Congé paternité : tout ce que vous devez savoir

· 23 octobre 2018
Congé paternité : tout ce que vous devez savoir.

Le fait que les parents doivent arrêter de travailler temporairement n’est pas nouveau. En effet, ils peuvent ainsi apporter toute l’attention nécessaire à leur enfant pendant ses premiers jours lors du congé maternité ou du congé paternité.

Le congé maternité est un droit acquis depuis de nombreuses années. Néanmoins, aujourd’hui, dans beaucoup de pays, l’on débat d’une possible extension du congé paternité, ainsi que d’autres questions inhérentes à celle-là.

En Argentine, par exemple, l’on a annoncé en octobre 2017 l’intention du gouvernement d’étendre le congé paternité à dix jours de suite. Auparavant, le congé paternité dans ce pays n’était que de deux jours environ. C’est quelque chose de dérisoire en comparaison aux dix jours autorisés pour se marier.

Le congé paternité en Amérique latine

De nombreux pays latino-américains devraient suivre la possibilité de suivre l’exemple argentin.

Voyons quelques cas : le Mexique leur offre jusqu’à 25 jours, selon le secteur. Au Venezuela et en Équateur, les pères profitent d’un congé paternité plein : 14 jours. La Colombie, quant à elle, en donne huit.

Le reste des pays se situent en-dessous de cette ligne. Le Brésil offre cinq jours à ses salariés après la naissance de leur enfant. C’est curieusement -à égalité avec Cuba- le pays qui offre le plus de jours aux mères (120). Le Chili en offre également cinq. En Équateur, la quantité de jours varie selon l’état de santé de l’enfant, en se basant sur un minimum de 10 jours.

Le congé paternité dans d’autres pays du monde

  • Norvège : La loi leur donne deux semaines mais de nombreux secteurs peuvent accorder jusqu’à 14 semaines de plus.
  • Islande : 90 jours.
  • Suède : 70 jours.
  • Finlande : 54 jours.
  • Slovénie : 90 jours.
  • Italie : 91 jours.
  • États-Unis : 84 jours. Le même nombre que pour la mère.
  • Dans le reste des pays d’Europe. Les chiffres varient entre 10 et 15 jours dans la plupart des pays du Vieux continent. Certains pays comme l’Espagne, la France ou le Royaume-Uni offrent deux semaines et permettent que la mère « cède » quelques jours de congé au père.
  • Pays européens sans congé paternité. La Grèce, la République tchèque et l’Ukraine n’offrent pas ce droit. En Irlande, il n’y a pas de législation qui établit le congé paternité mais les hommes peuvent partager 112 des 182 jours que possède la mère.
Un homme écoute son bébé au travers du ventre de sa femme

Pourquoi souhaite-t-on étendre le congé paternité ?

En premier lieu, cela est dû à la lutte des corporations et des syndicats pour que soit reconnue la tâche de travailler comme père.

Cependant, cette mesure prétend bénéficier également aux femmes. Nous ne nous référons pas seulement au milieu domestique mais aussi au milieu professionnel.

L’idée est que, en offrant aux hommes un nombre de jours similaire à celui accordé aux femmes, l’on diminue la discrimination au travail envers ces dernières au moment de les embaucher ou de les payer.

C’est une information à laquelle tout le monde devrait faire plus attention. Si de nombreuses inégalités ont été résolues, il en reste encore beaucoup à corriger.

Par exemple, une étude journalistique récente signale que seulement 34 pays respectent la recommandation de l’Organisation internationale du Travail (OIT) d’accorder au moins 14 semaines de congé à la mère et une rémunération qui ne soit pas inférieure aux deux tiers de ses revenus précédents.

En outre, la plupart des femmes qui travaillent dans le monde (environ 830 millions dont 80 % résident en Afrique et en Asie) n’ont pas assez de protection pour la maternité.

« Le congé paternité cherche également à diminuer la discrimination envers les femmes au moment de les embaucher ou de les payer. »

L’importance de la présence des parents lors des premiers mois

Les doutes au moment d’éduquer un nouveau-né sont nombreux. S’il s’agit de parents « primipares », la mission est davantage compliquée. La mère, qui continue à récupérer de l’accouchement ou de la césarienne, a besoin de l’aide de son partenaire.

Les parents jouent un rôle essentiel à cet âge de la vie de l’enfant. En effet, tout bébé a besoin du contact paternel. Il faut également acheter tous les produits adéquats et s’occuper de l’allaitement. Aujourd’hui, l’allaitement mixte est une pratique toujours plus répandue. Sans parler de l’heure du bain du bébé !

Un père profite de son congé paternité

Comme si cela était peu, non seulement la mères et le bébé ont besoin que l’homme soit à disposition à tout moment. C’est également bénéfique pour sa propre santé. La dépression post-partum chez les hommes est chaque fois plus fréquente.

Pour cette raison et beaucoup d’autres, le père doit pouvoir jouir d’un congé paternité selon les besoins de son enfant et de la mère.

Lisez également :

4 signes de dépression post-partum chez les hommes

De quoi a-t-on besoin pour demander le congé paternité ?

Cette démarche administrative est différente selon chaque pays. En règle générale, on a besoin de se présenter avec l’acte de naissance de l’enfant pour pouvoir solliciter les jours correspondants.

De toute manière, il est recommandé de se faire conseiller et de s’occuper de ce sujet avec anticipation. Ainsi, l’on évite les malentendus qui peuvent devenir des conflits ou des retards dans l’acquisition de ce droit.

Enfin, il convient de rappeler que, la loi dans presque tous les pays, prévoit la rémunération du salarié pendant son congé paternité. 

Si ce droit est refusé par un supérieur, le salarié peut consulter les organes correspondants pour le faire valoir. Cela n’entraînera pas pour autant une sanction ni aucun type de discrimination professionnelle dans le futur.