils ont été privés, de la nourriture à un abri en passant par de la chaleur.

Il existe différents programmes visant à secourir tout enfant en situation de désavantage, de pauvreté, etc. Grâce à cela, ils reçoivent de la nourriture, un abri et même des ressources pour les aider à aller de l’avant, en commençant par l’éducation.

Qui veille sur les droits de l’enfant ?

Bien qu’il existe diverses organisations de protection de l’enfance, l’organisme officiel chargé de garantir les droits de l’enfant est l’UNICEF, un programme des Nations Unies (ONU) spécialement créé pour fournir une aide humanitaire aux enfants et aux mères des pays en développement.

Nous devons être conscients du grand nombre d’enfants vivants. Que nous traversions ou non des difficultés dans notre enfance, nous devons comprendre que nous pouvons combattre l’impuissance, même depuis notre maison.

Tout tourne autour de la recherche d’alternatives, car elles existent certainement en grande variété et en grand nombre. Soyons des agents de changement et collaborons comme nous le pouvons pour les enfants qui en ont le plus besoin.

Nous devons également nous rappeler que si nos enfants ont des droits qui sont respectés dans les pays où ils vivent, d’autres n’ont pas le même sort. La lutte pour changer cette situation est entre nos mains.